Top séries 2017-2018

Avatar Skyler-m Liste de

37 séries

par Skyler-m
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
  • 2
  • 1
    Bande-annonce

    Mr. Robot (2015)

    50 min. Première diffusion : . 4 saisons. Drame et thriller.

    Série de Sam Esmail avec Rami Malek, Carly Chaikin, Portia Doubleday

    Saison 3.

    Pour moi ça reste la meilleure série de ces dernières années. On a eu beaucoup de séries de qualité, mais Mr. Robot est à un autre niveau. Toutes les intros d'épisodes te happent dans l'univers, puis te balancent un "Mr. Robot" en caractère rouge dans la face, qui te dis "T'ES BIEN DEVANT MR. ROBOT ET TU VAS EN PRENDRE PLEIN LA VUE !". Pour moi quasiment tout dans cette série est audacieux, de la mise en scène, au rythme, de la narration à son histoire. Jamais la série ne tombe dans la facilité, tout en sachant à quel moment il faut savoir s'arrêter, donner des informations, revenir à des moments plus classiques. La soundtrack est indispensable à cette ambiance si particulière voulu par la série.
    Cette saison j'ai aimé que l'histoire ne reste pas dans un schéma déjà vu les saisons passés, les événements s’enchaînent plus vite, les points d'interrogations ne restent que peu longtemps. On tombe dans un drame ou les dieux tombent du ciel pour se découvrir humain, dépassé par d'autres cieux. Cette saison on a toujours l'impression d'être pris dans une partie d'échec dont on ne verrait que la moitié d'un plateau, mais cette fois-ci les pions visibles sont noir et blanc et pas quasi exclusivement que d'une seule couleur.
    Pour moi le point culminant de la saison reste l'épisode 6, qui offre une réalisation parfaite pour faire monter la pression. Le combat mental entre Mr.Robot et Elliot est à son paroxysme. Le final de cette saison, d'une grande noirceur, mais qui dissémine quelques bribes de lumières, ne démérite pas, mais j'ai une affection particulière pour l'épisode 8, dont les errements d'Elliot agrémenté par ces scènes ahurissantes de retour vers le futur, m'ont émue.
    Bref, ENORME !
  • 2
    Bande-annonce

    The Americans (2013)

    48 min. Première diffusion : . 6 saisons. Thriller, policier et drame.

    Série de Joseph Weisberg avec Keri Russell, Matthew Rhys, Keidrich Sellati

    Saison 6.
    Une saison finale exceptionnelle ! Parfaitement à la hauteur de la série, des personnages, des relations, des enjeux. La série met parfaitement en place le dernier acte, en faisant un bon dans le temps d'une sobriété et d'une efficacité qu'on aimerait voir plus souvent dans les séries qui tentent ce genre d'exercice. Ensuite la toile de fond avec Gorbatchev et le sommet, et les implications de chaque personnage dans l'affaire, sont très bien mises en place. Puis la série bascule peu à peu dans une tension folle, ou chaque réaction de personnages, chaque mouvement, chaque discours, met sous pression. Les derniers épisodes sont intenses, tout en étant, dans la droite lignée de ce que la série a proposé jusqu'ici, sobre, parfaitement millimétré, juste et sans éclat. Et parce que la série fait toute confiance en ce qu'elle a créée et mis en oeuvre depuis le départ, chaque moment, aussi simple soit-il, est une claque monumentale. Le final est absolument prodigieux. Certains scènes resteront à jamais gravé dans ma mémoire. La série ne pouvait juste pas finir autrement qu'ainsi.
  • 3
    Bande-annonce

    Orphan Black (2013)

    45 min. Première diffusion : . 5 saisons. Drame et science-fiction.

    Série de John Fawcett et Graeme Manson avec Tatiana Maslany, Jordan Gavaris, Maria Doyle Kennedy

    Saison 5.
    Très belle conclusion à la série. Les premiers épisodes de la saison déstabilisent un peu tant on penser que la série va trop loin dans son concept. Heureusement il n'en est finalement rien. Toute la seconde partie de la saison est très prenante, on sent que le final est là, que la série veut aller au bout de son histoire de façon pleine et entière, très cohérente jusqu'au bout. Beaucoup d'émotions donc pour dire au revoir au sestra. Maintenant il faut espérer voir Maslany rapidement autre part, au ciné ou à la télé, mais dans tout les cas, quelque part à la hauteur de son talent.
  • 4
    Bande-annonce

    Dark (2017)

    51 min. Première diffusion : . 3 saisons. Science-fiction, policier et drame.

