Top séries 2018-2019

Avatar Skyler-m Liste de

23 séries

par Skyler-m
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
    Bande-annonce

    Pose (2018)

    45 min. Première diffusion : . Drame.

    Série de Steven Canals, Brad Falchuk et Ryan Murphy avec Mj Rodriguez, Dominique Jackson, Indya Moore

    Saison 1.
    Pose c'est une série qui réchauffe vraiment le coeur. Elle nous accueille dans sa communauté, dans cette famille, les bras ouverts, avec sa joie de vivre, d'exister. La réussite de cette série c'est de ne pas traiter ses personnages et son thème comme un freak show, mais de simplement nous raconter une histoire, celle d'un quotidien pas très facile, mais qui veut y croire, qui veut exister, aimer, avoir des ambitions, se sentir accepter, juste compter un peu dans cette vie.
    Pose aborde donc avec justesse, émotion et parfois beaucoup d'humour ces différents parcours de vie. L'ambiance est parfaite, les acteurs assez bons, les personnages diversifiés. Vraiment, cette série m'a séduite par le traitement de son sujet, par la beauté de ses personnages et par ces petits moments touchants distillés par-ci par-là durant toute la saison.
  • 2
    Bande-annonce

    The Haunting of Hill House (2018)

    56 min. Première diffusion : . 1 saison. Épouvante-horreur, anthologique, thriller et drame.

    Série de Mike Flanagan avec Michiel Huisman, Carla Gugino, Henry Thomas

    Saison 1.
    Une série très réussi pour le genre. Sa construction ne sert pas à complexifier à outrance son récit, mais sert complètement la tension et la fascination qui veut être mise en place. Je trouve toujours difficile de maintenir l'intérêt du téléspectateur sur une dizaine d'épisodes pour le genre horrifique, ici la recette fonctionne bien. Même si les personnages empruntent aux clichés des caractéristiques d'une grosse fratrie dans les séries, la double histoire raconté sur deux temporalités, donne de l'épaisseur à leurs liens et à leurs traumatismes. Alors certes j'ai préféré la série sur sa première partie, avec la mise en place des événements par le prisme de chacun des membres de la famille, avec le point culminant de l'épisode 5 et l'excellent épisode de basculement au 6. La seconde partie déroule un final moins fascinant mais tout aussi efficace dans sa construction. Le final m'a certes déçue, mais je trouverais dommage de s'arrêter à cela et de passer à côté de cette petite réussite.
  • 3
    Bande-annonce

    Killing Eve (2018)

    40 min. Première diffusion : . 1 saison. Thriller, policier et drame.

    Série de Phoebe Waller-Bridge avec Sandra Oh, Jodie Comer, Fiona Shaw

    Saison 2.
    J'ai beaucoup aimé cette seconde saison. Le premier épisode nous remet très bien dans l'ambiance, avec une Vilanelle toujours plus barrée et une Eve dépassée par ses propres actes. Ensuite la saison temporise un peu, en introduisant une nouvelle tueuse, qui nous détourne légèrement du jeu entre Vilanelle et Eve, qui n'est pas déplaisant, mais nous rappel que c'est bien elles, et leur dynamique, qui est au coeur de la série et qui fait tout son sel et son intérêt. La seconde partie se recentre, en faisant de l'affaire Peel un bon support aux ambivalences des rapports entre les deux femmes. Le duo reste passionnant, les personnages imprévisibles, pour aboutir à un bon final de saison, qui donne clairement envie de voir la suite.
  • 4
    Bande-annonce

    Sharp Objects (2018)

    52 min. Première diffusion : . 1 saison. Mini-série, drame et thriller.

    Série de Marti Noxon avec Amy Adams, Patricia Clarkson, Chris Messina

    Saison 1.
    J'ai été fascinée par cette série et cela tient bien plus à la réalisation qu'à son histoire. Cette ville, cette famille, ces secrets, nous accroche à la peau, avec ce malaise, ce sentiment que les apparences n'arrivent pas à cacher la pourriture sous le décor. On sent vraiment que c'est nauséabond dès le départ. J'ai aimé que les souvenirs de Camille lui revienne par bribe, on nous évite les flashbacks lourds et surécrit pour laisser le téléspectateur comprendre avec si peu, tellement de choses. Amy Adams incarne parfaitement ce personnage à fleur de peau, dont on comprend rapidement la façon dont sa famille dysfonctionnelle a pu y jouer un rôle. Les personnages d'Amma et d'Adora viennent compléter le tableau d'un trio de femmes dérangeant.
    Alors certes, on pourra regretter un final en deux temps, dont la première partie m'a parfaitement séduite, par ce malaise profond dans lequel j'étais, mais dont la seconde partie peut sembler un peu légère, prenant le parti de laisser des pointillées pour relier l'ensemble à sa conclusion. Pour ma part, je trouve ça cohérent avec cette volonté depuis le départ de la série, de distiller des réponses et nous laissant combler les blancs.
  • 5
    Bande-annonce

