👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Liste de

31 livres

créee il y a 13 jours

 · 

modifiée il y a 3 jours

Martin Scorsese

Martin Scorsese

Sortie : 1 août 2001 (France). Biographie

livre de Roberto Lasagna

Pikbilis a mis 10/10.

Federico Fellini
7.3

Federico Fellini

Sortie : décembre 2007 (France). Biographie

livre de Angel Quintana

Pikbilis a mis 10/10.

Résumé : Cinéaste italien (Rimini 1920 - Rome 1993), il fut l'assistant de Rossellini et de Lattuada. Principales réalisations : Les Feux du Music-hall (1951), Courrier du coeur (1952), La Strada (1954), Il Bidone (1955), Les Nuits de Cabiria (1957), Juliette des esprits (1965), La Dolce Vita (1959), Huit et demi (1963), Fellini Satyricon (1968), Fellini Roma (1971), Amarcord (1973), Répétition d'orchestre (1978), La Cité des femmes (1980), Et vogue le navire (1983), Ginger et Fred (1986), Intervista (1987), La voce della Luna (1989).(Torroella de Montgrí, Espagne, 1960). Maître de conférences en Histoire et Théorie du cinéma à l'Université de Girona (Espagne). Critique du cinéma dans Cultura/s de La Vanguardia, El Punt et Dirigido. Il a publié les livres: Roberto Rossellini (Catedra, 1995), Jean Renoir (Catedra, 1998), El cine italiano 1943-1962. Del neorrealismo a la modernidad, 1997), Fábulas de lo visible (El Acantilado, 2003, prix de l'Association espagnole des historiens du cinéma au meilleur livre de cinéma publié en Espagne), Olivier Assayas, líneas de fuga (Festival de Gijón) et Peter Watkins. Histoira de una resistencia (Festival de Gijón/Festival de Cine Independiente de Buenos Aires, 2006).

Abbas Kiarostami

Abbas Kiarostami (2004)

Sortie : 27 août 2004. Beau livre

livre de Alain Bergala

Pikbilis a mis 10/10.

Andreï Tarkovski
7.5

Andreï Tarkovski

Sortie : février 2008 (France). Essai

livre de Michel Chion

Pikbilis a mis 10/10.

Résumé : L'un des paradoxes de l'œuvre d'Andréï Tarkovski est d'être à al fois russe et tellement universelle. Les sujets qu'il traite ont un caractère culturel, métaphysique même, qui peut intimider au premier abords, mais la vision de ses films est une expérience sensorielle des plus enrichissantes, éveillant chez le spectateur des réminiscences de son propre vécu ou de ses rêves. Le Miroir, par exemple, est une source inépuisable de retours à l'univers concret, quasi physique, de l'enfance. La vie de Tarkovski est un champ de bataille pour une œuvre inachevée. Fils du grand poète Arseni Tarkovski, formé au VGIL, l'école de cinéma de Moscou, il devient l'une des figures majeures du cinéma soviétique aux yeux du monde entier avec L'Enfance d'Ivan (Lion d'or au festival de Venise en 1962), puis avec Andréï Roublev. Il est immédiatement en butte avec la censure dans son propre pays où il fait figure de metteur en scène dissident. La publication de son journal révèle un homme douloureux et révolté, un créateur exigeant toujours plus de lui-même pour donner sens à son art, tel le personnage d'Andréï Roublev, qui devra exercer le talent que Dieu lui a donné pour percer à jour le secret de la cloche, ou celui du Sacrifice qui devra renoncer à tout. Sa position d'auteur dans un cinéma d'Etat l'empêchant de poursuivre sa création, Tarkovski choisit l'exil vers l'Europe de l'ouest et réalise deux films consacrés aux thèmes du sacrifice et du renoncement : Nostalghia et le Sacrifice. La maladie le terrasse à Paris, à l'âge de 54 ans, alors qu'il n'est parvenu à mettre en scène que 7 films... bien peu par rapport à tous ceux qu'il portait en lui.