    Série de Baran bo Odar et Jantje Friese avec Louis Hofmann, Lisa Vicari, Andreas Pietschmann

    Voir critique.
  • 5
    Bande-annonce

    The Handmaid's Tale : La Servante écarlate (2017)

    The Handmaid’s Tale

    55 min. Première diffusion : . 3 saisons. Drame, thriller et science-fiction.

    Série de Bruce Miller avec Elisabeth Moss, Yvonne Strahovski, Joseph Fiennes

    Saison 2.
    La série est toujours très bonne dans ses thèmes abordés, dans son sujet. Ce qui m'a le plus marqué (encore plus que l'an passé) c'est l’ambivalence des personnages, June, toujours, mais surtout Serena (Yvonne Strahovski est magistrale !!). J'ai malgré tout était un poil moins emballée par cette seconde saison, je pensais au départ que c'était parce que j'étais en terrain connu, que je me prenais moins une claque que l'an passé, parce que la surprise était passé. Finalement je pense que c'est plutôt dû à cette impression d'ensemble que la série n'a pas vraiment évolué cette saison, qu'elle a continué à aborder les thématiques de l'an passé, sans pour autant faire basculer le récit sur quelque chose de plus fort, ou d'au moins différent. Il faut espérer que la saison prochaine ce sera le cas. J'aimerais par exemple voir plus ce qui se passe du côté du Canada.
  • 6
    Bande-annonce

    Kingdom (2014)

    48 min. Première diffusion : . 3 saisons. Drame et sport.

    Série de Byron Balasco avec Frank Grillo, Kiele Sanchez, Matt Lauria

    Saison 3.
    Le dernier épisode m'a pris aux tripes. Je ne veux même pas commenter plus cette saison. C'est ce qu'il me reste.
    (ou alors faut aller voir ma critique)
  • 7
    Bande-annonce

    Mindhunter (2017)

    53 min. Première diffusion : . 2 saisons. Thriller, policier et drame.

    Série de Joe Penhall avec Jonathan Groff, Holt McCallany, Anna Torv

    Saison 1.
    Voir critique.
  • 8
    Bande-annonce

    Dear White People (2017)

    30 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie et drame.

    Série de Justin Simien avec Brandon P Bell, Logan Browning, Antoinette Robertson

    Saison 2.
    Une saison 2 qui continue sur la lancée de la première. Maintenant que nous sommes familiarisé avec les personnages la série peu à la fois continuer à parler de leur quotidien, tout en traitant de la question du racisme, de l'identité, des représentations. Le ton est toujours parfaitement maîtrisé, avec cette ironie constante, cet humour fin, qui ne cesse jamais de dénoncer ou mettre en avant des réalités, des hypocrisies de la société américaine (et occidentale). Voilà enfin une série qui sait proposer un format de 30 min qui lui va bien, grâce à un découpage des épisodes chapitrés, mais en gardant une toile de fond dans son sujet global, mais aussi dans des enjeux et une thématique courant sur la saison. Vraiment Dear White People est une vraie réussite de série engagée, qui sait parfaitement osciller entre humour et sérieux. La série a une pâte qui lui est propre et qui nous fait dire qu'on est en train de regarder Dear White Pepole et pas autre chose. Et en plus elle se paye le luxe de n'être absolument pas anecdotique dans le paysage télévisuel, cette série on en avait vraiment besoin.
  • 9
    Bande-annonce

    Vida (2018)

    32 min. Première diffusion : . 3 saisons. Drame.

    Série de Tanya Saracho avec Mishel Prada, Melissa Barrera, Karen Ser Anzoategui

    Saison 1.
    Voir critique.
  • 10
    Bande-annonce

    Mme Maisel, femme fabuleuse (2017)

    The Marvelous Mrs. Maisel

    57 min. Première diffusion : . 3 saisons. Comédie et drame.

