👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont Ă  nouveau disponibles dans les feeds đŸ„ł.
Et toutes les mises Ă  jours sont Ă  retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

La voie d'apprentissage du manga

#ClassementMangas *Forever in progress*

Premier manga lu = Berserk, en 2011.

Mangaka favori de trĂšs trĂšs loin = TAIYO MATSUMOTO (
http://sens.sc/1bsfXDO)

Grande admiration:
- Pour le maĂźtre OSAMU TEZUKA (mĂȘme si parfois, la quantitĂ© dĂ©passe la ...

Afficher plus

Liste de

134 BDs

créee il y a presque 11 ans

 · 

modifiée il y a 5 mois

Ashita no Joe
8.6
1.

Ashita no Joe (1968)

Ashita no Jƍ

Sortie : 1 janvier 1968.

BD de Ikki Kajiwara (Asao Takamori)

Templar a mis 10/10 et l'a mis dans ses coups de cƓur.

RĂ©sumĂ© : Joe Yabuki est un enfant de la rue, un orphelin bagarreur qui est rĂ©guliĂšrement en conflit avec les autoritĂ©s. À peine arrive-t-il dans un bidonville que ses frasques Ă©veillent la curiositĂ© et l’intĂ©rĂȘt de Danpei, un ancien boxeur devenu alcoolique. Ce dernier, conscient de l’incroyable potentiel du jeune homme, rĂȘve d’en faire le plus grand boxeur de l’histoire. Malheureusement, l’intĂ©ressĂ© semble plus que jamais attachĂ© Ă  son indĂ©pendance et Danpei comprend qu’il va devoir gagner la confiance de ce jeune chien sauvage


Annotation :

[13 tomes]

La question ne se pose pas sur le #1... Le pont des larmes, demain, se relever... Ashito no Joe, le grand classique.

Mon amour pour le manga (le mĂ©dium) pourrait se rĂ©sumer Ă  trois titres. Il y a le mangaka au-dessus des autres, Taiyƍ Matsumoto (prenons son plus onirique, Number 5), il y a le manga moderne (Dorohedoro) et il y a le classique, la grand classique mĂȘme: Ashita no Joe. Tout trois repoussent les clichĂ©s qui me rĂ©vulsent, ces mangas qui pullulent, Ă  grand renfort de fan service, lisses comme pas permis, etc. Lorsque je regarde la majoritĂ© des sorties chez Kana, Pika ou encore Tonkam, ça me dĂ©prime totalement. Bref, qui observera un minimum cette liste comprendra ce que que je veux dire.

Et donc, AnJ est une Ɠuvre incroyable et il est inutile de dire que son influence a Ă©tĂ© implacable. Son trait a beau rappelĂ©e le dieu du manga, Tezuka, son Ă©nergie est saisissante et le dessin ne cesse de s'affiner, de se renforcer. En comparant l'apparence de Joe entre le 1er et le 13e tome, on rĂ©alise qu'on l'a vu grandir, sortir de l'enfance. L'autre force est l'osmose entre les deux auteurs. LĂ  oĂč mes deux autres mangas fĂ©tiches sont l'Ɠuvre d'un seul homme, AnJ est l'exemple le plus Ă©loquent d'une collaboration parfaite. Il faut saluer Ă  quel point ils se jouent des risques de rĂ©pĂ©titions, Ă©voluant dans un espace narratif aussi restreint qu'un ring, la narration semble pourtant, avec eux, infinie. C'est profondĂ©ment humain, viscĂ©ral et passionné  Et la dimension sociale de l'Ă©poque reste bien prĂ©sente (il faut aussi voir comment le hĂ©ros et son entraĂźneur restent dans le mĂȘme quartier). On suit un homme d'une "naissance" jusqu’au climax de son existence. Souvent, je tremblais en tournant les pages. Les larmes Ă©taient lĂ  aussi. Et c’est sans peine que ce manga rejoint le panthĂ©on personnel des Ɠuvres tout genres confondus qui me hanteront pendant trĂšs trĂšs longtemps. Comme il hante dĂ©jĂ  beaucoup de lecteurs, et comme qu'il en hantera encore beaucoup d'autres.

Ping Pong
8.5
2.

Ping Pong (1996)

Sortie : 1996 (France).

BD de Taiyƍ Matsumoto

Templar a mis 10/10.