Sergeï Eisenstein
7.6

Sergeï Eisenstein

Sortie : février 2008 (France). Essai

livre de Stéphane Bouquet

Pikbilis a mis 10/10.

Résumé : Cinéaste soviétique (Riga 1898 - Moscou 1948), assistant de Meyerhold, dessinateur, décorateur, il débuta au théâtre. Principales réalisations : Proletkult (1920), La Grève (1924), Le Cuirassé Pötemkine (1925), Octobre (1927), La Ligne générale (1929, Que viva Mexico (inachevé 1931-32), Alexandre Nevski (1939), Ivan le Terrible (1945-46).L'AUTEUR : STÉPHANE BOUQUETStéphane Bouquet est critique aux Cahiers du cinéma, auteur de deux recueils de poèmes : « Un Monde existe » et « Dans l'année de cet âge ». Il est également le scénariste de Sébastien Lifshitz, dont le dernier film, La Traversée, est sorti en 2001.

Le Signifiant imaginaire
7.2

Le Signifiant imaginaire (1977)

Sortie : 1977 (France). Essai, Cinéma & télévision

livre de Christian Metz

Pikbilis a mis 10/10.

Résumé : Au début des années 60, la grande idée de Christian Metz fut d'aborder, avec les armes de la linguistique, l'objet-cinéma et d'offrir à la discipline ainsi fondée la reconnaissable rigueur d'une science. Celle-ci a des adeptes, maintenant, un peu partout dans le monde et les travaux de Metz sont traduits en une quinzaine de langues étrangères. Au-delà de la critique de films à laquelle nous étions accoutumés, la sémiologie du cinéma apportait à la réflexion, sur un art où elle avait été négligée, une véritable dimension théorique. L'abord de cet objet-cinéma sous l'angle de la psychanalyse vient s'inscrire, pour Metz, sur le même axe de recherche et se situe au même niveau de généralité. Il ne s'agit pas en effet, dans son dessein, de psychanalyser les auteurs ou leurs créatures, mais d'éclairer le cinéma en tant qu'institution et art spécifique, en tant que 'signifiant' fonctionnant dans la région de 'l'imaginaire', avec ce que cela suppose de rites de fréquentation comme de procédés technologiques. Le Signifiant imaginaire, c'est le pseudonyme double du cinéma ressaisi dans une perspective freudienne.

Du littéraire au filmique
8.2

Du littéraire au filmique (1999)

Sortie : 8 décembre 1999. Essai

livre de André Gaudreault

Pikbilis a mis 10/10.

Résumé : Il est mille et une façons de raconter. Tel récit est livré par le truchement de cette instance textuelle qu'est le narrateur, tel autre semble au contraire distillé par celui-là même qui l'a composé, l'auteur. Allant à l'encontre de l'orthodoxie narratologique en la matière, le sytème du récit sur lequel se fonde cet ouvrage revient à poser, quel que soit le cas, une instance intermédiaire, le narrator, située entre l'auteur et son texte narratif, et qui serait responsable, fondamentalement, de la communication narrative. Les pratiques narratives du romancier, du dramaturage et du cinéaste sont interrogées dans la perspective d'une " narratologie de l'expression ", afin de projeter un éclairage neuf sur les plus importants principes du récit. Une relecture du Platon de la République et un réexamen de certains " cas " devenus classiques de la narratologie (des Mille et Une Nuits à La Recherche de Proust) permettent de définir les deux modes fondamentaux de la communication narrative : la narration et la monstration. A l'aide de ces concepts, on jettera ici les bases d'une théorie narratologique du cinéma que l'on appliquera d'abord au cinéma des premiers temps. A cette fin, on interrogera le statut narratif des films Lumière et on évaluera l'importance de l'apparition et du développement du montage. Une approche narratologique d'une production récente permettra de comprendre, dans le cas du film parlant, le rôle du narrateur en voix off, délégué par ce " grand imagier " qu'est le méga-narrateur filmique. Une postface de 1998, intitulée " Le cinéma, entre intermédiaire et littérarité ", permet à l'auteur de rendre compte de l'état actuel de sa réflexion sur les principales hypothèses formulées dans l'ouvrage. Une bibliographie révisée et augmentée complète cette nouvelle édition.

