Une liste dont VOUS êtes le héros -part 3

Avatar wildsevens Liste de

13 livres

par wildsevens

LISTE TERMINÉE! La suite ici: http://www.senscritique.com/liste/Une_liste_dont_VOUS_etes_le_heros_Part_4/381797

ATTENTION! Cette liste est la suite d'une grande aventure qui pue l'héroïsme mal placé dans une dimension macabrement épique.
Première partie de l'histoire: http://sens.sc/YhyYkv
Seconde partie: http://sens.sc/153EzDq

AVIS AUX NOUVEAUX JOUEURS : Si vous voulez un résumé plutôt que de vous farcir les épisodes déjà existants, envoyez-moi un mp !

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

QUÊTE PRINCIPALE ET ANNEXES
- Retrouver vôtre corps, quitter ce monde de dingues, retourner à la réalité quoi!
- Jusqu'ici, vous savez simplement que vous êtes le "Lecteur" et qu'un certain "Auteur" semble être omniscient dans ce monde. Il vous faut en savoir plus sur votre condition et sur cet "Auteur".
- Le seul indice qui se présente à vous est la lettre trouvée sur le bureau des loups garous, les invitant à voir l'agonie du roi... peut-être est-il au courant de quelque chose vous concernant? C'est un roi après tout!

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ÉQUIPEMENT
Vous pouvez utiliser librement les objets à tout moment du jeu. Il suffit de me le signaler dans les commentaires. Utiliser un objet vous fera basculer dans une nouvelle œuvre littéraire.
Attention, pour utiliser un objet, il faut l’approbation de trois d’entre vous. L’objet ne peut-être utilisé que pour sa capacité spéciale (connue ou non). Les utilisations « normales » des objets seront proposées dans vos choix à chaque épisode.

- Une pelle.
Elle est toute cabossée et pleine de sang. Semble relier des univers...
- Une lampe de poche.
Fait apparaitre un génie lorsqu’on l’allume. Il ne vous reste qu’un seul vœu disponible.
- Une flasque de Bourbon.
Le Bourbon a un effet étrange sur le corps du Bourbon Kid et semble démultiplier ses capacités au combat… Vous pouvez l’utiliser deux fois.
- Un jeu d'échec.
Absorbe les âmes de toutes les créatures proches de vous et les place dans les pièces du jeu. pièces libres:
NOIR: 2 tours, 1 fou, 1 cavalier, 5 pions.
BLANC: 2 fous, 2 cavaliers, 1 dame, 1 roi, 8 pions.
- Une veste magique.
Ses poches fournissent une réserve d'or infinie. Son utilisation se fera naturellement au fil de l'aventure, mais vous pouvez toujours choisir de l'utiliser pour "copiner" les différents personnages rencontrés avec un peu d'or...

- Une épée. (actuellement plantée dans le dos d'un dragon).
[N’a pas de pouvoirs particuliers. Vous ne pouvez l’utiliser que par les choix basiques proposés à chaque épisode].
- Deux pistolets mitrailleurs. Plus de munitions.
[N’a pas de pouvoirs particuliers. Vous ne pouvez les utiliser que par les choix basiques proposés à chaque épisode].

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ÉTAT PHYSIQUE
-Vous voilà dans la peau du Bourbon Kid.
-Griffures le long du torse. Déjà cicatrisé.
-Quelques côtes cassées. Chaque respiration est source d'une immense douleur.
-Cheville fracassée. Vous êtes incapable de marcher.
-Hématomes sur à peu près tout le corps.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

ÉTAT MORAL

Tendance Vertueuse
- Diplomate et réfléchi. Médiateur en cas de conflits, vous acceptez en outre les conditions des autres si cela peut éviter des effusions de sang.
- Respectueux des morts. Sauf quand c'est des zombies.
- Courageux. Affronter le Diable en personne ne vous fait pas peur!
- Honnête...alors qu'il serait si simple d'obtenir ce que vous désirez par la fourberie...
- Loyal.
- Protecteur des innocents. Un véritable chevalier blanc!

Tendance Neutre:
- Imprudent. Vous utilisez des objets extrêmement puissants sans avoir la moindre idée de leur capacité.

Tendance Maléfique
- Cupide. Et avare avec ça. Mais c'est là la source de votre courage...

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1

    Un pacte avec le diable

    Sortie : novembre 1997.