    Formule 1 : Pilotes de leur destin (2019)

    Formula 1: Drive to Survive

    40 min. Première diffusion : . 2 saisons. Documentaire et sport.

    Série de Sophie Todd avec Daniel Ricciardo, Kevin Magnussen, Fernando Alonso

    Saison 1.
    Une série documentaire prenante sur l'envers du décor de la formule 1. On y suit les petites et moyennes écuries et les pilotes qui luttent pour le milieu du classement. Le découpage de la saison, à la fois chronologique, mais se focalisant sur 1 ou 2 pilotes et une 1 ou 2 écuries par épisode permet de mêler des enjeux plus long à des focales plus précises. Ainsi, à l'issu de la saison on a un portrait plus clair des enjeux de chacun. C'est passionnant à suivre, aussi parce que la formule 1 est un sport qui nous donne l'impression que tout le monde se déteste, ou la compétition transpire de partout et ou l'argent est un levier qui fait et défait des carrières.
  • 6
    Bande-annonce

    Sex Education (2019)

    51 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie et drame.

    Série de Laurie Nunn avec Asa Butterfield, Gillian Anderson, Emma Mackey

    Saison 1.
    Sex Education surprend dans son traitement de l'adolescence sous l'angle de la sexualité. Ce qui me semble assez pertinent tant c'est un thème très important à cet âge. Ici la série réussi à ne pas rentrer dans la surenchère, le voyeurisme, elle ne fait pas de son thème un prétexte non plus, décidant de parler de beaucoup de problématique tout au long de la saison. Sex education en décidant de ne pas se servir de son thème pour moraliser ou juger, fait d'elle une série ouverte et plaisante à regarder.
    L'autre force de la série ce sont les personnages, qui s'extraient tous des stéréotypes dans lesquels la série aurait pu les laisser. Le panel est riche, les personnages évoluent, ils sont tous attachant.
    En bref, une bonne série pour ado. Dont les décors, les costumes et le cadre, sert à rendre le propos intemporel.
  • 7
    Bande-annonce

    Game of Thrones (2011)

    52 min. Première diffusion : . 8 saisons. Aventure, drame et fantasy.

    Série de David Benioff et D.B. Weiss avec Peter Dinklage, Lena Headey, Emilia Clarke

    Saison 8.
    Je pense avoir bien moins mal vécu ce final que certain. Déjà parce que je n'ai jamais porté aux nues la série. Depuis la saison 3 j'ai indiqué à plusieurs reprises ce qui me gênait dans l'écriture ou la construction. Le support de G.R.R Martin a bien évidemment aidé Benioff et Weiss à raconter une histoire complexe, avec une galerie de personnage fascinant et ambiguë. Mais il avait pour moi le désavantage de laisser l'écriture de la série dans une forme de schizophrénie, ou l'envie de s'émanciper du support pour le caler sur la forme d'une série TV était mêlé à celle de vouloir rester au plus proche de la narration des livres. Pour autant, sans les livres il est devenu encore plus criant que l'écriture de personnages aussi riches n'est pas donné à tout le monde. Ainsi depuis la saison dernière il a fallut faire le deuil des subtilités pour laisser les scénaristes mener tambours battant le final. Au revoir le temps qui passe, les distances, les évolutions subtiles de personnage.
    Cette saison allait forcément décevoir sur certains points. Je regrette quelques facilités scénaristiques, je regrette quelques raccourcis, quelques scènes expéditives. J'aurais peut-être apprécié 2-3 épisodes de plus pour vraiment poser l'issu de certaines intrigues, de certains personnages, de certaines destinés. Cela manque de scènes, de dialogues. C'est un peu posé, entassé, ça manque de finesse. Mais ce n'est pas catastrophique non plus, pour la plupart des choses ça a du sens.
    Ce qui était très réussi dans cette saison, c'était la réalisation de ces épisodes 3 et 5, qui m'ont vraiment laissé sur le cul sur pas mal de points. Il y avait de belles scènes, mais aussi une montée dans l'horreur, dans la peur. Personnellement j'ai ressenti des choses en regardant cette saison, elle m'a accroché. C'est quand même là qu'on voit l'implication qu'on a eu pour la série, quand la destiné des personnages nous importe et quand on arrive à craindre ou s'émouvoir pour eux. Là dessus Game of Thrones n'a jamais déçu.
  • 8
    Bande-annonce

    Dix pour cent (2015)

    54 min. Première diffusion : . 4 saisons. Comédie.