Jean-Luc Godard par Jean-Luc Godard, tome 1 : 1950-1984
7.6

Jean-Luc Godard par Jean-Luc Godard, tome 1 : 1950-1984 (1998)

Sortie : 1998 (France). Autobiographie & mémoires, Cinéma & télévision

livre de Jean-Luc Godard

Pikbilis a mis 10/10.

Résumé : À travers des documents, souvent rares ou inédits, c'est 48 ans d'activité de Godard qui se déploient. Découpé en années, le tome 1 s'étend des "années Cahiers" aux "années Quatre-vingt". D'abord, le critique Godard pose des questions essentielles (naissance de la politique des auteurs) et dès l'apparition de la Nouvelle Vague, il formule des réponses dans ses films. Autour de 68 se développe l'activisme politique. Puis il approfondit ses recherches avec l'apport des nouvelles technologies et de la vidéo. Ce que le cinéaste nomme sa "troisième vie" dans le cinéma marque la fin du volume. Chaque période est ponctuée d'un ou plusieurs entretiens dans lesquels Godard fait le point. Des extraits de sa correspondance et une riche iconographie permettent de voir tout ce qui lie Godard aux autres arts. Le tome 2 (couvrant la période 1984-1998) prolonge la réflexion sur l'oeuvre, et s'enrichit d'une filmographie et d'un index complets. L'ensemble reflète comment la vie intime et sociale a influé sur les créations de l'un des plus importants cinéastes modernes.

Lire les images de cinéma
7

Lire les images de cinéma

Sortie : 2007 (France).

livre de Laurent Jullier et M. Marie

Pikbilis a mis 10/10.

Résumé : Lire les images de cinéma fournit des outils indispensables pour décrypter le cinéma à l'échelle du plan (point de vue, distance focale, profondeur de champ), de la séquence (scénographie, montage, suspense) et du film (ressorts de l'histoire, genres, personnages). Les figures répertoriées sont illustrées par un choix de photogrammes issus de films très variés. La mécanique de la narration filmique et les détails de la scénographie sont ensuite décortiqués à travers 23 analyses de séquences, qui sont autant d'exemples d'une lecture " fine " du cinéma. Les films ont été sélectionnés de manière à représenter à égalité des succès populaires (Dr Jerry et Mr Love, Titanic ou Kill Bill) et des classiques du septième art (Octobre, Sunset Boulevard, le Septième Sceau, Vertigo)."Ce livre n'est pas un répertoire de règles grammaticales hors desquelles on resterait devant le film comme devant un texte en langue étrangère. Il ne porte pas davantage sur des films complexes, ardus ou prétendument illisibles sans mode d'emploi. Lire les images de cinéma, c'est prolonger le plaisir du spectacle en analysant, en décortiquant, en regardant à la loupe ce qui a passé à toute vitesse - à 24 ou à 25 images par seconde."Extrait du livre :Le long de l'axe de l'objectifProche ou lointain ? Gros plan ou plan général ? Tout un vocabulaire plus ou moins folklorique et nationaliste existe pour désigner la «taille des plans» (plan italien, plan américain), mais il est d'une utilité très faible, parce qu'il ne tient aucun compte de la perspective ni de la profondeur de champ, qu'il est centré sur le corps humain, et qu'au cinéma les corps se déplacent sans cesse. Il paraît bien plus important de parler des tailles de plan à l'échelle de la séquence, quand intervient le montage et qu'il est possible de repérer des cha

L'Analyse de séquences
6.1

L'Analyse de séquences (2002)

Sortie : 14 février 2002 (France). Document

livre de Laurent Jullier

Pikbilis a mis 10/10.