    Livre de T. Lenain et G. Lo Monaco

    Il vous faut prendre une décision, et vite. À présent que vous lui faites face, vous réalisez que vaincre le Diable relèverait du suicide. Accepter le pacte ne semble pas envisageable. Les énigmes vous tentent mais vous savez que vous ne ferez pas le poids face au Malin…
    Vous passez une main dans une poche de votre veste tout en réfléchissant. Le Diable s’impatiente. Vos doigts touchent tout à coup un objet de bois. Intrigué, vous le tâtez afin de deviner de quoi il s’agit.
    « – Eh bien, mortel ? Acceptes-tu mon pacte ? Décides-toi à présent ! »
    Le jeu d’échec ! Il s’agit du jeu que vous aviez dérobé aux loups. Ils avaient parlé d’une « relique »… peut-être a-t-elle une quelconque valeur ? Vous pourriez l’échanger contre la veste du Diable…de toute façon vous ne connaissez pas son utilité…
    « – Voila ce que je te propose, Diable. J’ai dans ma poche un objet de grande valeur. Je te l’échange contre ta veste. Qu’en penses-tu ?
    – Tu te moques de moi, humain. Ma veste fournit tout l’or du monde. Quelle que soit la valeur de ton trésor, il ne vaut pas celui de ma veste.
    – C’est que, cet objet a un pouvoir qui dépasse l’entendement. » Vous vous mordez les lèvres. Mentir au Malin ? Où cela vous mènera-t-il ?
    Mais vous avez touché la curiosité du Diable.
    « – Fort bien. Montre-moi l’objet, et je déciderais. Mais s’il ne me plait pas, ton âme sera mienne ; j’ai perdu trop de temps avec toi ici. »
  • 2

    Le Joueur d'échecs (1943)

    Schachnovelle

    Sortie : 1943. Nouvelle.

    Livre de Stefan Zweig

    La main tremblante, vous sortez le jeu d’échec. Il s’agit en fait d’une petite boite de bois repliée sur elle-même. Afin de bien la montrer au Diable, vous enlevez le crochet qui la tient fermée et l’ouvrez, en prenant soin de ne pas faire tomber les pièces qu’elle contient. Tout concentré sur vôtre tâche, vous sursautez au rugissement du Diable.
    Vous relevez brusquement la tête. Le Malin hurle et tire une longue langue fourche, vive comme des flammes. Il se jette sur vous, et son corps tout entier s’embrasse. Il va vous massacrer ! À vos côtés, le chevalier tire sa lame, prêt à en découdre… Mais voila qu’un charme étrange opéra.
    En un éclair, le Diable disparu, comme désintégré, avalé par le néant. Bouche bée, vous tournez la tête, et constatez que le chevalier a également disparu. Vous voilà seul, dans la clairière. Au sol se trouve tous les effets personnels des deux personnages : vêtements, armes, bourses… mais leurs corps et leurs âmes ont disparus de ce monde.
    Votre attention se reporte au jeu d’échec. Le roi noir et le cavalier blanc brillent étrangement. Vous les portez à vos yeux. Des lettres d’or viennent de s’inscrire sur chacunes d’elles. Le roi noir porte désormais l’inscription « Diable »…et le cavalier « Peau d’ours ».
    Est-ce donc là le pouvoir du jeu d’échec ? Vous comprenez mieux la rage des loups. Cette relique est dangereuse. Vous avez terrassé le Diable…mais emprisonné également l’âme du chevalier à jamais !
    En examinant les autres pièces, vous constatez que la dame, un fou, un cavalier et trois pions noirs sont également marqués d’inscriptions. Du côté blanc, les deux tours sont aussi marquées. Vous frissonnez. Vous vous baladez donc avec des âmes dans votre poche… Et pas n’importe lesquelles…

    Vous récupérez la veste magique et l’enfilez sous celle du Bourbon Kid. Elle vous fournira tout l’or dont vous pourriez avoir besoin. Vous échangez également votre machette contre l’épée du chevalier, plus légère et tranchante que votre propre arme.
    Que faire à présent ?

    1. Se reposer ici.
    2. Reprendre la route. Vous avez déjà un peu dormi, et vous devez trouver ce fameux roi avant qu’il ne meure. Reprenez le sentier.
    3. Vous venez de vaincre le diable ! Plus rien ne vous effraye ! Allez voir ce qu’il se passe du côté de la maison que vous aviez aperçu tout à l’heure.
  • 3

    Lancelot du Lac

    Sortie : 1225. Conte.

    Livre de Anonyme

    La nuit touche déjà à sa fin, et vous fnissez par voir l’aube se lever. Le soleil irradie la forêt de ses premiers rayons, et l’ombre se dissipe doucement sous sa chaude lumière. Quelque part dans les feuillages, des oiseaux se mettent à chanter. La forêt vous apparait soudainement comme plus calme, plus paisible. Le mal que vous pressentiez auparavant semble s’être dissipé. Votre affrontement avec le Diable en est-il la cause ? Ou bien est-ce simplement le levé du jour qui vous fait cet effet ? Qu’importe. Cela est doux et bon.
    Peu à peu la végétation se fait moins dense, plus légère. Un ruisseau chante près du sentier, et débouche bientôt sur un lac. Vous vous arrêtez. Le spectacle est magnifique.