    Série de Fanny Herrero avec Camille Cottin, Thibault de Montalembert, Grégory Montel

    Saison 3.
    Je retrouve vraiment ce que j'avais apprécié dans la première saison : des intrigues de bureau intéressantes, dynamiques et qui évoluent bien, des personnages attachants et un subtile mélange entre humour et émotion. Dix pour cent a surtout pour elle une très bonne écriture, les dialogues sont bons, certaines répliques font tellement mouche ! Cela fonctionne aussi parce que les acteurs sont à la hauteur (Cottin en tête de liste). Alors certes on peut regretter que les apports des acteurs (ceux dans leur propre rôle j'entends), ne sont pas fou, mais ils apportent ce qu'il faut d'humour pour équilibrer les guéguerres internes.
  • 9
    Bande-annonce

    Impulse (2018)

    50 min. Première diffusion : . 2 saisons. Science-fiction, drame et action.

    Série de Jeffrey Lieber avec Maddie Hasson, Sarah Desjardins, Enuka Okuma

    Saison 1.
    Voir critique.
  • 10

    Bloom Into You (2018)

    Yagate Kimi ni Naru

    25 min. Première diffusion : . 1 saison. Drame et animation.

    Anime de Makoto Katou

    Saison 1.
    J'ai du mal à prendre de la distance avec l'oeuvre originale. Je me demande vraiment comment j'aurais perçu cet anime si je n'avais pas lu le manga avant.
    Du coup je n'ai aucune surprise sur le déroulé. Je trouve toujours que la thématique est originale et rafraîchissante. Cette façon dont les personnages se cherchent et la façon dont s'est abordé, en décidant de prendre son temps et de vraiment creuser les paradoxes et les complexités des personnages et des relations humaines, c'est réussi. Je ne suis pas surprise, car c'était déjà très réussi dans le manga, et l'anime ne le trahi pas. Même si je n'avais pas souvenir que les sentiments de Yu soient aussi clair que ce que montre l'anime sur les derniers épisodes.
    Là ou je suis un peu déçue c'est par la beauté de l'oeuvre. Certes c'est propre et jolie, mais je n'ai pas été aussi émerveillée par la finesse des dessinscque lorsque je lis le manga.
    Je me questionne aussi sur le rythme de l'anime, très lent. Là ou ça me plait à 200% en lecture, parce que c'est aussi ça qui m'a touché dans le manga, ici, je ne sais pas. Je crois que ça se prête moins bien lorsque c'est un anime. Comme je connaissais déjà l'histoire, je savais ou ça allait. Je me demande si je ne me serais pas ennuyée si je l'avais découvert pour la première fois...
    Bref, bel anime, avec une thématique plutôt originale, sympathique, mais dont le rythme risque d'en rebuter quelques uns. Il faut vraiment qu'il y ait une suite par contre, parce que ce serait vraiment dommage de s'arrêter là dessus ! L'arc sur la pièce de théâtre n'est même pas conclu ! Quoi qu'il arrive, j'attends la vraie suite en manga :).
  • 11
    Bande-annonce

    Les Nouvelles Aventures de Sabrina (2018)

    Chilling Adventures of Sabrina

    55 min. Première diffusion : . 2 saisons. Aventure, drame, fantastique, Épouvante-horreur et thriller.