RĂ©sumĂ© : Smile et Peko sont deux amis d'enfance qui frĂ©quentent le mĂȘme lycĂ©e. Ils sont inscrits au club de ping pong et ont des caractĂšres trĂšs diffĂ©rents.

Annotation :

[5 tomes]

Le titre le plus humain de son auteur. Incontournable.

Berserk
8.5
3.

Berserk (1989)

Beruseruku

Sortie : mars 1996 (France).

BD de Kentarƍ Miura

Templar a mis 10/10 et a Ă©crit une critique.

RĂ©sumĂ© : Dans un monde mĂ©diĂ©val et fantastique, erre un guerrier solitaire nommĂ© Guts, dĂ©cidĂ© Ă  ĂȘtre seul maĂźtre de son destin. Autrefois contraint par un pari perdu Ă  rejoindre les Faucons, une troupe de mercenaires dirigĂ©s par Griffith, Guts fut acteur de nombreux combats sanglants et tĂ©moin de sombres intrigues politiques. Mais il rĂ©alisa soudain que la fatalitĂ© n'existe pas et qu'il pouvait reprendre sa libertĂ© s'il le dĂ©sirait vraiment...

Annotation :

[40 tomes - en cours]

Mon premier manga et la grosse claque tant graphique que narrative. Une Ɠuvre qui va au-delĂ  du cadre de son mĂ©dium. Faut juste espĂ©rer que Miura meurt pas, laissant son chef-d'Ɠuvre inachevĂ©! Ça serait pas cool!

Mon analyse approfondie:
http://www.discordance.fr/berserk-de-kentaro-miura-regards-au-fond-de-l%E2%80%99abime-35115

Le SamouraĂŻ Bambou
8.3
4.

Le SamouraĂŻ Bambou (2006)

Takemitsu Zamurai

Sortie : 8 octobre 2009 (France).

BD de Issei Eifuku

Templar a mis 10/10.

RĂ©sumĂ© : SoĂźchirĂŽ, samouraĂŻ sans maĂźtre, passe ses journĂ©es paisiblement, Ă  flĂąner, Ă  discuter avec les enfants. Jusqu'au jour oĂč des hommes lui cherchent querelle et oĂč il dĂ©gaine son sabre et les chĂątie facilement... Pour s'Ă©viter la tentation de le dĂ©gainer, SoĂźchirĂŽ dĂ©cide de ne plus porter Ă  sa ceinture qu'un sabre de bambou. Ainsi commence sa nouvelle vie d'homme fort, faiblement armĂ©!

Annotation :

[8 tomes]

Ce genre de manga oĂč ta rĂ©tine explose Ă  chaque page devant tant de beautĂ©. Au dĂ©part, il y avait cette apprĂ©hension que Matsumoto n'Ă©tait pas Ă  l'Ă©criture, mais force est de constater qu'il a trouvĂ© un collaborateur digne de son imagerie, digne de son trait, trait qu'il adapte Ă  merveille ici. Le SamouraĂŻ Bambou nous permet ainsi d'explorer une autre facette de ce gĂ©nie du manga, rĂ©apprendre Ă  le connaĂźtre et ĂȘtre enchantĂ© de voir qu'il peut nous surprendre, tout en ayant pour repĂšres des thĂšmes qui lui sont chers. Je pense surtout Ă  au trait d'Hirata ici dont la force est ici similaire. Capter l'Ăąme, l'invisible, pour nous le montrer dans toute sa poĂ©sie. C'est trĂšs fort comme expĂ©rience.

Black Jack
8
5.

Black Jack (1973)

Burakku jakku

Sortie : 2006 (France).

BD de Osamu Tezuka

Templar a mis 10/10.

Résumé : Black Jack est un médecin de l'ombre sans diplÎme, pratiquant en marge de la société, pouvant accomplir de vrais miracles, comme l'inverse.

Annotation :

[17 tomes]

Tezuka nous livre une série de contes sur la nature humaine avec humour, mais non sans une certaine gravité à travers un personnage emblématique et culte: le médecin marron Black Jack. Le format de segments courts permet à Tezuka de bien structurer ses récits et de ne pas saboter ses fins. Dans mon esprit, on me dit Tezuka, je pense Black Jack. CQFD. Avec le temps, je pense que l'on pourra résumer ce "Dieu" à 3 titres: Black Jack, Bouddha et Phénix.