    Série de Amy Sherman-Palladino avec Rachel Brosnahan, Alex Borstein, Michael Zegen

    Saison 1.
    Une séries très rafraîchissante, ce qui caractérise souvent les séries d'Amy Sherman-Palladino. On y retrouve ce qui fait qu'on aime ses séries : un personnage féminin avec du tempérament, de la classe, indépendante et pleine d'esprit, des personnages hauts en couleurs remplis de manies en tout genre, des dialogues rythmés. Cette histoire de femme des années 50 qui se met à faire du stand-up est très moderne. On enlèvera pas non plus le savoir faire pour construire une intrigue sur une saison, tout est parfaitement calibré. Certes, ça évite peut-être d'être surprise, mais on ne peut pas lui reprocher l'efficacité de sa narration. En bref, Mrs. Maisel, c'est du tout bon !
  • 11

    Féminin/Féminin (2014)

    25 min. Première diffusion : . Drame.

    Websérie de Chloé Robichaud et Florence Gagnon avec Suzanne Clément, Kattia Thony, Félixe Ross

    Saison 2.
    Cette saison 2 reprend quelques mois après la fin de la saison 1. Cette fois-ci Robichaud décide d'abandonner les épisodes centrés sur des personnages, pour proposer des petites séquences d'un peu tout le monde, traversant de nouveaux questionnements sur leur vie. Cette saison 2 continue ainsi, avec sa justesse, sa simplicité, sa bonne humeur, de nous proposer des personnages multiples, aux parcours diverses. De belles petites tranches de vies montréalaises, portées par des actrices très juste, de bons dialogues et une soundtrack toujours parfaitement adaptée. A voir !
  • 12
    Bande-annonce

    Rise (2018)

    45 min. Première diffusion : . 1 saison. Drame.

    Série de Jason Katims et Jeffrey Sellers avec Auli'i Cravalho, Erin Kommor, Shannon Purser

    Saison 1.
    Voir critique.
  • 13
    Bande-annonce

    The Sinner (2017)

    45 min. Première diffusion : . 3 saisons. Thriller et anthologique.

    Série de Derek Simonds avec Bill Pullman, Jessica Biel, Christopher Abbott

    Saison 1.
    La série part d'une idée intéressante, celle de comprendre le mobile d'un meurtre, car dès le départ le meurtrier et les circonstances sont bien connus. Il y a une ambiance un peu froide et parfois glauque, comme un léger malaise qui laisse entendre que l'histoire est bien plus que ce qu'elle laisse paraître. La conclusion est largement à la hauteur de ce que la série à voulu nous faire croire. J'ai même été agréablement surprise parce qu'une bonne partie du dénouement est fait avec assez de sobriété et m'a paru bien moins racoleur que ce que ça aurait pu être. J'ai aimé qu'il n'y ait pas une surenchère dans la résolution. C'est ce qui m'avait pas mal gêné dans la conclusion de la saison 1 de True Detective.
    Le plus gros reproche qu'on peut faire à la série c'est le personnage du flic, dont l'histoire personnelle ne passionne pas et qui est interprété par un acteur qui a tendance à un peu surjouer.
    Sinon, très bonne série, qui tient bien ses promesses.
  • 14
    Bande-annonce

    The Bold Type (2017)

    42 min. Première diffusion : . 5 saisons. Comédie dramatique.

    Série de Sarah Watson avec Katie Stevens, Aisha Dee, Meghann Fahy

    Saison 1.
    J'ai vraiment envie d'être généreuse avec cette série, parce que ça reste une série de qualité dans son domaine. Alors certes c'est une série plutôt à destination d'un public féminin et jeune, la chaine que la diffuse (freeform) n'est pas un hasard. Le premier épisode me semble en dessous de ce que la série peut donner, notamment avec la romance de Sutter, qui fait très cliché et qui nous fait craindre que le personnage va tourner autour de ça. Pourtant il n'en est rien. Certes, ces trois femmes ont une vie romantique qui est traité, mais se sont surtout des jeunes femmes ambitieuses, qui souhaitent réussir dans leur travail. Elles ne délaissent pas leur amitié pour parvenir à leur fin, tout comme leur vie sentimentale ne prend pas le pas non plus là dessus.
    Au delà même de ces trois femmes on peut aussi saluer la série pour le traitement de nombreux sujets comme la religion, la politique, le cancer du sein ou encore le viol. La série est d'autant plus moderne que les nouvelles technologies et nos modes de communications toujours connectés sont présents à chaque instant, comme une toile de fond qui parfois prend plus de place qu'a d'autres.
    Une série qui propose des sujets contemporains et portée par des femmes sympathiques et modernes. De plus, le meilleur personnage ne se trouve bizarrement pas dans ces trois jeunes femmes, mais en Jacqueline, une bosse admirable, intransigeante et bienveillante. Je l'adore.
    Si vous voulez passer un moment devant une série divertissement pas prise de tête mais de qualité, allez y !
  • 15
    Bande-annonce