Résumé : Ce livre permet de maîtriser l'exercice très spécifique qui consiste à analyser une séquence. L'auteur propose tout d'abord des outils d'analyse utilisables quel que soit le film, notamment les notions techniques indispensables (point de vue, distance focale, profondeur de champ...) qui sont expliquées en détail à l'aide de photogrammes de films très différents de Titanic à Rosetta, des films de Jean-Luc Godard à ceux de Steven Spielberg. Une importance égale est accordée à la bande-image et à la bande-son. Cette première partie est complétée par des descriptifs d'épreuves d'examens et concours très divers : option cinéma du bac, option cinéma des agrégations de lettres et d'arts plastiques, concours d'entrée à la FEMIS, Louis-Lumière et l'INSAS. Enfin, cet ouvrage offre sept analyses de séquences dans les genres les plus divers, du film fantastique au spot publicitaire en passant par Gladiator et Les Parapluies de Cherbourg qui illustrent l'utilisation des outils d'analyse.

Politique des zombies
7

Politique des zombies

L'Amérique selon George A. Romero

Sortie : 15 novembre 2007 (France).

livre de Jean-Baptiste Thoret

Pikbilis a mis 10/10.

Résumé : En 1968, un jeune cinéaste de Pittsburgh, George A. Romero, réalise un petit film en noir et blanc qui révolutionne le cinéma fantastique. Avec La Nuit des morts-vivants, premier volet d'une tétralogie poursuivie jusqu'en 2005 avec Land of the Dead, Romero dépoussière le genre de ses oripeaux mythologiques et, à l'heure de la guerre du Vietnam et des révoltes sociales, invente l'une des figures politiques majeures du cinéma américain de ces quarante dernières années.Métaphore limpide et permanente d'une Amérique en proie à un refoulé qui fait retour, le zombie est ainsi devenu l'être buvard d'une nation obsédée par la question de l'Autre et la définition du Mal. Si, comme le déclare à l'envi les personnages de la série, «Ils sont comme nous», à quoi ressemblons-nous ? De quelle vision du monde, ces morts-vivants sont-ils dépositaires ? Quelle image critique de la société nous renvoient-ils ? Autant de questions auxquelles ce livre tente de répondre.Extrait du livre :«Ils sont comme nous»Tu peux dire combien j'ai souffert en voyant mon visage.Land of the Dead, 2005.Né à New York en 1940, George Romero tourne très jeune des petites bandes en 8 mm (The Man From the Meteor en 1954) puis fonde avec quelques amis The Latent Image, une société de production spécialisée dans le film industriel et la publicité, caractérisée par le détournement des classiques du film d'horreur ou de science-fiction. Romero a vingt-huit ans lorsqu'il tourne La Nuit des morts-vivants, coup d'envoi du film d'horreur moderne et premier volet d'une tétralogie poursuivie en 1978 (Zombie), en 1985 (Le Jour des morts-vivants) et achevée en 2005 avec Land of the Dead.Au cours des années quatre-vingt, les débordements gore, qui ont contaminé l'ensemble du cinéma américain des seventies, sont passés de mode. L'heure est aux héros lisses et insouci

Réflexions sur mon métier
8.1

Réflexions sur mon métier

Sortie : 1997 (France). Essai

livre de Carl Theodor Dreyer

Pikbilis a mis 10/10.

Résumé : Dreyer, tout au long de sa carrière, a écrit des articles, analyses, critiques, réflexions sur son métier, descriptions de projets. Ce sont ces textes que réunit cet ouvrage, auxquels s ajoutent les rares entretiens accordés par le cinéaste et des témoignages de ses collaborateurs les plus proches.

Cinéma
7.6

Cinéma

Essai

livre de Elie Faure

Pikbilis a mis 10/10.

Mes plaisirs de cinéphile
7.7

Mes plaisirs de cinéphile

Sortie : mai 1998 (France). Biographie

livre de Martin Scorsese

Pikbilis a mis 10/10.