    Série de Roberto Aguirre-Sacasa avec Kiernan Shipka, Ross Lynch, Lucy Davis

    Saison 1.
    Très agréablement surprise par ce reboot de Sabrina. Je n'appréciais pas vraiment la série originale, j'y suis allée pour Kiernan Shipka principalement. Là dessus aucune déception, l'actrice porte vraiment la série, on croit vraiment à son personnage. Elle est à la fois touchante et déterminée, intelligente mais prise parfois par ses doutes et son égoïsme. Un vrai personnage principal qu'on aime à suivre !
    J'ai apprécié le ton de la série, qui ne se prend pas trop au sérieux, tout en proposant un vrai univers, avec sa mythologie, son histoire. Petit à petit les personnages et les enjeux s'avèrent plus intéressant qu'attendu.
    J'ai aussi été séduite par les dialogues et quelques éléments qui montrent bien que la série est de 2018, c'est moderne en beaucoup de choses subtiles. Et en même temps, je me suis prise de nostalgie sur certains points, qui m'ont rappelé le plaisir de regarder ce type de séries. Pendant quelques moments j'ai cru être replongé à la fin des années 90, notamment cet épisode très réussi du démon des rêves. Y'avait comme un goût du Buffy, ça m'a réconforté.
    Bref, sur tant de point la série fait tout à fait le job de ce qu'on attend de ce genre de série. Elle m'a tellement surprise que j'ai décidé de laisser de côté les quelques petits défauts de la série, notamment le fait que tout les acteurs n'étaient pas à la hauteur, pour ne garder que le plaisir qu'elle m'a apporté.
  • 12

    Les Filles du Rink (2019)

    Les de l'Hoquei

    50 min. Première diffusion : . 1 saison. Sport et drame.

    Série de Patricia Font et Kiko Ruiz Claverol

    Saison 1.
    Voir critique.
  • 13
    Bande-annonce

    Au fil des jours (2017)

    One Day at a Time

    30 min. Première diffusion : . 4 saisons. Comédie.

    Série de Gloria Calderon Kellett et Mike Royce avec Justina Machado, Rita Moreno, Todd Grinnell

    Saison 3.
    Cette saison 3 reste dans la veine des saisons précédentes, avec un thème (souvent de société), abordé par épisode. Certains d'entre eux arrivent à bien insérer le message à la structure, à la dynamique familial et à l'humour de la série. Parfois, comme auparavant, c'est un peu surécrit, mais ça m'a paru plus rare cette saison. Ce qui m'a plus posé problème c'est que certains sujets, ont, certes le mérite d'être traités, mais pas toujours aussi bien que cela aurait pu être (notamment la première fois d'Elena ou l'addiction de Schneider). Pour autant, One Day at a Time reste une des comédies les plus progressistes à l'écran, qui sait être percutante, dans l'air de son temps, tout en continuant à raconter la vie de cette famille attachante.
  • 14
    Bande-annonce

    Derry Girls (2018)

    25 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie.

    Série de Lisa McGee avec Nicola Coughlan, Louisa Harland, Saoirse-Monica Jackson

    Saison 2.
    J'ai encore passé un très bon moment devant cette série. J'ai trouvé les répliques encore plus drôle que lors de la saison précédente. Le contexte de la série est encore bien présent, et le mélange de genre est curieusement très efficace.
  • 15
    Bande-annonce

    Orange Is the New Black (2013)

    1 h. Première diffusion : . 7 saisons. Comédie, policier et drame.

    Série de Jenji Kohan avec Taylor Schilling, Laura Prepon, Selenis Leyva

    Saison 6.
    Une saison qui m'a plus accroché que les précédentes. Toujours la même histoire avec OITNB, déséquilibré, capable du bon comme du moins bon, avec des personnages tellement varié que selon les épisodes on peut être agacé ou touché. Pour autant, j'ai été un poil moins saoulé. Je dirais même que la série m'a bien diverti ! Le changement de décor a permis de mettre de côté certains personnages, d'introduire un peu de sang neuf sans que cela paraisse artificiel. Là ou les saisons précédentes les nouveaux devaient composer avec les règles de la prison, cette année ce sont les personnages récurrents qui s'adaptent et ce n'est pas plus mal. J'ai pour une fois bien adhéré aux "méchantes" de l'histoire, les deux sœurs avaient ce qu'il fallait, sans que ça prenne trop de place. C'est dommage par contre que le final se soit réglé aussi bêtement...
    Je regrette par contre le traitement du procès de Taystee, l'implication de Cindy. C'est bien que ce soit abordé, mais j'en aurais aimé plus. Différemment. Je ne sais pas, ça m'a semblé être trop mis au second plan, voir troisième plan, une bonne partie de la saison.
    Bref, OITNB a fait le job cette saison, sans que je vois trop les défauts. Juste qu'il n'y avait pas tant que ça de chose mémorable.
  • 16
    Bande-annonce

    Riverdale (2017)

    42 min. Première diffusion : . 4 saisons. Drame, thriller, policier et musique.