    Killing Eve (2018)

    40 min. Première diffusion : . 1 saison. Thriller, policier et drame.

    Série de Phoebe Waller-Bridge avec Sandra Oh, Jodie Comer, Fiona Shaw

    Saison 1.
    Une série parfaite à binge watcher : 8 épisodes, une série d'espionnage qui met très vite les choses en place, ne joue pas particulièrement dans la subtilité, ni pour l'intrigue, ni pour les avancés, ni pour l'écriture des personnages. Mais Killing Eve sait très bien rendre l'intérêt premier de la série, la fascination mutuelle que se porte l'espionne du MI-5 et la tueuse à gage, le jeu du chat et de la souris, et les personnalités un petit peu complexe des deux femmes. Sans compter que les deux actrices sont très bonnes dans leur rôle respectif. Alors certes, on a connu bien (bien) plus fin comme série d'espionnage, mais celle-ci fait parfaitement le job, tout en sachant très bien se servir de ses forces.
  • 16
    Bande-annonce

    American Vandal (2017)

    35 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie et policier.

    Série de Tony Yacenda et Dan Perrault avec Tyler Alvarez, Griffin Gluck, Jimmy Tatro

    Saison 1.
    American Vandal rend très bien hommage au genre qu'elle parodie. Pour apprécier les séries documentaires sur des crimes, j'ai aimé la façon dont toute la construction, la narration, le rythme, les éléments qui sont inhérent à tout bon True Crime, sont présents ici. On voit que ce sont de vrais connaisseurs qui l'ont créée. Mais au delà du parfait cahier des charges respectés, il n'y a pas une surenchère parodique pour autant, ce qui permet d'happer le téléspectateur de la même manière que pour une histoire réelle. Ce qui me fait dire que la recette de ce type de série docu, quand elle est respectée, fonctionne parfaitement.
    Au delà même de cette parodie, le message sous jacent de la série est limite mieux réussi que les séries réelles sur ce sujet, parce que sa conclusion est bizarrement assez juste.
    La réussite de la série tient aussi à mon avis à la justesse de la galerie des personnages, qui même s'ils sont en bonne partie des clichés, font indéniablement le sel de la série. Et en cela l'épisode 5 atteint des sommets, avec cette reconstruction improbable d'une soirée, par le prisme d'une société égocentrée qui ne cessent de se filmer.
    Un des seuls reproches que je peux faire à la série, c'est d'être parfois très (trop) répétitive. C'est certes un des mécanismes de ce genre de série, un mécanisme que je trouve de base insupportable, mais quand on sait que celle-ci est parodique, cela n'en devient que plus saoulant. Ainsi, j'ai vécu les deux derniers épisodes avec cette envie que la série se conclue. Il n'en fallait vraiment pas plus pour sombrer dans le "série trop longue pour ce que c'est".
  • 17
    Bande-annonce

    The Good Place (2016)

    25 min. Première diffusion : . 4 saisons. Comédie, romance et fantastique.

    Série de Michael Schur avec Kristen Bell, Ted Danson, William Jackson Harper

    Saison 2.
    The Good Place réussi le pari assez casse gueule de continuer à nous accrocher et à nous surprendre avec son thème atypique. Certes il y a quelques épisodes qui ronronnent un peu au milieu, mais globalement la série à su se renouveler suffisamment régulièrement pour nous embarquer dans son univers loufoque. Cela fait vraiment plaisir de voir Ted Danson encore mieux exploité. Encore une fois on peut s’inquiéter de l'angle pris à la fin de cette saison 2, mais nous verrons bien ce que les scénaristes vont en faire.
  • 18
    Bande-annonce

    Godless (2017)

    1 h 10 min. Première diffusion : . 1 saison. Western.