Résumé : En 1996, les Cahiers du Cinéma avaient demandé à Martin Scorsese, qui venait juste de terminer son film Casino, d'être le rédacteur en chef de leur numéro 500. Acceptant avec enthousiasme, le cinéaste américain fut donc tout à la fois le metteur en scène, l'acteur et le narrateur d'un numéro très spécial. Ce qu'il y a de passionnant avec lui, c'est qu'il rend le dialogue non seulement possible, mais fructueux et stimulant, entre les deux côtés de l'Atlantique. Un dialogue qu'il n'a cessé d'alimenter comme cinéaste et comme spectateur boulimique. Lorsqu'il raconte sa vie, Scorsese parle de cinéma. Et lorsqu'il parle de cinéma, de ses films ou de ceux des auteurs qu'il admire, en fait il raconte sa vie : New York, le quartier de " Little Italy ", la famille, les films de son enfance ou de son adolescence, sa complicité avec Robert de Niro ou avec les cinéastes de sa génération (Lucas, Coppola, Spielberg et De Palma)... Dans sa cartographie intime du cinéma, Scorsese relie sans difficultés la tradition hollywoodienne à la modernité européenne. Aux textes et entretiens parus dans ce numéro spécial des Cahiers du cinéma, s'ajoutent quelques écrits plus récents, concernant son dernier film Kundun, la musique, ou encore des éloges de Samuel Fuller, Robert Mitchum et James Stewart.

Hollywood et le rêve américain : cinéma et idéologie
8.3

Hollywood et le rêve américain : cinéma et idéologie

Sortie : 22 août 2012 (France). Essai

livre de Anne-Marie Bidaud

Pikbilis a mis 10/10.

Roman Polanski

Roman Polanski (2021)

Sortie : 2021 (France). Cinéma & télévision

livre

Pikbilis a mis 10/10.

Résumé : Alors que Roman Polanski a toujours été un grand francophile, il existe étonnamment très peu d'ouvrages en France sur ce grand réalisateur vivant. Ce volume a donc vocation à combler ce vide et analyse de manière exhaustive l'œuvre de Polanski, à travers les écrits d'une trentaine d'auteurs, permettant de présenter des études tant féminines que masculines, tant françaises qu'internationales. Ce livre, consacré au réalisateur – sans doute l'un des plus talentueux cinéastes du monde, au style particulier et aisément identifiable – est un ouvrage de collaboration, écrit par des critiques de cinéma, écrivains, enseignants ou chercheurs. Les textes, illustrés par de nombreuses photos et des photogrammes tirés des films, sont proposés dans l'ordre chronologique de la création de ses quelque vingt longs-métrages (et une quinzaine de courts-métrages). Des textes d'analyse transversale s'intercalent dans le corpus afin de présenter au lecteur l'analyse la plus large possible.

Wong Kar Wai

Wong Kar Wai (2008)

Collection Positif

Sortie : 2008 (France). Articles & chroniques, Cinéma & télévision

livre

Pikbilis a mis 10/10 et l'a mis dans ses coups de cœur.

Résumé : Au début des années 1990, Wong Kar Wai s'impose comme un cinéaste singulier, alliant la modernité de la forme à une réflexion mélancolique sur la mémoire et le désir. Incarnant le renouveau du cinéma de Hong Kong et d'Asie en général, son style va susciter une cohorte d'admirateurs et d'imitateurs, au cinéma comme dans la publicité ou le clip musical. Récompensé par le prix de la Mise en scène à Cannes en 1997 pour Happy Together, il reste sous-estimé dans son pays, mais accède à une reconnaissance internationale avec le succès public d'In the Mood for Love (2000). En France, six ans plus tard, son film 2046 (2004) entre au programme du baccalauréat, option cinéma. La revue Positif a suivi pas à pas la carrière exceptionnelle de Wong Kar Wai, à travers des articles, des études générales et de longs entretiens qui retracent l'ensemble de son parcours, en prenant soin de donner la parole à ses principaux collaborateurs et comédiens.