    Le soleil vient refléter son visage du matin sur l’eau figée, comme un étrange miroir. Le ciel, la cime des arbres, les nuages, tout y est identiques. Deux visages jumeaux qui se fixent, immobiles, si semblables et pourtant si différents.
    Mais plus que cela, il règne ici une atmosphère fascinante, envoutante. Une aura de magie et de merveilles.
    Perdu dans vos pensées, vous ne l’entendez pas approcher. Sa voix vous fait sursauter, et vous vous retournez d’un bon, main sur la garde de votre épée.
    « – Magnifique, n’est-ce pas ? » Un chevalier tout en armure vous fait face. Votre réaction lui fait lever un sourcil, mais ne semble pas l’inquiéter. « Je vous ai fait peur ? »
    Vous vous détendez. Tout de blanc vêtu, il ne semble pas hostile. Vous lui demandez son nom.
    « – L’étiquette veut que l’on se présente, avant de demander à d’autres d’en faire autant », remarque le chevalier. Vous optez pour un sourire forcé.
    « – Pour cela, il faudrait que j’en sache plus sur mon propre compte… On me nomme le Lecteur… ou encore le Bourbon Kid… Mais je serai bien en peine de vous dire ce que cela signifie.
    – Vous pourchassez votre propre identité ? Bien. Je suppose qu’il faut un but à chaque homme. Permettez-moi de me présenter : Lancelot du Lac. Enchanté. »

    Lancelot…Lancelot du Lac ? Mais alors, ce lac, serais-ce celui de la Dame du Lac ? Auriez-vous basculé du côté des légendes arthuriennes ?

    1. Laissez partir Lancelot… et entrez dans le lac. Vous y trouverez surement des réponses…et des trésors à dérober.
    2. Demandez à Lancelot à rencontrer la Dame du Lac. Peut-être peut-elle vous aider ?
    3. Vous devez vous concentrer sur votre quête. Retrouvez ce roi à l’agonie. Lancelot sait peut-être quelque chose ?
  • 4

    Lancelot du Lac

    Sortie : décembre 2002. Roman.

    Livre de Jean Markale

    Lancelot vous regarde, interdit.
    « – Comment connaissez-vous l’existence de la Dame du Lac ? » Vous demande-t-il, soudain méfiant.
    « – Cela fait partie de mes avantages en tant que Lecteur, je présume.
    – Je ne comprends rien à votre histoire de lecture. Passez votre chemin. Il n’y a rien pour vous ici. »
    Les choses se présentent mal ; évidemment, dans le monde de Lancelot, peu nombreux sont ceux qui connaissent l’origine du chevalier blanc.
    « – Il y a méprise, seigneur Lancelot. Comme je vous l’ai dit, je suis à la recherche de ma propre identité. La Dame du Lac est dotée de grands pouvoirs et d’une sagesse infinie. Si quelqu’un peut m’aider ici-bas, ce ne peut être qu’elle ! »
    Lancelot hésite, toujours sur la défensive. Pour une fois, votre argumentaire se tient.
    « – Hélas, mon destin m’appelle ailleurs », finit-il par répondre. « Je suis déjà en retard ; je dois aller rencontrer le roi. Et vous laisser seul, cela il en est hors de question. Si vous souhaitez rencontrer la Dame un jour, accompagnez-moi d’abord voir le roi. Je jugerai alors de votre valeur au cours de notre voyage. »

    D’abord rencontrer le roi avant de revenir vers la Dame du Lac ? Et pourquoi pas ? Après tout, rien ne presse pour la Dame, et le roi est mourant…
    Cependant, vous avez vu trop de personnes mourir sous vos yeux pour ignorer la courte durée de vie de ceux que vous rencontrez. Et si Lancelot venait à mourir en cours de route ? Pourriez-vous toujours rencontrer la Dame du Lac ? Rien n’est moins sûr…

    Que faire ?
    1. « Fort bien, Lancelot. Je vous accompagnerais voir le roi ; je projetais moi aussi de le rencontrer, à dire vrai. Faisons donc la route ensemble, et je vous prouverai qu’il n’y a rien à craindre de moi. »
    2. « Non, Lancelot, n’y allez pas. Vous ne trouverez là-bas qu’un sombre destin, une tragédie à laquelle vous ne pourrez échapper. Rencontrer le roi et sa reine vous mènera vers de sombres chemins; aidez-moi plutôt. Je ne sais si votre avenir sera meilleur auprès de moi, mais au moins est-il encore incertain ; tandis que celui auprès du roi, je ne le connais que trop bien. »
    3. « Décidons de cela par nos lames, voulez-vous ? Je vous défie en duel, seigneur Lancelot. Celui qui fera couler le premier sang emportera le droit de décider du destin de l’autre. Si je perds, je viens avec vous, et je vous servirais. Je me plierais à vos choix. Dans le cas contraire, vous devrez m’obéir et menez à la Dame du Lac. Alors ! Seriez-vous trop lâche pour relever le défi ? »
  • 5

    Lancelot du Lac

    Sortie : mars 2006.