    Série de Scott Frank avec Jack O'Connell, Michelle Dockery, Jeff Daniels

    Minisérie.
    Godless s'inscrit bien dans l'univers des western avec cette histoire de voyous, de filiation, de vengeance ou on a le shérif, le méchant et le méchant repenti. Peu de surprise dans ce récit, ou le nombre d'épisode est peut-être un peu excessif au vu d'une histoire peu surprenante, mais le rythme posé de la série et les longues scènes d'expositions expliquent que la série prenne autant son temps. On peut louer l'effort d'avoir voulu faire de Godless un western moderne avec cette ville menée par des femmes. Pourtant, ne vous détrompez pas, ce n'est pas parce que Marie-Agnès et Alice Fletcher sont des femmes importantes de cette série et qu'elles sont pleines de caractères que cette histoire ne reste pas au final l'histoire de trois hommes. Je ne minimise pas l'importance de ces personnages féminins et de cette partie de l'histoire, mais le combat final, rondement mené par des femmes, aboutis pourtant vers un duel d'hommes, comme tout classique des westerns. Moderne donc, mais pas n'allons pas trop loin.
  • 19
    Bande-annonce

    Stranger Things (2016)

    51 min. Première diffusion : . 4 saisons. Fantastique, Épouvante-horreur, drame et science-fiction.

    Série de Matt Duffer et Ross Duffer avec Winona Ryder, David Harbour, Finn Wolfhard

    Saison 2.
    Assez déçue par cette seconde saison, que j'ai trouvé moins bien rythmé, qui a tendance à s'éparpiller, à trop éclater les groupes. Chacun semble mener ses petites histoires dans son coin, certains ont l'air de faire limite de la figuration. D'ailleurs l'épisode le plus réussi à mon sens est justement celui ou les protagonistes sont enfin réuni. Certes, c'est aussi du à un début de huis clos horrifique dans le laboratoire, qui était particulièrement réussi ! A côté de ça, la série nous pond un épisode centré sur eleven qui semble complètement déconnecté, mais comme l'était eleven depuis le début de la saison. Cet épisode, en plus d'être peu inspiré, casse complètement le rythme de la série. Cette seconde saison manquait de tension, d'épique et même de fun.
  • 20
    Bande-annonce

    Everything Sucks! (2018)

    23 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie et drame.

    Série de Michael Mohan et Ben York Jones avec Peyton Kennedy, Jahi Di'Allo Winston, Patch Darragh

    Saison 1.
    La série laisse l'ambiance des années 90 jouer son rôle sans trop en faire. Les personnages sont attachants, certains manquent un peu d'exploration, mais au vu du format ça parait normal. C'est plaisant de voir des personnages décomplexés, qui évoluent, tout en restant fidèle à eux-même, frôlant l'extravagance et l'exagération sans tomber dedans. Une série sympathique et touchante, un peu anecdotique, mais ça passe tout seul. J'ai presque hésité à lui mettre un 7 de sympathie, notamment pour ces derniers épisodes.
  • 21
    Bande-annonce

    Game of Thrones (2011)

    52 min. Première diffusion : . 8 saisons. Fantasy, drame et aventure.

    Série de David Benioff et D.B. Weiss avec Peter Dinklage, Lena Headey, Emilia Clarke

    Saison 7.
    Je reste perplexe devant cette septième saison, je ne suis pas certaine de savoir comment la noter en fait. Il y a eu de très bons moments dans cette saison, déjà rien que par le fait qu'enfin on voit certaines choses qu'on attendaient depuis bien longtemps. Est-ce qu'elles sont toutes à la hauteur de mes attentes, pas vraiment, mais elles ont le mérite d'être enfin là. Il y a malgré tout de grand moment à voir, quelques uns parsemés au fil de la saison, pas mal dans ce final. Mais à côté de ça je ne peux laisser de côté ce sentiment de ne plus être devant cette série fine. Les distances ne sont plus les mêmes, et au delà de cette impression que l'ambiance liés à cela est moindre, cela a parfois aboutis à des moments improbables, qui m'ont un peu gâché les choses. L’enchaînement des événements, la rapidité des prises de décisions, certaines scènes et dialogues, me donnent l'impression que la série n'est plus aussi bien écrite qu'avant.
    En fait, pour être honnête, j'ai l'impression que les scénaristes savent ou ils veulent aller, mais n'ayant pas le support de Martin pour les aider à écrire le chemin pour y parvenir ils y vont avec les grandes lignes et laissent la complexité, les dialogues, l'attente, de côté.
    J'ai envie de connaitre l'issue de cette histoire, est-ce que je le veux au détriment de la subtilité que la série avait, je ne crois pas.
    Et puis franchement, stop les scènes ridicules de Dany et Jon, c'est pathétique...
  • 22
    Bande-annonce