Luchino Visconti

Luchino Visconti

Les promesses du crépuscule

Sortie : 2017 (France). Essai, Cinéma & télévision

livre de Véronique Bergen

Pikbilis a mis 5/10.

L'attrait de la ruine
6.6

L'attrait de la ruine

Sortie : 2011 (France). Essai

livre de André Habib

Pikbilis a mis 10/10.

Cinéma contemporain mode d'emploi
6.8

Cinéma contemporain mode d'emploi

Sortie : 21 septembre 2011 (France). Culture & société

livre de Jean-Baptiste Thoret

Pikbilis a mis 10/10.

Résumé : Le cinéma est un art populaire, aisé à diffuser et qui rassemble le plus large des publics. A l'heure des sorties de films mondiales, de l'explosion des dessins animés familiaux destinés aux enfants comme à leurs parents, le cinéma semble moins élitiste et moins codifié que les autres formes de la création contemporaine. Pourtant, les grands réalisateurs font sans cesse référence à leurs aînés, aux chefs-d'œuvre qui les ont marqués, revendiquent une esthétique. Ce guide richement illustré propose d'analyser des œuvres plus complexes qu'il n'y parait. Il s'adresse au cinéphile autant qu'au néophyte, pour comprendre les origines du cinéma, ses nouveaux courants et les tendances de demain.

Dario Argento
7.6

Dario Argento

Magicien de la peur

Sortie : mai 2008 (France). Biographie

livre de Jean-Baptiste Thoret

Résumé : Avec S u s p i r i a, en 1977, Dario Argento marque une étape fondamentale dansl'histoire du cinéma fantastique. Il a depuis réalisé le deuxième volet, Inferno(1980) puis conclu sa trilogie des mères avec La Terza Madre ( 2007). Des cinéastes, et non des moindres comme John Carpenter et Brian De Palma, avouent leur admiration pour lui et de nombreux amateurs lui vouent une sorte de culte.Italien, fils d'un producteur et d'une photographe, d'abord critique de cinéma, il coécritle scénario de Il était une fois dans l'Ouest au moment où les genres hollywoodiensmoribonds viennent chercher en Italie un second souffle. Depuis son premier filmen 1969, L'Oiseau au plumage de cristal, il a principalement oeuvré à l'intérieur d'ungenre, le giallo, récit criminel où la violence se teinte de sadisme, et caractérisé pardes codes immuables, connus du spectateur qui vient y chercher des sensations forteset jouir pleinement de sa peur.Mais loin de rester confinée à l'intérieur de ces fro n t i è res, l'oeuvre d'Argento, auconfluent d'influences multiples, tant de la peinture maniériste, de l'art baroqueque des nouvelles vagues européennes, constitue une synthèse entre la modernitéet le cinéma de genre. De la modernité, il a su tirer une audace formelle, le goûtde l'expérimentation ; du cinéma de genre, il a conservé les personnages, criminels,victimes, enquêteurs, et les récits à base de complots occultes et de rituelssanglants.Argento a le goût de la greffe et du métissage entre matières nobles et triviales.Chez lui, l'opéra côtoie le roman-photo entre chef-d'oeuvre et chromo. La beauté desfilms d'Argento ne tient qu'à un fil, à condition que le spectateur croie ce qu'il voit,qu'il accepte que ses sens prennent le pas sur la raison. Alors, un monde nouveauet enchan

Sergio Leone
6.9

Sergio Leone (2008)

Sortie : 7 février 2008 (France).

livre de Jean-Baptiste Thoret

Pikbilis a mis 10/10.