Number 5
8
6.

Number 5 (2000)

Nanbā faibu

Sortie : 6 mars 2004 (France).

BD de Taiyƍ Matsumoto

Templar a mis 10/10.

RĂ©sumĂ© : Dans un monde futuriste imaginaire, Number Five est en fuite! Il est tireur d'Ă©lite au sein du conseil Rainbow, une organisation armĂ©e pour la protection de la paix et a entraĂźnĂ© Ă  sa suite la jeune Matriochka. Les Rainbows n'auront de cesse de le rattraper et de l'Ă©liminer... Sur cette base dramatique, l'aventure se mĂȘle Ă  un univers onirique et Ă©nigmatique.

Annotation :

[8 tomes]

L'imagination de Matsumoto dans toute sa splendeur. Une Ɠuvre magistrale prĂ©publiĂ©e dans le mensuel Ikki (gage d'une certaine qualitĂ©). Un voyage onirique que nous offre le mangaka dont nous n'avons jamais toutes les clĂ©s. L'interprĂ©tation de certains faits est laissĂ© aux lecteurs et c'est ce que je prĂ©fĂšre: quand on nous prend pas pour des cons tout en Ă©levant le medium lui-mĂȘme. Je vous Ă©pargne les Ă©loges cĂŽtĂ© dessin: on est chez Matsumoto.

http://www.senscritique.com/liste/Taiyo_Matsumoto_Number_One/134809

Monster
8.3
7.

Monster (1994)

Monsutā

Sortie : 20 octobre 2001 (France).

BD de Naoki Urasawa

Templar a mis 9/10.

RĂ©sumĂ© : 1986. Kenzo Tenma est un brillant neurochirurgien pratiquant son art Ă  l'hĂŽpital Eisler de DĂŒsseldorf. Tenma est comblĂ©, il vient de sauver la vie d'un chanteur d'opĂ©ra cĂ©lĂšbre... Promis Ă  la belle Eva Heineman, la fille du directeur de l'hĂŽpital, son avenir est tout tracĂ©. Tout lui sourit... Jusqu'Ă  la nuit oĂč arrivent deux enfants, Anna et Johann Liebert, dont les parents ont Ă©tĂ© dĂ©couverts sauvagement assassinĂ©s. En choisissant de sauver le petit garçon plutĂŽt que le maire de la ville, le docteur perdra tout... Amour, gloire et honneur laisseront place Ă  solitude, rupture et alcool... Surtout qu'autour des deux enfants, les morts se multiplient. Tenma n'aurait-il pas sauvĂ© un monstre ?

Annotation :

[9 tomes deluxe]

À la fin de Monster, on ressent vĂ©ritablement la fin, avec le vide que cela implique, avec la mĂ©lancolie qui s'impose, l'amertume, et un peu l'espoir, mais peut-ĂȘtre surtout le vide. Pour un mangaka qui a en gĂ©nĂ©ral du mal Ă  soigner ses conclusions, c'est trĂšs fort d'ĂȘtre parvenu Ă  rĂ©aliser cela, surtout aprĂšs 18 tomes (ou 9 tomes Deluxe, c'est selon) au rythme maĂźtrisĂ©, Ă  la multitude de personnages qui apportaient tous leur vie et leur humanitĂ© au rĂ©cit. Pas Ă©tonnant de ressentir un vide aprĂšs tout cela. Quel manga!

Yotsuba&
7.9
8.

Yotsuba& (2003)

Yotsuba to !

Sortie : mars 2003.

BD de Kiyohiko Azuma

Templar a mis 9/10 et l'a mis dans ses coups de cƓur.

Résumé : Dans ses nouvelles aventures, Yotsuba va découvrir avec ses amies comment fabriquer un téléphone filaire, et fera la dure expérience de rater une sortie trÚs attendue pour cause de poussée de fiÚvre. Elle s'essayera à la pùtisserie avec ses voisines, et découvrira les joies de la ferme et du grand air. Toujours aussi espiÚgle et primesautiÚre, la fillette fera ainsi beaucoup de nouvelles expériences dans ce volume, et effectuera ses premiÚres courses au magasin comme une grande, sans se tromper ! Du moins, c'est ce qu'elle croit.