    Derry Girls (2018)

    25 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie.

    Série de Lisa McGee avec Nicola Coughlan, Louisa Harland, Saoirse-Monica Jackson

    Saison 1.
    Voir critique.
  • 23
    Bande-annonce

    Collateral (2018)

    1 h. Première diffusion : . Thriller, mini-série, policier et drame.

    Série de David Hare avec Carey Mulligan, John Simm, Nicola Walker

    Minisérie.
    J'ai un avis assez mitigé sur cette série. J'ai aimé qu'elle ne s'éternise pas dans son intrigue, qu'elle n'essaye pas d'en faire quelque chose de trop alambiqué, qu'elle traite les choses dans un rythme tout à fait adapté à ce que l'intrigue méritait. J'ai aussi aimé les sujets sous-jacents de l'enquête, tout à fait actuels, et qui ne paraissait pas forcément évident au départ. Je regrette par contre que la série ait trop éparpillé les acteurs concernés et d'avoir voulu traité un peu tout, mais nous laissant à la fin avec ce sentiment de trop pour ce que c'est, ou pas assez pour ce que c'est. Car au final il n'y a bien que le personnage interprété par Carey Mulligan et celui du capitain Shaw pour nous intriguer, nous fasciner ou nous toucher. Traiter plus le prêtre aurait été pour moi hors sujet, mais il y avait quand même une frustration car il y avait de la matière. Alors même que le politicien et Billie Piper était d'un grand inintérêt, j'ai à peine compris pourquoi tant de place, ci ce n'est les quelques discours politique du monsieur. Bref, série réussi par certains aspects, et d'autres qui m'ont laissé un peu dubitative.
  • 24
    Bande-annonce

    Au fil des jours (2017)

    One Day at a Time

    30 min. Première diffusion : . 4 saisons. Comédie.

    Série de Gloria Calderon Kellett et Mike Royce avec Justina Machado, Rita Moreno, Todd Grinnell

    Saison 2.
    C'est toujours plaisant de suivre cette famille cubaine. Certains passages m'ont fait beaucoup rire (je ne me souviens pas avoir beaucoup rit la saison dernière). Mais les problèmes de discours surécrit moralisateur, même s'il sont louables, sont toujours d'une trop grosse lourdeur. C'est vraiment dommage de ne pas arriver à le faire de façon plus subtile, parce que la série a de bons sujets, en plus de proposer une famille sympathique à suivre. En cela le dernier épisode de la saison m'a semblé too much. Là ou l'an dernier le final me cueillait et me faisait surnoter la série avec un 7, cette fois-ci je me résous à être plus juste et à descendre la note à 6.
  • 25
    Bande-annonce

    Last Chance U (2016)

    1 h. Première diffusion : . 4 saisons. Sport et documentaire.