La lumière en cinéma
7.1

La lumière en cinéma

Sortie : 2 juillet 2004 (France). Essai

livre de Jacques Loiseleux

Résumé : Que ce soit à la prise de vue ou pour la projection d'un film, c'est la lumière qui donne à voir l'image. Sans lumière, pas d'image. C'est aussi elle qui donne du sens à l'image par la façon dont elle éclaire le sujet et l'ambiance émotionnelle qu'elle crée. Les peintres, les photographes, et à leur suite les cinéastes, ont exploré toutes les distorsions que l'on pouvait faire subir à la lumière pour travailler cette émotion. "Faire la lumière au cinéma", c'est participer au déroulement de l'histoire que raconte le réalisateur, en maîtrisant les émotions qu'elle produit. Pour construire la lumière d'une scène, le directeur de la photographie fait appel à ses connaissances techniques, son observation du réel et sa culture esthétique, ses références à la peinture, à la photographie, à la littérature, voire à la musique, au langage, à l'architecture... Jacques Loiseleux propose au lecteur de partager cette expérience. Par l'étude de ses carnets, le commentaire de ses propres documents de travail, le dialogue avec d'autres chefs-opérateurs, il délivre ici le savoir-faire de son métier et les secrets de son art.

Akira Kurosawa
7

Akira Kurosawa

Sortie : février 2008 (France). Essai

livre de Charles Tesson

Pikbilis a mis 10/10.

Résumé : (Tokyo 1910 - id 1998), réalisateur japonais, ce fils d'officier semble d'abord se tourner vers la peinture, mais pour pouvoir vivre, il se fait embaucher à l'ancienne Toho comme assistant-réalisateur de cinéma. L'Ange ivre (1948), Un Duel silencieux (1949), Chien enragé (1949), L'Idiot (1951), Vivre (1952), Les Sept samouraïs (1954), Le Château de l'araignée (1957), Barberousse (1965), Dersou Ouzala (1975), Kagemusha (1980), Ran (1985), Dreams (1990), Rhapsody in August (1991), Madadayo (1993).L'AUTEUR : CHARLES TESSONCharles Tesson est critique et enseignant à l'université de Paris III, Sorbonne Nouvelle. Il est l'auteur d'ouvrages sur Satyajit Ray et Luis Bunuel aux Cahiers du cinéma.

François Truffaut
7.3

François Truffaut

François Truffaut

Sortie : 6 décembre 2007 (France). Biographie, Culture & société, Essai

livre de Cyril Neyrat

Résumé : Un cinéaste incarne le cinéma français : François Truffaut. Dès Les Quatre Cents Coups, son premier film inspiré de son enfance douloureuse et interprété par le jeune Jean-Pierre Léaud, il remporte un prix au Festival de Cannes et connaît un immense succès public. Nous sommes en 1959, c'est le coup d'éclat de la Nouvelle Vague. Avant son passage à l'acte, François Truffaut, comme Jean-Luc Godard ou Claude Chabrol, fut d'abord un cinéphile ardent et un brillant polémiste au sein des Cahiers du cinéma. Contre la Qualité française et à l'origine de la politique des auteurs, il se reconnaîtra deux maîtres : Renoir et Hitchcock. Exemple parfait de cet " auteur " qu'il appelait de ses vœux, il conquiert son indépendance et choisit librement ses sujets autour de quelques thèmes obsessionnels : les femmes, les livres, l'enfance, la mort. Très attentif aux réactions du public, respectueux des personnages qu'il invente et complice des acteurs qui leur donnent vie, il crée des films d'une sincérité absolue, où la vie, toujours préférée à la perfection technique, palpite. Qui ne s'est pas un moment reconnu dans la saga d'Antoine Doinel, amoureux transi de Baisers volés et séducteur maladroit de Domicile conjugal ? Qui n'a pas été troublé par le trio de Jules et Jim, mené par une éblouissante Jeanne Moreau ? Qui a oublié le couple Deneuve-Depardieu dans Le Dernier Métro ou l'interprétation incandescente de Fanny Ardant dans La Femme d'à côté ? Pour Truffaut, le cinéma pouvait être plus important que la vie, et c'est cette passion que ses films continuent à transmettre aujourd'hui.

Avec Pier Paolo Pasolini

Avec Pier Paolo Pasolini (2022)

Sortie : 2 mars 2022. Essai

livre de René de Ceccatty

Pikbilis l'a mis en envie.