Annotation :

[13 tomes - en cours]

Irrésistible! THE feel-good manga par excellence: Du pur bonheur en papier qui se lit et se relit à volonté, et rire à chaque fois. Et attendant le prochain tome, on peut toujours se pencher sur Azumanga Daioh, l'autre manga de Kiyohiko Azuma (trÚs inférieur et donc plus loin dans cette liste)

L'Enfant - Vie de Mizuki, tome 1
8.2
9.

L'Enfant - Vie de Mizuki, tome 1 (2012)

Watashi wa Gegege: Shinpika Mizuki Shigeru Den

Sortie : 11 octobre 2012 (France).

BD de Shigeru Mizuki

Templar a mis 9/10.

RĂ©sumĂ© : Le succĂšs sans commune mesure de la bande dessinĂ©e au Japon, son enracinement au plus profond de la sociĂ©tĂ© et ses thĂšmes de prĂ©dilection, s’expliquent une fois placĂ© en regard de l’histoire de l’Ere Showa. Et Ă  juste titre, la biographie des pionniers du manga tĂ©moignent tout autant de la naissance d’un art que de l’une des pĂ©riodes les plus complexes de l’histoire du Japon. La vie de Shigeru Mizuki rappelle qu’en un peu plus d’un siĂšcle, cet archipel uniquement constituĂ© de villages de pĂ©cheurs mue en l’une des plus grande puissance industrielle du monde. Qu’entretemps, un Ă©lan de modernitĂ© et de nationalisme emporte ses hommes vers la guerre, puis rapatrie les sur- vivants sur une terre sous occupation, en perte d’identitĂ©, en marche d’industrialisa- tion forcĂ©e, dĂ©munie de son armĂ©e et de son besoin de produire de l’énergie. Cette sociĂ©tĂ© qui n’aurait plus besoin de se dĂ©fendre ni de se nourrir allait accoucher d’une forme d’expression naturellement enfantine, mais d’une richesse indĂ©niable: le manga. Shigeru Mizuki, plus que tout autre, incarne cette magnifique transformation de l’Histoire en rĂ©action artistique : celle d’un homme qui perd un bras au combat et rentre au pays raconter les aventures d’un hĂ©ros escroquĂ© de son oeil.

Annotation :

[Tome 1 sur 3]

Vie de Mizuki est le complĂ©ment Ă  Une vie dans les marges de Tatsumi. La vie de l'artiste dans la grande Histoire du Japon, son folklore et sa terrible culture nationaliste en temps de guerre. En traversant les annĂ©es, Mizuki est le tĂ©moin d'un pays en transformation oĂč par la force des choses naĂźt le manga. Commençant par son enfance, Mizuki intensifie l'emphase dramatique qui le mĂšnera Ă  la guerre.

Une vie dans les marges, tome 1
8.1
10.

Une vie dans les marges, tome 1 (2008)

Gekiga HyĂŽryĂ»

Sortie : 24 mars 2011 (France).

BD de Yoshihiro Tatsumi

Templar a mis 9/10.

RĂ©sumĂ© : Dernier livre de Yoshihiro Tatsumi, "A drifting life" est son ultime chef d'oeuvre sur lequel il a travaillĂ© pendant plus de onze ans. Cette autobiographie prend racine Ă  Osaka, oĂč l'auteur passera son enfance, dans un Japon qui se remettait difficilement de sa dĂ©faite et des consĂ©quences la seconde guerre mondiale. À travers une quinzaine d'annĂ©es - d'aoĂ»t 1945 Ă  Juin 1960 - Tatsumi met en scĂšne son double, Hiroshi Katsumi, qui doit faire face aux problĂšmes financiers de son pĂšre, Ă  l’échec du mariage de ses parents, la jalousie et la mauvaise santĂ© de son frĂšre, et aux innombrables piĂšges qui l'attendent sur le marchĂ© hautement concurrentiel du manga dans la moitiĂ© du 20Ăšme siĂšcle. Jeune, il rĂȘve de marcher dans les traces de son idole, Osamu Tezuka le pĂšre du manga moderne. Il deviendra par la suite l'un de ses pairs et, parfois mĂȘme son rival en terme de style.