    Série de Greg Berlanti et Roberto Aguirre-Sacasa avec K.J. Apa, Lili Reinhart, Camila Mendes

    Saison 3.
    Cette saison 3 avait très mal commencé, avec cette histoire de jeu de rôle, une Alice lobotomisée (que je trouvais peu crédible au vu du personnage) et par un Archie Andrews encore dans la position d'un martyr, en prison. Cette histoire de combat illégal en prison me semblait complètement exagéré et j'avoue avoir eu du mal à rentrer dans l'intrigue de G&G.
    Heureusement la série a eu l'intelligence de relier les choses, de faire un pont avec les deux générations de personnage. Ainsi Riverdale nous livre le meilleur épisode de la série avec cet hommage à Breakfast Club. L'intrigue prend une autre tournure.
    Ce que j'ai apprécié surtout c'est qu'enfin les personnages s'extraient de leurs stéréotypes, plus rien n'est blanc ou noir, tout le monde trempe a plus ou moins dans la merde. Veronica ressort grandi de sa rupture avec Archie, elle devient plus indépendante, et c'est plaisant. Lui, continue à geindre, mais son histoire n'est pas majeur, donc on excuse plus facilement son manque d'intérêt.
    L'intrigue de la ferme m'a mise suffisamment mal à l'aise. Il est dommage que Kevin en devienne un pion oubliable. Mais Toni et Cheryl réussissent, cette saison, a exister un peu plus, ce qui est appréciable.
    Les derniers épisodes sont prenants et c'est exactement ce qu'on demande à ce genre de série. Le job est fait. Par contre l’épisode final est un peu too much à mon goût.
    Je vais finir par une remarque, Betty, the best.
  • 17
    Bande-annonce

    Élite (2018)

    50 min. Première diffusion : . 3 saisons. Policier, drame et thriller.

    Série de Carlos Montero et Darío Madrona avec María Pedraza, Itzan Escamilla, Miguel Bernardeau

    Saison 1.
    La série se regarde bien. On reste du grand classique : Des pauvres débarquent dans une école de riche, le meurtre mystérieux d'une élève, qui a fait le coup ? Cela va rythmer toute la saison. A croire que les séries pour ados ne savent plus qu'exister avec ce type de fil rouge...
    Ce qui est plaisant au final, c'est que c'est une série espagnole. Du coup les mentalités sont autre chose que ces séries lisses américaines. Aucun personnage n'est un saint et c'est appréciable.
    La série reste un peu trop balisée, même si le final est un peu surprenant.
  • 18
    Bande-annonce

    Atypical (2017)

    34 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie, drame et romance.

    Série de Robia Rashid et Robia Rashid avec Keir Gilchrist, Jennifer Jason Leigh, Brigette Lundy-Paine

    Saison 2.
    Cette seconde saison m'a un peu plus convaincu que la précédente. Déjà parce que je trouve que la série a réussi à bien mieux recentrer le sujet sur les personnages de la famille. Les différents thèmes de cette saison prennent le temps d'être traité tout du long (la relation des parents, l'acclimatation de Casey à sa nouvelle école, l'avenir de Sam), tout en arrivant à insérer des sujets pertinents sur le quotidien de Sam (mais d'autres aussi) dans chaque épisode. Globalement la série fait moins brouillonne, plus structurée et elle gagne donc en intérêt.
    Alors certes il y a toujours des tas de trucs qui me font tiquer, comme Julia, qui même si elle est moins présente, reste toujours inutile. Le personnage de Paige que j'ai toujours trouvé ridicule et exagéré, et la mère que je n'arrive vraiment plus à me saquer. Mais Doug prend une place tout a fait intéressante, Sam est attachant, même Zahid que j'appréciais peu, remonte dans mon estime. ET bien évidemment Casey, toujours la meilleure !!
    Bref, une série qui s'est vraiment bonifiée cette saison.
  • 19
    Bande-annonce

    Grey's Anatomy (2005)

    44 min. Première diffusion : . 16 saisons. Drame, romance, médical et soap.

    Série de Shonda Rhimes avec Ellen Pompeo, Patrick Dempsey, Sandra Oh

    Saison 15.
    Bon, je ne sais plus trop quoi en dire après de tant d'années. Les saisons passent et plus rien ne marque. Comme d'habitude pour Grey's Anatomy, elle tourne en rond. Certaines intrigues me laissent de marbre, d'autres sont prévisible, certaines manquent d'inspiration, de conviction, de cohérence. C'est dommage de la voir capable encore de nous marquer avec un épisode 19 percutant, et qu'à côté de ça on n'arrive même plus à s'émouvoir pour son final de saison.
  • 20
    Bande-annonce

    The Society (2019)

    55 min. Première diffusion : . 1 saison. Science-fiction, thriller et drame.