    Livre de François Johan

    Ayant choisi d’accompagner Lancelot, vous chevauchez à ses côtés sur une belle jument blanche que vous vous êtes offert auprès du premier village croisé sur votre route. L’argent du Diable ne vous aura pas été inutile.
    Cela fait maintenant quelques jours que vous cheminez ensembles. Peu à peu, la méfiance du chevalier blanc à votre encontre s’est dissipée, et vous voila à présent grands amis. Compter sur l’autre pour veiller sur son sommeil, partager chacun de ses repas, écouter l’histoire de l’autre et raconter la sienne forge une relation forte. Vous savez à présent que la lame de Lancelot vous sera fidèle autant que son cœur.
    Vous ne lui avez pas tout raconté sur votre passé, sur votre réelle identité ; et lui n’en a pas demandé plus que vous ne vouliez en parler. De son côté, il ne vous a rien révélé sur la Dame du Lac, et vous n’avez pas insisté. Vous commencez à comprendre à quel point il est bon en ce monde hostile de pouvoir compter sur des alliés. Mieux qu’un allié, un compagnon d’arme…un ami.
    À plusieurs reprises, votre route croisa celle de bandits ou d’étranges créatures ; et là où vous auriez pu vous retrouver en danger de mort, où la sauvagerie du Bourbon Kid aurait pu reprendre le dessus sur vous, la présence de Lancelot vous sauva à chaque fois la mise. Ensemble, vos lames transpercent chaque danger.

    Vous vous trouviez à une journée du château, d’après Lancelot, lorsque vous l’avez rencontré. Le chevalier Tristan, lui aussi en route pour le royaume, qui venait de fort loin et était venu à bord d’un grand navire. Neveu d’un roi, sa présence vous honore, pourtant il se conduit comme votre égal.
    La conversation va bon train et vous sympathisez rapidement, contant chacun vos aventures. Vous décrivez vos précédentes batailles, affirmez avoir combattu le Diable lui-même ; vos compagnons s’esclaffent et peinent à vous croire, pourtant vous sentez Lancelot à demi-convaincu, Tristan hésitant. Vous n’insistez pas.
    Votre récit fini, c’est à Tristan de parler de ses exploits.
  • 6

    Tristan et Iseut (1170)

    Sortie : 1170. Roman.

    Livre de Béroul

    « – Il y a quelques mois », commence-t-il, « on m’envoya combattre un ennemi de mon royaume, un géant terrible à la lame empoisonnée. Le combat fut rude, et je perdis beaucoup d’hommes dans l’entreprise, mais j’en sortis victorieux, quoique mortellement blessé ; le poison sur son épée se répandait dans mon sang et l’on me croyait déjà mort. Pourtant, j’appris qu’une seule personne, la nièce de ce terrible géant, délicieuse princesse aux cheveux d’or, était capable de me guérir. C’est ainsi que je fis la connaissance d’Yseult, qui me guérit de mes blessures, ignorant le terrible combat qui venait de se dérouler et sa fin tragique. Le temps passa, et je retournai au château de mon oncle, quand un présage vint avertir celui-ci qu’il épousera une princesse aux cheveux d’or. J’ai aussitôt pensé à cette Yseult. Nos deux royaumes étant en guerre, il y vit là l’occasion de sceller une alliance et en finir avec ces massacres qui n’ont que trop duré. Voila pourquoi je me dois de rejoindre le seigneur d’Irlande afin de le prévenir de l’arrivée de mon oncle. »
    Un demi-sourire effleure votre visage. Vous connaissiez déjà cette histoire, bien entendu…quoi que celle-ci soit légèrement différente de l’originale. Vous ne saviez pas que l’Irlande était en guerre avec…une minute. L’Irlande ? Êtes-vous donc en Irlande ?
    « – Hélas, mon ami », intervient Lancelot, « Il semblerait que votre navire se soit égaré. Nous sommes ici en Angleterre, et à un jour de marche de Camelot. Bien loin, j’en ai peur, de l’Irlande et de votre belle Yseult. »
    À ces mots, Tristan hausse les sourcils.
    « – Cela ne se peut, je suis déjà venu ici et connait bien le pays. Vous vous moquez de moi.
    – Me prendriez-vous pour un plaisantin ? Je me rends à Camelot pour y rencontrer Arthur, roi d’Angleterre, et m’y faire adouber chevalier. Vous pensez bien que je suis au courant de la chose.
    – Minute », intervenez-vous, « l’histoire que j’ai entendu est différente. J’ai reçu il y a peu une invitation pour assister à la mort du roi. C’est pour cela que je m’y rends.
    – Que dîtes-vous là ? Le roi n’est pas mourant ! Vous vous trompez de royaume !
    – Amusantes paroles de la bouche d’un homme qui s’apprête à demander la main du mauvais roi !
    – Allons, gardons notre calme…
    – Vous m’insultez, seigneur Lancelot. Si vous souhaitez en découdre, je suis votre homme !
    – Rien ne me ferait plus plaisir, en effet !
    – Bon sang, calmez-vous tous les deux ! »
  • 7