Annotation :

[Tome 1 sur 2]

Pas fan de Tatsumi Ă  la base, il parvient Ă  m'Ă©blouir ici en offrant une Ɠuvre d'une rare richesse et ce, Ă  bien des niveaux. En livrant son autobiographie, c'est l'histoire du manga et du Japon que nous conte l'auteur, un vĂ©ritable tĂ©moignage qui vient se reflĂ©ter dans la situation actuel du manga. Incontournable et surtout brillant. Mention Ă  la rencontre entre Tezuka et Tatsumi. J'ai vraiment eu le sentiment de rencontrer le maĂźtre avec lui!

Pluto
8.1
11.

Pluto (2003)

Purƫtou

Sortie : 9 septembre 2003.

BD de Naoki Urasawa et Takashi Nagasaki (Garaku TƍshĆ«sai)

Templar a mis 9/10.

RĂ©sumĂ© : Le trĂšs puissant robot Mont-Blanc a Ă©tĂ© dĂ©truit sans que l'on sache par qui ou par quoi. Un des cadres du groupe de dĂ©fense des lois est assassinĂ© peu aprĂšs. Deux affaires sans relation apparente ? Pourtant, sur les lieux du crime, c'est le mĂȘme ornement en forme de cornes qui a Ă©tĂ© retrouvĂ©.

Annotation :

[8 tomes]

Chaque Ɠuvre d’Urasawa est un dialogue avec Tezuka. Billy Bat en est la derniĂšre preuve, l’une des plus flagrante. Mais avant, il y a eu Pluto, ce "remake" d'un segment culte d'Astro Boy (Ă  lire impĂ©rativement aprĂšs Pluto dans le tome 5 de l'anthologie). Plus qu’un dialogue ici, c’est un vĂ©ritable questionnement, la quĂȘte la plus mĂ©ta dans l’univers du manga. Le fils de Tezuka a conseillĂ© Urasawa de voir cette adaptation comme un dĂ©fi au maĂźtre. À mes yeux, Urasawa a adoptĂ© le fruit "monstrueux" de Tezuka pour l’élever avec des yeux d’enfants et d’adultes dans le monde d'aujourd'hui et le tout, avec sa personnalitĂ©. Un beau tour de force et le manga le plus abouti d'Urasawa (Bon, j'avoue, je dois encore finir Monster). Alors, oui Pluto devant 20th Century Boys car celui-ci reste un tour de force saisissant qui dĂ©passe le cadre des pages de l'Ɠuvre.

One Piece
7.7
12.

One Piece (1997)

Wan PÄ«su

Sortie : 20 septembre 2000 (France).

BD de Eiichiro Oda

Templar a mis 9/10.

RĂ©sumĂ© : Nous sommes Ă  l'Ăšre des pirates. Luffy, un garçon espiĂšgle, rĂȘve de devenir le roi des pirates en trouvant le “One Piece”, un fabuleux trĂ©sor. Seulement, Luffy a avalĂ© un fruit du dĂ©mon qui l'a transformĂ© en homme Ă©lastique. Depuis, il est capable de contorsionner son corps dans tous les sens, mais il a perdu la facultĂ© de nager. Avec l'aide de ses prĂ©cieux amis, il va devoir affronter de redoutables pirates dans des aventures toujours plus rocambolesques.

Annotation :

[76 tomes - en cours]

Le plus grand phénomÚne manga de tous les temps. Léger, délirant, parfois formaté quant à certains arcs, mais une galerie de personnages tout simplement déjantés. Dommage que ça s'étire, que ça devient mécanique. Si Togashi y avait mis plus du sien, HxH serait LE shonen.

Amer béton
8.1
13.

Amer béton (1993)

Tekkon kinkurīto

Sortie : 2 mai 2007 (France).

BD de Taiyƍ Matsumoto

Templar a mis 8/10.

RĂ©sumĂ© : Noiro et Blanko, deux orphelins, vivent dans les rues de Takara. MalgrĂ© leur jeune Ăąge, ils survivent dans ce quartier dominĂ© par la pauvretĂ©, la corruption et la violence. Ensemble, ils tiennent tĂȘte Ă  un groupe de yakuzas bien dĂ©terminĂ© Ă  asseoir leur domination sur la ville. La lutte pour la survie du quartier sera Ăąpre, et loin d'ĂȘtre gagnĂ©e d'avance...

Annotation :

[3 tomes ou intégral]

Matsumoto... Oh, Matsumoto, que tu es aussi génial qu'incontournable! Me fiant à la premiÚre édition française en 3 tomes, je dois dire que la traduction a été assez bùclée (rien que les noms = N'importe quoi!), m'ayant rabattu sur la version anglaise, j'ai pu apprécier ce monde propre au mangaka, à la fois lumineux et sombre, comme ses deux personnages.