Résumé : « Comme tous les grands artistes, Pasolini demeure éternellement présent. Lorsqu'on a admiré profondément un créateur, on ne change pas de rapport avec lui. Souvent, autour de moi, on dit que Pasolini est dépassé, que son cinéma est daté, que ses poèmes et ses romans sont illisibles... Cela me paraît aberrant. Autant dire que Flaubert est vieillot, que Villon est illisible, que Dante est ennuyeux... Pasolini était une figure active de la vie politique. C'est cela qui donne l'impression qu'il appartient au passé. Mais les grandes œuvres sont inépuisables... » Le poète, le romancier et le polémiste ; le cinéaste, le dramaturge et le peintre ; ses relations aux autres ; la mort... À l'occasion du centenaire de la naissance de Pier Paolo Pasolini (1922-1975), dont la vie s'est tragiquement achevée une nuit de novembre sur une plage d'Ostie dans des circonstances encore mystérieuses, René de Ceccatty rassemble ici un large choix de ses études, articles, entretiens et conférences qu'il n'a cessé depuis quarante ans de consacrer au poète cinéaste.

Histoire du cinéma
7.7

Histoire du cinéma

Sortie : 1935 (France).

livre de Robert Brasillach et Maurice Bardèche

Pikbilis a mis 10/10.

David Lynch : matière, temps et image
7.1

David Lynch : matière, temps et image

Sortie : septembre 2008. Essai, Cinéma & télévision

livre de Eric Dufour

Pikbilis l'a mis en envie.

Steven Spielberg
7.1

Steven Spielberg

Sortie : 11 octobre 2007 (France). Biographie

livre de Clélia Cohen

Résumé : Tout au long d'une carrière en forme de success story, la figure de Steven Spielberg s'est enrichie et approfondie d'une manière aussi stimulante qu'inattendue... S'étant donné pour modèle Orson Welles, il signe à vingt-cinq ans son premier long métrage, Duel. Avec Les Dents de la mer, Indiana Jones, Rencontres du troisième type, et E.T., il hisse l'industrie du divertissement à son apogée et fait de l'enchantement sa marque de fabrique. Il bâtit, avec la complicité de son double, le magicien George Lucas, un royaume dont le prince (et le spectateur !) est un enfant. À partir des années 2000, la science-fiction et la confiance des plus grandes stars comme Tom Cruise lui permettent de creuser la veine du cinéma populaire avec A.I., Minority Report ou La Guerre des mondes. Dans le même temps, Spielberg montre un visage plus sombre avec des films comme Munich, La Liste de Schindler et Il faut sauver le soldat Ryan. L'enfant prodige se transforme en adulte inquiet et le cinéaste surdoué est désormais en passe d'en devenir un grand. (Présentation éditeur)

Stanley Kubrick
7.1

Stanley Kubrick

Sortie : octobre 2007 (France). Biographie

livre de Bill Krohn

Résumé : Cinéaste américain (New York 1928 - Londres 1999), il fut d'abord journaliste à Look et il tourna des films d'amateurs en 16 mm. C'est avec Les Sentiers de la gloire (1957) qu'il se fit connaître. Il réalisa ensuite Spartacus (1960), Lolita (1962), Le Docteur Folamour (1964), Barry Lyndon (1974), 2001 : l'Odyssée de l'espace (1968), Orange mécanique (1971), Shining (1980), Full Metal Jacket (1987), Eyes Wide Shut (1999, film à titre posthume).Critique et historien du cinéma, Bill Krohn est correspondant des Cahiers du cinéma à Los Angeles. Co-auteur et co-producteur de It's All True, : Based on an Unfinished Film by Orson Welles. Il a aussi dirigé l'ouvrage collectif Joe Dante et les Gremlins d'Hollywood coédité par Les Cahiers du cinéma et le Festival international du Film de Locarno, et écrit un ouvrage Alfred Hitchcock au travail (Cahiers du cinéma).