Top Films 2019

Avatar barth0lemew Liste de

5 films

par barth0lemew

En construction...

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
    Bande-annonce

    Parasite (2019)

    Gisaengchoong

    2 h 12 min. Sortie : . Drame, thriller et comédie.

    Film de Bong Joon-Ho avec Song Kang-Ho, Lee Sun-Kyun, Cho Yeo-Jeong

    Je ne peux rien dire sur "Parasite".
    Soit je me lance dans des banalités, "Woah la mise en scène", "Woah le travail d'écriture", "Woah le jeu d'acteur"...
    Soit j’approfondis mon avis en développant l'analyse de certaines scènes, ce qui m'obligerait à en dire trop...
    Donc, je ne peux rien dire sur "Parasite".
    Je peux juste le conseiller.
    Regardez-le.
  • 2
    Bande-annonce

    Grâce à Dieu (2019)

    2 h 17 min. Sortie : . Drame.

    Film de François Ozon avec Melvil Poupaud, Denis Ménochet, Swann Arlaud

    Nous sommes en juin 2014. Alexandre Guérin décide d'écrire à la psychologue de l'archevêché au sujet du père Bernard Preynat. Rapportant les attouchements qu'il a subis par le prêtre, il se pose plusieurs questions : Les instances supérieures étaient-elles au courant? Le père Bernard Preynat a-t-il eu des sanctions? A-t-il était condamné? Pourquoi cet homme s'occupe-t-il encore d'enfants?

    Point de départ de cette affaire, François Ozon traite impeccablement le sujet accompagné d'acteurs poignants, habités. La construction des correspondances épistolaires et numériques, ainsi que les réactions et les investigations des différentes victimes sont extrêmement bien conçues.

    Passant d'un personnage à l'autre, les réactions et les revendications diffèrent selon les caractères et le passif de chacun.
    Il y a le pointilleux qui condamne le père Bernard Preynat, le pudique qui condamne l'institution, l'investigateur en herbe qui condamne la religion, et ils se retrouvent tous pour tenter de faire bouger les lignes, que l’innommable soit reconnue et ne se reproduise plus.

    Si on excepte les très courts flashbacks qui manquent d'utilité, "Grâce à Dieu" fait presque un sans faute, que ce soit par sa mise en scène, ses acteurs ou les documentations effectués qui ont permis d'être le plus complet et réaliste possible.
  • 3
    Bande-annonce

    La Lutte des classes (2019)

    1 h 43 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Michel Leclerc avec Leila Bekhti, Édouard Baer, Ramzy Bédia

    Paul et Sofia sont ensemble depuis dix ans. Il est batteur dans un groupe de punk, elle est avocate dans le secteur de la famille. Ils ont deux enfants, Manon et Corentin.
    Un beau jour, ils décident de quitter leur appartement à Paris pour une maison à Bagnolet, près du quartier d'enfance de Sofia. Ayant la mixité sociale pour dogme, ils envoient le benjamin de la famille en école publique. Et tout va pour le mieux.
    Jusqu'à ce que les deux seuls amis du petit Corentin soient envoyés dans une école privée catholique.

    Cette satire sociale n'a pas la force d'un Ken Loach ou la subtilité d'un Bong Joon-ho. Afin de privilégier l'humour, certains trait des différents personnages sont légèrement grossis tel que cette professeur incapable d'adapter ses méthodes de communication selon ses interlocuteurs ou ce voisin paranoïaque qui sécurise son domicile à outrance. Et il y a un certain manque de réalisme lors de la scène finale qui contraste grandement avec le reste du film.
    Mais, les sujets abordés sont nombreux. Intéresser les jeunes de quartiers défavorisés à la culture, la place de la religion, les différences sociales entre le public et le privé, les problèmes budgétaires des écoles, ou même (plus furtivement) la discrimination positive.
    Edouard Baer et Leila Bekthi, drôles et touchants, forment indubitablement le plus gros point fort de cette comédie sociale.
  • 4
    Bande-annonce

    Yesterday (2019)

    1 h 56 min. Sortie : . Musique et comédie.

    Film de Danny Boyle avec Himesh Patel, Lily James, Kate McKinnon

    Jack Malik est un musicien qui ne fait pas recette. Il enchaîne les salles des fêtes vides, accompagné de sa manager, Ellie Appleton. Après un énième moment de solitude musicale, il décide de raccrocher sa guitare et de reprendre son poste d'enseignant. Mais, le destin (couplé à une coupure mondiale d'électricité) provoque un accident entre Jack (en vélo) et un bus. Après son réveil à l’hôpital, il apprend que lui seul se souvient que les Beatles ont existé.

    Le concept est original et drôle. Voir ce chanteur anonyme devenir une pop-star grâce à "Let It Be" ou "Yesterday", sa joie à être enfin reconnu en tant qu'artiste et ses introspections culpabilisantes d'une gloire mal acquise sont sympathiques. Il y a même un petit running gag sur les différentes choses qui ont disparu depuis la coupure de courant.

    Mais, tout ceci est le contexte. Le fond de l'histoire est une romance. Une romance quelconque.
    Ellie Appleton est éperdument amoureuse de Jack Malik qui ne l'a voit seulement comme l'amie d'enfance qu'il a toujours eu. Va-t-elle avoir la patience d'attendre que son prince charmant ouvre les yeux? Ce dernier va-t-il enfin les ouvrir?

    Finalement, malgré un habillage fort sympathique, nous passons par toutes les étapes déjà vus partout ailleurs.
    La scène où le protagoniste doit faire un choix entre sa carrière et l'amour de sa vie? Check.
    La scène où le protagoniste court dans une gare pour rattraper sa bien-aimée? Check.

    Yesterday, c'est un cadeau emballé dans un superbe papier, coloré, original, solide. Et, une fois déballé, on se rend compte qu'on l'a déjà, en plusieurs exemplaires.
  • 5
    Bande-annonce

    All Inclusive (2019)

    1 h 32 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Fabien Onteniente avec Franck Dubosc, François-Xavier Demaison, Josiane Balasko

    Sorte de dérivé de Camping, nous retrouvons Franck Dubosc dans son rôle de beauf intrusif manipulant François-Xavier Demaison vacancier en Guadeloupe.

    Blagues sur les diarrhées ou les pets dans l'eau, la subtilité est aux abonnés absents.
    Des fautes de français comme "à partir de désormais" ou voir quelqu'un nu dire "je suis pudique", donne une idée du niveau humoristique.

    Le message du film dit par Dubosc au début et accepté par Demaison à la fin :
    "Ta femme, c'est The Voice. Tu t'es retourné sans la connaitre".
    Le pire du cinéma français.