Ultra Heaven
8.1
14.

Ultra Heaven (2002)

Sortie : février 2008 (France).

BD de Keiichi Koike

Templar a mis 8/10.

RĂ©sumĂ© : Dans un monde futuriste oĂč l'usage des drogues est encouragĂ© par tous les mĂ©dias, un homme, toujours en quĂȘte de sensations fortes, recherche la drogue ultime, celle qui abolirait les frontiĂšres entre rĂȘve et rĂ©alitĂ©. Sa quĂȘte le mĂšne jusqu'Ă  l'Ultra Heaven, une substance d'un genre nouveau, tellement expĂ©rimentale qu'elle ne circule que sous le manteau. Il dĂ©cide de la tester, sans imaginer les consĂ©quences que ce choix aura sur sa vie' Une sĂ©rie de science-fiction au graphisme proche de celui de Moebius, pĂ©riode Metal Hurlant, et Ă  la mise en page complĂštement Ă©clatĂ©e. L'auteur s'Ă©vertue Ă  faire vivre au lecteur des voyages psychĂ©dĂ©liques, dĂ©structurant les planches et les cases, sejouant de l'absurde et de la logique. Le rĂ©sultat est Ă  la hauteur du projet : littĂ©ralement hallucinant

Annotation :

[3 tomes - en cours(?)]

Rien que pour le graphisme, ça vaut le trip! Ou comment se sentir sous l'effet de drogue en lisant sur un mec sous l'effet de drogue! Fort, trÚs trÚs trÚs fort. Le seul point négatif, c'est l'attente entre les tomes. C'est looong.

La Vie de Bouddha
8.2
15.

La Vie de Bouddha (1972)

Budda

Sortie : septembre 1972.

BD de Osamu Tezuka

Templar a mis 8/10.

Résumé : Dans l'Inde ancienne, les vies de nombreux hommes sont condamnées par la mousson, la famine, les guerres et les injustices dans le systÚme des castes. Les vies entrelacées d'ùmes malheureuses sont réunies par la naissance du jeune prince Siddhartha, qui va devenir Bouddha au cours d'un long voyage spirituel, en tentant d'amener à une renaissance spirituelle du peuple de cette terrible époque.

Annotation :

[8 tomes]

Tezuka le maĂźtre, le dieu et son oeuvre la plus transcendante avec Black Jack (bon, pas encore lu PhĂ©nix), mais La Vie de Bouddha est un biopic tout ce qu'il y a de Tezukien: ça fait mĂ©diter sur le talent de son auteur et sur son sujet et sur la vie, et le monde... La structure biographique sĂ©curise le mangaka dans son rĂ©cit avec ce qu'il faut de rigueur (pas question de foirer la fin, par exemple, qui tire les larmes aux yeux). J'aurais espĂ©rĂ© un meilleur travail d'Ă©dition en français, digne de l'Ɠuvre. Dommage. Mais incontournable.

La Force des humbles
7.4
16.

La Force des humbles (1991)

Mumei no Hitobito Ishoku Retsuden

Sortie : 9 juillet 2008 (France).

BD de Hiroshi Hirata

Templar a mis 8/10.

Résumé : Découvrez dix personnages qui, oubliés de l'Histoire, n'en ont pas moins poussé jusqu'à l'absolu l'exigence d'honneur et de courage des vrais héros. Tous ne sont pas samouraïs... mais en ont l'ùme ! L'un saura faire passer à son jeune daimyÎ le goût du luxe, un autre évitera la misÚre aux fonctionnaires de basse classe pendant que les dignitaires s'enrichissent...

Annotation :

[One-shot]

Le genre d'oeuvre capable de questionner la nature humaine sans sombrer dans la spiritualité pompeuse. Et puis c'est d'une beauté... Ajoutons à cela le dévouement d'Hirata pour ses personnsages (réels, il faut le dire) et son sens de l'humour subtil, mais prononcé.

Le Survivant - Vie de Mizuki, tome 2
8.5
17.

Le Survivant - Vie de Mizuki, tome 2 (2013)

Watashi wa Gegege: Shinpika Mizuki Shigeru Den

Sortie : 22 août 2013 (France).