    Série de Christopher Keyser avec Gideon Adlon, Kathryn Newton, Sean Berdy

    Saison 1.
    Voir critique
  • 21
    Bande-annonce

    Coisa Mais Linda (2019)

    48 min. Première diffusion : . Drame.

    Série de Giuliano Cedroni et Heather Roth avec Fernanda Vasconcellos, Patrícia Dejesus et Maria Casadevall

    Saison 1.
    C'est un peu compliqué de noter cette série, parce que j'ai peu de recul sur les productions latino-americaine. La qualité d'image me semble assez bonne, compte tenu de ce que j'ai pu voir de certaines telenovela.
    Par contre pour la narration je suis un peu déçue. Les choses ne sont pas très bien rythmés, certains moments vont trop vite, alors que cela aurait nécessité d'être traité plus en profondeur. Les idées sont bonnes, l’enchaînement des événements aussi, mais l'exécution laisse à désirer. C'est probablement plus dans l'idée de rythmer la série, plus que par incapacité d'écrire et de poser les situations, mais ça donne un côté "à la va vite", un peu décevant.
    L'ambiance de la série est sympathique à suivre, la période, les musiques, ces personnages qui rêvent de liberté et de vivre leurs rêves. C'est dommage que parfois elle laisse la facilité scénaristique gâchée un peu l'ensemble (une impression de "que le monde est petit !" et une fin de saison too much).
    Globalement je n'ai pas passé un mauvais moment, mais je ne recommande pas spécialement.
  • 22
    Bande-annonce

    Camping (US) (2018)

    28 min. Première diffusion : . 1 saison. Comédie.

    Série de Lena Dunham et Jennifer Konner avec Jennifer Garner, David Tennant, Juliette Lewis

    Saison 1.
    Sentiment très mitigé sur cette série. Ce que je trouve très surprenant c'est que j'étais contente de la retrouver toutes les semaines et pourtant je ne l'ai pas vraiment aimé. J'ai dans tout les cas, toujours un problème avec des personnages profondément détestables, très proche de la réalité, dont on est sensé se moquer. Pour ma part je n'arrive pas à trouver la distance pour en rire, je suis juste agacée. En cela, Jennifer Garner joue parfaitement son rôle, j'avais une telle envie de l'insulter tout du long de la série. Camping réussi très bien à rendre le caractère insupportable des personnages, leur égocentrisme, leur travers. Ce week-end part en vrille totale, une vrille un poil exagéré, qui exacerbe bien trop les défauts de tout ces personnages. Le casting est d'ailleurs bien trop important pour creuser en profondeur les choses. Au bout du compte qu'est-ce que la série a réussi à nous faire passer comme message, en dehors que l'humain pu ? Je ne sais pas. Je n'ai pas détesté la série, mais son visionnage m'a laissé avec un gros point d'interrogation... Pourquoi ?
  • 23
    Bande-annonce

    The Umbrella Academy (2019)

    47 min. Première diffusion : . 2 saisons. Fantastique, action, drame et thriller.

    Série de Jeremy Slater et Steve Blackman avec Elliot Page, Tom Hopper, David Castañeda

    Saison 1.
    Je trouve cette série complètement ratée. Je n'ai rien contre un univers original, mais là on dirait un mélange de tout et n'importe quoi. Cumuler tout un tas de délire SF ne rend pas l'univers plus intéressant, au contraire... La série cumule les intrigues en les sous développant, c'est aussi ça le problème, quand on veut trop en faire, on fini par tout faire mal. Du coup, elles sont toutes sans intérêt, aucune ne nous accroche vraiment, ne nous touche vraiment. Elles se concluent souvent mal, partiellement, pas du tout, on zappe, on enchaine avec le reste, la suite, c'est sans saveur.
    La série tente de nous dépeindre des écorchés vifs, des enfants en manque d'amour, en désir de reconnaissance, maudit par des dons plus gros qu'eux. Mais aucun n'arrive vraiment à nous toucher, peut-être un peu Klaus, qui met du temps à errer au départ, puis par une entourloupe scénaristique un poil grossier, prend un virage salvateur. Pour le reste, on n'y croit juste pas, et tout est trop facile, sans surprise. Le final de la saison 1 est à la limite du risible, tout ça pour ça ? On est sensé vouloir revenir ?