    Légende de Tristan et Yseult

    Livre

    Les deux chevaliers arrêtent leurs montures et se font face, main sur le pommeau de l’épée. Tout dans leur attitude est une mise en garde, un défi à mort lancé à l’autre. Ils sont sérieux. Vous ramenez votre monture entre les leurs, leur enjoignant de cesser leurs disputes stériles. Vous seul savez ce qu’il se passe. Trois univers littéraires différents viennent visiblement de s’entrechoquer. Les personnages en sont bouleversés. Les trames narratives se fondent et s’opposent. Ces deux là vont se massacrer pour rien… !
    Un rugissement terrible vous interrompt tous les trois, suivant d’un grand silence. Votre cœur se met à battre la chamade. Quelque chose de mauvais se prépare…
    « – Qu’étais-ce que cela ? »
    Un nouveau rugissement. Vous tournez tous trois le regard vers l’ouest. À quelques centaines de mètres se trouve une ville. Les toits fument, les remparts qui l’abritent sont pour la plupart ravagés. Un terrible incendie s’y propage. Soudain, une immense créature ailée s’en échappe, crachant un terrible jet de flammes dans un nouvel hurlement. Bon sang…
    « – …un dragon… !
    – On ne peut laisser cette créature réduire en cendre une ville entière », s’exclame Tristan. « Il faut leur venir en aide ! »
    Et sans plus attendre, le voila qui s’élance au triple galop, fondant droit vers le danger.
    « – Tristan, non ! Bon sang, comment espère-t-il combattre un dragon à lui seul ? Lancelot, avec moi ! Il faut lui prêter assistance ! »
    Mais Lancelot hésite. Vous percevez dans son regard un grand trouble. Cette histoire de rois l’a désarçonné. Qui détient la vérité ? Et si ce chevalier mourrait, peut-être serait-il, lui, celui qui avait raison. Peut-être que sa vérité disparaitrait avec lui…
    « – Nous devons trouver le roi », finit-il par dire. « Le trouver et le prévenir de ce terrible danger. Seuls, nous ne pourrons le vaincre de toute façon ».

    Que faire ?
    1. Suivre Lancelot pour trouver le roi. Seule une armée peut vaincre un dragon !
    2. Tant pis pour Lancelot, rejoignez Tristan avant qu’il ne soit trop tard ! Vous avez vaincu le Diable, un dragon ne vous fait pas peur !
    3. Tentez de convaincre Lancelot. Vous ne serez pas trop de trois pour vaincre ce monstre…mais vite ! Chaque seconde compte et met davantage en danger la vie de Tristan…
  • 8

    Le Dragon Griaule

    The Dragon Griaule

    Sortie : . Recueil de nouvelles.

    Livre de Lucius Shepard

    Non loin de là, une colline d’où s’élève un petit promontoire surplombe légèrement la ville. Vous vous élancez dans cette direction. Il vous faut seulement une dizaine de minute pour arriver à destination, mais déjà la ville semble ravagée. Plus de temps à perdre.
    Vous tirez une poignée d’or de la poche de la veste, la déposez au sol. Répétez la manœuvre. Rapidement le tas d’or prend de l’ampleur. Ce faisant, vous observez les survivants affronter le dragon, le cribler de flèches, en vain : le monstre semble insensible à cela. Au milieu de cette folie, Tristan chevauche entre les flammes, tirant d’innocentes victimes de maisons embrasées, attirant l’attention du dragon sur lui. La créature rugit de nouvelles flammes, un bâtiment s’écroule dans un craquement sinistre. Vite.
    Le tas d’or semble désormais conséquent. Vous hurlez.
    « – Dragon ! Approche ! Quelle que soit la raison de ta colère, voici une offrande que tu ne saurais refuser ! »
    Et ce faisant, vous ajoutez davantage d’or encore au tas entreposé à vos pieds.
    La créature ailée tourne son immense tête vers vous le promontoire où vous vous trouvez. Aperçoit l’or. Dans un rugissement, le voila qui approche. Ses gigantesques griffes viennent se cramponner à la roche, ses ailes battent et vous envoient des rafales d’air pour se stabiliser. Le monstre vous fait face. Devant lui, votre petit tas d’or semble misérable.
    « – Dragon, je sais combien ta race affectionne l’or. En voici pour toi ! En échange, daigne épargner tous les innocents que tu pourchasses ! »
    Le dragon penche la tête d’un côté, puis de l’autre. Comprend-il seulement la situation ? Soudain sa voix résonne tout autour de vous, tel un tremblement de terre.
    « – Cette somme est misérable, humain. Je devrais te rôtir pour l’affront que tu me fais. Les vies de tes semblables ne valent-elles rien d’autre ? »
    Voila autre chose. Vous fourrez la main dans votre poche, prêt à rajouter de l’or… Mais quelque chose vous arrête. La cupidité des dragons est sans limite. S’il comprend la magie de votre veste, il la voudra pour lui. Or, il s’agit là de votre seule richesse ; et vous ne pouvez compter voir le roi sans une seule pièce d’or pour assurer vos arrières…