BD de Shigeru Mizuki

Templar a mis 8/10.

RĂ©sumĂ© : Le succĂšs sans commune mesure de la bande dessinĂ©e au Japon, son ancrage dans la sociĂ©tĂ©, sa forme unique et ses thĂšmes de prĂ©dilection, s'expliquent une fois placĂ©s en regard de l'Ere Showa (1926-1989). Les biographies des pionniers du manga, de Vie de Mizuki de Shigeru Mizuki Ă  Une vie dans les marges de Yoshihiro Tatsumi, tĂ©moignent autant de l'explosion d'un art populaire que de cette pĂ©riode parmi les plus complexes de l'histoire du Japon. La Vie de Mizuki rappelle qu'en un peu plus d'un siĂšcle, cet archipel presque exclusivement constituĂ© de villages de pĂȘcheurs s'est muĂ© en l'une des plus grandes puissances industrielles mondiales. Entre-temps, un Ă©lan de modernitĂ© et de nationalisme a emportĂ© ses hommes vers la guerre, avant de rapatrier les survivants sur une terre occupĂ©e, en perte d'identitĂ©, en marche d'industrialisation forcĂ©e, dĂ©munie de son armĂ©e et de son besoin de produire de l'Ă©nergie. Cette sociĂ©tĂ© qui n'aurait plus besoin de se dĂ©fendre ni de se nourrir allait accoucher d'une forme d'expression naturellement enfantine, mais d'une richesse indĂ©niable : le manga. Shigeru Mizuki, cet artiste qui a ressuscitĂ© le goĂ»t du folklore au Japon, incarne plus que quiconque cette Ă©difiante rĂ©action artistique face au poids de l'Histoire : celle d'un homme qui a perdu un bras au combat et rentre dans son pays pour donner vie Ă  un courageux fantĂŽme Ă  qui l'on a volĂ© un oeil. RĂ©cit d'un destin hors du commun, tĂ©moignage unique sur la mutation d'un monde, Vie de Mizuki est une extraordinaire fresque romanesque qui embrasse un siĂšcle de chaos et d'inventions.

Annotation :

[Tome 2 sur 3]

Vie de Mizuki est le complĂ©ment Ă  Une vie dans les marges de Tatsumi. La vie de l'artiste dans la grande Histoire du Japon, son folklore et sa terrible culture nationaliste en temps de guerre. En traversant les annĂ©es, Mizuki est le tĂ©moin d'un pays en transformation oĂč par la force des choses naĂźt le manga. Dans ce tome, Mizuki n'hĂ©site pas Ă  dĂ©tailler les Ă©vĂšnements de la guerre du Pacifique, faisant de son manga un important cours d'histoire militaire, et reflet d'un Japon trop fier pour respecter la vie humaine. Tragique.

Soil
7.5
18.

Soil (2003)

Sortie : 27 janvier 2011 (France).

BD de Atsushi Kaneko

Templar a mis 8/10.

RĂ©sumĂ© : Il se passe des choses Ă©tranges dans la Ville de Soil, petite banlieue rĂ©sidentielle d'ordinaire plutĂŽt calme... La disparition soudaine d'une famille apparemment sans histoire va briser la tranquillitĂ© de la citĂ© et semer le trouble dans l'esprit de Yokoi et Onoda, les deux dĂ©tectives chargĂ©s d'Ă©claircir ce mystĂšre. Ce qui de prime abord pourrait passer pour une enquĂȘte de routine va rapidement tourner Ă  l'Ă©nigme mortelle pour les deux policiers. Car rien n'est vraiment ce qu'il semble ĂȘtre dans cette ville Ă©trange... Les deux enquĂȘteurs rĂ©ussiront-ils Ă  rĂ©soudre le mystĂšre avant qu'il ne soit trop tard ? Un manga qui utilise et se rĂ©approprie habilement les codes du thriller et du film d'horreur.

Annotation :

[11 tomes]

Blue Velvet and Twin Peaks meets Black Hole (je réalise que tout le monde le dit, mais disons que ù saute aux yeux comme un alien en chaleur enragé et cocaïnomane), ça donne une résultat aussi "salé" que savoureux (vanne pourrie: check!), mais surtout palpitant. Narration et rythme implacable. Les révélations s'accumulent le long de la descente dans le mystÚre. La résolution d'une question apporte deux nouvelles énigmes. Kaneko maßtrise son récit magistralement. Mention au concept des couverture, vraiment cool! Conseil: ne pas trop écarter le temps de lecture entre les volumes en raison de la densité de l'intrigue.