    Série de Greg Whiteley avec Buddy Stephens, Jason Brown, Ron Ollie

    Saison 2.
    La série reste toujours intéressante à suivre sur plusieurs points. Le premier c'est qu'il reprend la suite de la saison 1, avec les conséquences des événements passés et l'ombre de la bagarre générale qui pèse sur l'équipe. On voit aussi les retombés de la diffusion de la série, à la fois avec l'avis des habitants de la ville mais surtout par la remise en question du coach sur son attitude. On voit bien à quel point ça l'a affecté et comment il tente de s'améliorer, pourtant, je n'avais pas souvenir qu'il était si horrible pendant le visionnage de la première saison, mais au fur et à mesure de celle-ci je l'ai trouvé de plus en plus puant.
    Il y a aussi de nombreux autres ajouts qui sont intéressants à suivre, comme cet épisode qui s'intéresse à l'équipe perdante, ou la position des autres coachs de l'équipe.
    Comme l'an dernier, les matchs sont bien retranscrits et rythment parfaitement le récit. De même, les aspirations des jeunes joueurs, et la recherche constante d'une grande équipe universitaire, premier pallier vers le draft et la NFL, sont toujours passionnants.
    Pour autant la série souffre cette saison de quelques longueurs, dû notamment à des jeunes bien moins charismatiques que l'an passé, et dont certains m'ont même passablement agacé de part leur comportement. Honnêtement, y'en a même un j'ai souhaité qu'il ne trouve pas d'université, car son attitude ne démontrait en aucun cas son envie de réussir, il ne s'en donnait pas vraiment les moyens. Ce sentiment était contrebalancé par De'Andre, ce jeune talentueux et bosseur QB qui n'a pas cessé de travailler pour montrer à quel point son erreur de jeunesse ne le définissait pas et qu'il méritait une seconde chance.
  • 26
    Bande-annonce

    Orange Is the New Black (2013)

    1 h. Première diffusion : . 7 saisons. Comédie, policier et drame.

    Série de Jenji Kohan avec Taylor Schilling, Laura Prepon, Selenis Leyva

    Saison 5.
    Cette saison 5 se binge watch toujours pas trop mal. Je persiste à penser que cette série est construite pour être vue ainsi. C'est d'autant plus criant avec cette saison qui se concentre sur ces trois jours d'émeutes. Je pense qu'il y aurait eu une fuite de téléspectateurs si il avait fallut attendre 1 semaine entre chaque épisode. Curieusement narrativement OITNB réussi à tenir sur ces 13 épisodes sans trop se répéter, sans trop lasser. Ce qui n'était pas si évident. Le problème c'est que ça ne suffit pas pour raconter quelque chose de fort, d'émouvant, de drôle, tout du long de cette saison. J'arrive à peine à me souvenir des moments marquants, alors même que je viens de la finir. Pour moi je garde surtout en tête Taystee dans la plupart de ses scènes (le truc le plus réussi de cette saison et largement !), Mendoza tiraillée par ce sentiment d'impuissance face à son fils (j'aime beaucoup ce personnage) et la révélation de Piper quant à son amour pour Alex (ouais, je l'aime pas Piper, mais cette saison elle était presque supportable).
    Le problème majeur d'accentuer le huis-clos cette saison, c'est que cela exacerbe les pires folies des personnages. OITNB sombre dans l’excès (et pourtant elle n'en a jamais été très loin). Les ressorts comiques de certains personnages ont fini par profondément m'agacer : en premier lieu les deux drogués débiles... Sans compter que la réhabilitation de Pennsatucky a basculé me concernant vers un désintérêt majeur. Le problème de cette série est toujours le même : un déséquilibre total entre passages, personnages, dialogues percutants et des moments oubliables, voir pathétiques.
  • 27

    Sisters (2017)

    1 h. Première diffusion : . Drame.

    Série avec Charlie Garber, Dan Spielman, Maria Angelico

    Saison 1.
    Une série sympathique à regarder, mais tout à fait anecdotique. L'histoire est un peu improbable, mais on se laisse embarquer quand même. Les liens semblent un peu artificiels, même si la série tente de créer quelque chose tout au long de la saison.
    Les trois personnages principaux ne passionnent pas tous de la même manière. J'avoue avoir été plus touchée par le traitement du personnage de Julie et Edie que par celui de Roxy. Le ton est plutôt frais, ça fait régulièrement sourire, mais par moment la série sait émouvoir, par ces personnages pommés et imparfaits.
    J'ai été un peu déçue par le casting par contre, que je ne trouve pas toujours très juste. Mais globalement Sisters fait le job et ça se regarde vite : 7 épisodes.
  • 28
    Bande-annonce

    Fear the Walking Dead (2015)

    43 min. Première diffusion : . 5 saisons. Science-fiction, thriller, Épouvante-horreur et drame.