    Que faire ?
    1. Ajouter de l’or dans le tas. Qui vivra verra…
    2. Attaquez ! Le dragon est à porté de lame, c’est le moment où jamais !
    3. Votre belle idée parait tout à coup bien ridicule…fuyez ! Cette veste est à vous, hors de question de la céder !
  • 9

    Dragon rouge (1981)

    Red Dragon

    Sortie : 1981. Roman et policier.

    Livre de Thomas Harris

    « – Très bien dragon. Tu veux plus que mon or ? Alors voilà pour toi ! »
    Vous vous jetez sur la créature dans un hurlement. Surpris, le monstre crache ses flammes un poil trop tard : le jet brulant passe au dessus de votre tête, de justesse. Vous fondez sur ses pattes, dégainez et frappez dans le même mouvement. Mais, malgré toute la force de votre attaque, votre lame ne tranche pas le membre, trop bien protégé par les écailles du dragon, véritable armure naturelle. Vous parvenez toutefois à en arracher une dans une gerbe de sang. Surpris, le monstre pousse un rugissement semblable au tonnerre. Déséquilibré, le voila qui bascule en arrière.
    Vous pouvez remercier Peau d’Ours : sa lame, bien plus tranchante que votre machette, fait des miracles. Armé de votre précédente arme, vous n’auriez même pas pu érafler les écailles du monstre.

    Dans un puissant battement d’ailes, le dragon parvient à se retourner sur lui-même et reprendre un vol normal.
    Vous le surplombez légèrement, et dans sa position, il ne peut pas vous attaquer. C’est votre chance ! Sans hésitez vous sautez du promontoire, tenant fermement votre lame à deux mains. Si vous réussissez cette attaque plongeante, vous devriez pouvoir infliger de gros dégats à ce monstre. Dans le cas contraire…vous vous écraserez lamentablement au beau milieu des flammes.
    Mais il est un peu trop tard pour penser à cela.

    Réussirez-vous votre attaque ?
    Appliquons ici le même principe que lors du combat contre les loups garous. Vous avez jusqu’à demain midi pour me proposer des critiques (positives ou négatives, tout univers confondu) de chevaliers affrontant un dragon. Attention, il ne suffit pas d’une histoire de dragons hein : il faut un combat entre un chevalier (épée, bouclier, tout l’bordel) contre une de ces créatures.
    Trois étapes :
    1. De 0 à 5 critiques.
    2. De 6 à 10 critiques.
    3. Plus de 10 critiques.
    Comme d’habitude, si vous dépassez les 10 critiques avant l’heure limite ou que vous utilisez un objet, l’épisode suivant sera immédiatement publié.
  • 10

    Dragon déchu

    Fallen Dragon

    Sortie : 2001. Roman.

    Livre de Peter F. Hamilton

    Dans une vaine tentative d’esquive, le dragon bat des ailes pour gagner en vitesse. S’il vous évite, vous chuterez dans le vide… !
    Mais non. Trop lent : vous atterrissez sur son dos et votre lame vient violemment empaler le monstre. D’une main, vous vous cramponnez à votre lame toujours profondément enfoncée, tandis que la créature tente désespérément de reprendre son envol. Chaque battement d’aile doit être une véritable torture.
    De votre main libre, vous saisissez un pistolet mitrailleur, le braquez sur la nuque du dragon. Ouvrez le feu. Une rafale de balles luminescentes viennent déchirer les écailles de la créature en une explosion sanguinolente. Hurlant de plus belle, le dragon se met à vriller. Surpris, vous perdez prise. La lame reste enfoncée dans le dos du monstre, tandis que vous tombez. Vous tombez !
    Vous avez à peine le temps de jeter un regard en contrebas que déjà le sol vous rappelle violemment à lui. Vous vous écrasez à grands fracas sur le toit d’une maison en flammes. Votre jambe est passée au travers de tuiles fragilisées par le feu. La douleur irradie dans tous votre corps… vous tentez vainement de vous redresser, mais vos côtes vous envoient un douloureux signal. Vous êtes immobilisé.
    Le dragon plane maladroitement au-dessus de vous. Il lance une série d’hurlements titanesques. Bon sang, il faut que vous sortiez de là !
    « – Besoin d’un coup de main, Lecteur ?
    – Lancelot… pas trop tôt… »
    Le chevalier blanc vous a rejoint sur le toit. Vous saisissez sa main, et il vous remet douloureusement sur pied. Vous passez un bras derrière ses épaules afin de trouver un appui. Votre jambe vous lance, mais elle ne semble pas cassée. Par contre, plusieurs côtes cassées vous empêchent de respirer normalement…
    Le dragon tente de revenir à la charge, mais une volée de flèches le retient en hauteur. Tristan mène les troupes de la ville au combat !
    « – Seigneur… ! »
    Le dragon revient à la charge, crachant un jet de flamme sur les archers, qui n’ont que le temps de s’abriter derrière un bâtiment. Le monstre fonce se vous !
    Lancelot vous repousse tire sa lame, lève son bouclier. Il va y passer !

    1. Utilisez vos pistolets mitrailleurs. Tirez !
    2. Votre lame est encore sur le dos du dragon. En calculant bien votre coup, vous devriez pouvoir bondir sur le dos du monstre…et l’achever.
    3. Inutile d’espérer survivre à une attaque frontale ! Tirez Lancelot de là. Utilisez le trou que vous avez fait en chutant pour vous mettre à l’abris !
  • 11

    Le dragon

    Sortie : 1944. Théâtre.

    Livre de Evgueni Schwartz

    Vous dégainez vos armes. Le Dragon est déjà sur Lancelot et s'écrase lourdement sur son bouclier. Le chevalier blanc est propulsé de plusieurs mètres en arrière et tombe du toit. Vous ouvrez le feu, bondissant sur le côté pour esquiver un coup de griffes. Vos balles semblent efficaces et perforent l'épaisse armure d'écailles du monstre dans une profusion de sang. Le dragon hurle et libère un nouveau jet de flammes.
    Vous vous jetez au sol dans une rafale de balles qui viennent plomber son palais, dévissant son attaque. Les flammes s'envolent bien au dessus de votre tête. Vous vous redressez difficilement, souffle court. Votre corps vous rappelle à ses limites... vous ne pouvez pas continuer ainsi...
    «- Viens un peu par là, chien des enfers! »
    Tristan est à son tour monté sur le toit et défi le monstre. Qui ne prend pas la peine de se retourner: un grand coup de sa queue bardée d'écailles comme autant de lames vient frapper son bouclier, le projetant en arrière. Le chevalier se relève. Le dragon se jette sur vous.
    Vous esquivez d'un bond sur le côté, mais ne parvenez pas à vous rétablir correctement avec votre cheville foulée. Vous vous écrasez au sol. Vous tirez une nouvelle rafale. « clac ».
    « clac »?
    Plus de munitions!
    « - Bon sang...c'est pas le moment! »
    Tristan court vers le monstre. Lancelot vient à son tour de remonter sur le toit. Il boîte.
    Le tueur de géant se jette sous la gueule du dragon, esquive un jet de flamme, taillade la patte que vous aviez déjà blessée. Le dragon se cabre sur ses pattes arrière, déchirant l'air de ses griffes. Un coup mortel est arrêté par le bouclier de Tristan, et le déchire comme s'il avait été de papier. Tristan recule, Lancelot arrive sur le champ de bataille.
    D'un coup de queue, le dragon vient embrocher une jambe de Tristan. Le chevalier s'effondre dans un hurlement. Un jet de flamme manque de consumer Lancelot mais réduit son bouclier en une bouillie brûlante. Tristan esquive un nouveau coup de queue inextremis en roulant au sol. Le prochain coup sera fatal! Lancelot bloque au dernier instant une morsure, sa lame luttant contre les dents acérées du monstre. Le dragon s'apprête à cracher ses flammes. Lancelot ne peut pas esquiver!

    1. Jetez-vous sur Lancelot et sauvez-le des flammes!
    2. Foncez secourir Tristan!
    3. Le dragon est occupé au sol. C'est le moment! Bondissez sur son dos; récupérez votre lame et achevez-le.
  • 12

    L'Œil de la Lune (2008)

    The Eye of The Moon

    Sortie : juillet 2008. Roman.