    Série de Dave Erickson et Robert Kirkman avec Kim Dickens, Cliff Curtis, Frank Dillane

    Saison 3.
    Globalement j'ai été assez déçue de cette troisième saison. Mais principalement parce que la saison 3B n'est pas à la hauteur de la 3A. La première partie avait en effet réussi à stabiliser les personnages, à les faire évoluer, à les questionner sur ce à quoi ils aspiraient dans ce monde. En effet depuis le début de la série les protagonistes n'ont jamais eu le temps de se poser et de se questionner vraiment là dessus. La survie était leur seule préoccupation. Avec le ranch les personnages ont pu goûter à un sentiment de sécurité, qui les a naturellement confrontés aux aléas du ranch et des alentours, ce qui a abouti à une vraie prise de position des personnages. C'est ainsi que Nick et Maddison à l'issu de cette première partie prenaient une décision irréversible, qui nécessairement allait les changer à jamais.
    Là ou cette seconde partie m'a déçue c'est dans sa façon si expéditive, accéléré, foutraque et légèrement con-con de tout bazardé. Certes, la perte du ranch montre encore plus à quel point il ne faut pas trop se projeter, espérer, rêver dans ce monde infesté. Cette perte met d'autant plus en face les décisions prises par les personnages afin de maintenir ce qu'ils avaient, et rend tout dramatiquement vain, seul leur conscience pour conséquence. C'est dommage de passer en parti à côté de tout ça en y allant au rouleau compresseur, avec des changements de perspectives tous les deux épisodes. Certaines situations étaient complètement ridicules, les personnages ayant des réactions un peu débile (alors même que jusqu'ici ils étaient plutôt sensés) pour arriver à les foutre dans la merde.
    Là ou la série avait réussi à prendre son temps, elle bazarde tout en quatrième vitesse, on perd beaucoup du traitement des répercutions sur les personnages. En cela l'épisode du bunker était d'une grande déception, tant les sacrifices fait par Alicia, dont les conséquences émotionnelles auraient pu être très bien traité, a été balayé dans le même épisode par une surenchère ridicule de morts.
    La série a voulu accéléré les choses dans cette seconde partie de saison, au détriment d'un traitement plus posé des événements, des conséquences et des évolutions des personnages. Dommage, la première partie de saison m'avait fait croire que Fear The Walking Dead avait enfin trouvé le bon équilibre.
  • 29
    Bande-annonce

    Citrus (2018)

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Romance, drame et animation.

    Anime de Takeo Takahashi et Saburouta avec Ayana Taketatsu et Tsuda Minami

    Saison 1.
    Weird. Je ne sais pas trop quoi penser en fait. Je ne suis pas du tout familière du genre. Alors autant dire qu'au départ j'étais en mode WHAT.THE.FUCK. Certains trucs mettent carrément mal à l'aise (oh putain la gifle que fout Yuzu à Mei dans un épisode m'a fait un bien fou !). Certains trucs m'ont juste fait mourir de rire, entre quelques bonnes répliques qui claquent, des têtes de personnages comme certains animés savent faire, qui te fait exploser de rire, et puis certains moments qui vont tellement trop loin que ça en est drôle (l'épisode de "compétition" entre Yuzu et Momokino pour "le faire" avec Mei , mais whaaaaaat !). Et puis je ne sais pas si c'est parce que je me suis habituée au ton, ou si c'est juste que le ton a changé, mais au fur et à mesure ça m'a paru bien moins creepy comme relation, assez juste dans le traitement des sentiment amoureux (et des questionnements qui prennent bien la tête inhérents au fait que l'autre ne partage pas les mêmes sentiments). J'ai bien aimé les nouveaux personnages et obstacles qui sont arrivés au fil de la saison pour rythmé le truc. Yuzu, par son exubérance, son naturel, sa gentillesse un peu con-con, est marrante à suivre. Mei est par contre très chelou ! Et jusqu'à la fin je trouve. Bref, j'ai binge watché un truc ahurissant que je ne conseil pas, tellement c'est n'importe quoi. Mais par contre rien que pour le "Game Over" de l'épisode 7, je suis contente d'avoir vu cet animé, j'étais trop morte :D.
  • 30

    Comic Girls (2018)

    25 min. Première diffusion : . Comédie et animation.

    Anime de Hanzawa Kaori

    Saison 1.
    Sympathique, vite fait. Drôle, vite fait. Je ne sais pas quoi dire d'autres. Oubliable, mais j'ai pas détesté retrouver cet anime toutes les semaines.
  • 1
  • 2