    Livre de Anonyme (Bourbon Kid)

    Vous avalez une rasade de bourbon. Aussitôt, la douleur qui déchirait votre corps semble diminuer, presque disparaitre. Une rage sourde gronde en vous. Une sauvagerie longtemps retenue vient de se libérer. Le Bourbon Kid est de retour.
    Vous foncez sur la tête du dragon et lui décochez un formidable coup de poing. La bête lâche son emprise sur Lancelot.
    « – File ton épée », ordonnez-vous au chevalier blanc. Vous la lui arrachez des mains, bondissez au-dessus de la tête du monstre et vous réceptionnez sur son dos. De toutes vos forces décuplées par le bourbon, vous enfoncez l’épée de Lancelot entre les écailles du monstre. Dans un hurlement, vous courrez vers votre propre lame, tranchant la chair du dragon en une longue sillée rouge. Vous récupérez l’épée, bondissez. Tristan tente désespérément d’éviter la queue du dragon qui frétille de douleur. Vous atterrissez sur le membre bardé d’écailles, y plantez vos deux lames. Dans un mouvement brusque, vous tranchez la queue.
    Le dragon pousse un rugissement à vous en faire siffler les oreilles et tente de s’envoler, battant de ses puissantes ailes. Il veut fuir ? Vous n’en avez pas fini avec lui.
    D’un autre bond improbable, vous atteignez son dos inondé de sang. Vous vous placez juste entre les deux ailes et frappez. Le dragon hurle, s’écrase au sol, dégringole du toit. Dans la chute, vous atteignez le cou du dragon, y plantez vos lames pour ne pas être séparé du monstre. Vous vous effondrez tous deux au sol dans un nuage de poussière.

    Lorsque le voile de poussière se dissipe, Tristan et Lancelot vous voient marcher vers eux, trainant à bout de bras l’énorme tête décapitée du dragon.
    Peu à peu, le bourbon se dissipe. Vous trébuchez, vous effondrez. Doucement, le monde sombre dans l’obscurité.

    Vous vous éveillez dans un lit de paille. Tristan et Lancelot se disputent dans une pièce voisine. Vous les appelez. Que se passe-t-il ?
    « – Il faut décider que faire, Lecteur. Vous ne pouvez chevaucher dans cet état ; attendre ici votre guérison prendrait plusieurs mois. Si nous retournons voir la Dame du Lac, cela ne prendra que quelques jours…plus le temps du voyage.
    – Je dois trouver le roi au plus vite afin que mon seigneur prenne la main de sa fille. Je ne peux m’attarder ici.

    1. Retournez avec Lancelot voir la Dame du Lac.
    2. Laissez partir les chevaliers, et attendez ici votre guérison.
    3. Le roi est mourant, d’après vos sources, vous ne pouvez pas prendre de retard. En route !
  • 13

    La récompense

    Sortie : septembre 2007.

    Livre de Léna Murgu-Adam

    Vous voilà donc tous trois prêts à quitter la ville. Vous avez décidé d’un commun accord de laisser passer la nuit, durant laquelle Tristan a soigné ses propres blessures. Le chevalier tient à peine debout mais a insisté pour partir directement rejoindre le roi.
    « – Cette histoire de rois m’inquiète », a-t-il avoué. « Lecteur, vous affirmez que le roi est mourant. Si votre version est véridique, je ne peux me permettre de perdre plus d’une semaine. Mes blessures attendront. »
    Toute la nuit, les survivants de l’attaque ont pansés leurs blessures et tentés de rendre les maisons noircies habitables. Vous avez été traité du mieux possible : votre couche était la seule encore digne de ce nom. La plupart des habitants dormaient dehors, et le vent charriait sur le visage les cendres de la bataille. C’est à un peuple barbouillé de noir que vous faites vos adieux.
    « – Bonne route, seigneur Tristan. Soyez prudent. Nous nous reverrons auprès du roi !
    – Je l’espère, seigneur Lancelot. Je l’espère… »
    Vous partagez la même monture que Lancelot, incapable de tenir seul sur un cheval. À moitié inconscient à cause de la douleur, vous serrez une poignée de main avec Tristan. Ce simple mouvement vous donne la nausée. La chevauchée sera longue…

    Vous vous apprêtez à partir, lorsque trois hommes vinrent à vous, chacun chargé d’un sac duquel ils retirèrent différents objets.
    « – Vous nous avez débarrassés d’un terrible maux, mes seigneurs. Ce dragon terrorisait la région depuis des décennies. Ce combat fut sans doute le plus mortel, à présent nous pouvons cultiver nos champs et bâtir nos maisons sans craindre de les voir réduites en cendres. Ceci, nous vous le devons. En remerciement, veuillez accepter chacun l’un de ces présents. Ce n’est pas grand-chose, mais au vu de l’état de notre ville, c’est tout ce que nous pouvons faire pour vous… »

    Choisissez l’un de ces trois objets.
    1. Une épée draconique. La lame a été taillée dans une griffe du dragon. Plus tranchante que n’importe quelle lame et résistante que le diamant, elle transpercera les armures les plus solides.
    2. Un bouclier d’écailles. Alliage d’écailles de dragon et de métal, résiste à la plupart des attaques. Vous ne trouverez pas meilleure protection.
    3. Cape ailée. Cousue à même l’aile du dragon, elle vous offrira une protection partielle contre les projectiles et les lames. Si vous chutez d’une certaine hauteur, elle jouera également le rôle d’un parfait parachute.