Steel Ball Run - Jojo's Bizarre Adventure, saga 7
8.8
19.

Steel Ball Run - Jojo's Bizarre Adventure, saga 7 (2004)

JoJo no Kimyƍ na Bƍken: SutÄ«ru Bƍru Ran

Sortie : 23 janvier 2013 (France).

BD de Hirohiko Araki

Templar a mis 8/10.

RĂ©sumĂ© : 1890, en AmĂ©rique, la plus grande course du siĂšcle, la Steel Ball Run est sur le point de commencer. Les participants doivent chevaucher de San Diego Beach Ă  New York, ce qui Ă©quivaut Ă  un pĂ©riple de 6 000 kilomĂštres, sans jamais changer de monture ! À la clef pour le grand vainqueur : un prix de 50 millions de dollars ! Bien des aventuriers sont prĂȘts Ă  tout pour une telle somme !

Annotation :

[24 tomes]

(je n'ai pas fini la saga 6 et en ignore donc la fin)

Araki accomplit une prouesse avec SBR. Alors qu’il se retrouve piĂ©gĂ© dans sa timeline, il dĂ©cide de rebooter son mythe avec de nouvelles rĂšgles, en conservant les mĂȘmes codes narratifs. Il y a toujours les stands, toujours des situations dĂ©sespĂ©rĂ©es dont on sait que les hĂ©ros s’en sortiront, mais comment? etc.

Araki n’a dĂ©cidĂ©ment pas son pareil pour crĂ©er des situations extrĂȘmes. Avec SBR, sa premiĂšre idĂ©e brillante est de placer la quĂȘte au sein d’une course. Cette mĂ©canique permet au mangaka de faire aller et venir des personnages en dehors du noyau de protagonistes, en maintenant une double dramatisation (course + quĂȘte). Alors que dans les arcs prĂ©cĂ©dents, les ennemis Ă©taient des Ă©tapes Ă  franchir, ici ils gravitent autour des deux hĂ©ros, pouvant mĂȘme passer d’ennemi Ă  alliĂ©. La quĂȘte doublĂ©e de la course renforce donc la tension.

L’autre audace rĂ©side dans le personnage de Jojo, Johnny Joester, qui n’est pas vraiment le personnage principal, mais davantage l’acolyte de Jayro Zepelli (oui, un Zepelli, tout de mĂȘme). Aussi, nous assistons Ă  l’évolution de Johnny, Ă  la renaissance d’un ĂȘtre Ă  la base pathĂ©tique et pitoyable, tandis que le charisme de Zepelli s'effrite, ou disons s'humanise. Un Ă©quilibre se trouve ainsi entre les deux protagonistes, au sein d'une quĂȘte, mais aussi d'un apprentissage.

Graphiquement, c’est toujours aussi canon, bien qu’un tantinet le bordel sur quelques pages. Mais les combats ne s’éternisent pas, et le rythme reste maĂźtrisĂ©. Et puis ce nouvel arc permet Ă  Araki de rĂ©introduire Dio, ce qui n’est pas rien. Voyons comment tout cela va se conclure... À suivre... Mais il reste Ă  ma connaissance le meilleur arc avec Diamond is Unbreakable.

Quartier lointain
8.3
20.

Quartier lointain (1998)

Haruka-na machi e

Sortie : 17 novembre 2006 (France).

BD de Jirƍ Taniguchi

Templar a mis 8/10.

RĂ©sumĂ© : De retour d'un voyage d'affaires, Hiroshi fait un dĂ©tour involontaire par sa ville natale, oĂč il perd connaissance. A son rĂ©veil, il retrouve son corps d'adolescent et son passĂ©. Une chance inespĂ©rĂ©e d'empĂȘcher l'Ă©vĂ©nement qui va bientĂŽt dĂ©chirer sa famille ? Quarter lointain nous invite Ă  nous demander comment poser, au-delĂ  de l'amour filial, un regard adulte sur les choix de nos parents.

Annotation :

[2 tomes réunis en intégrale]

La nostalgie de l'enfance et qui n'aimerait pas connaĂźtre cette expĂ©rience? La simplicitĂ© des sentiments rend l'Ɠuvre extrĂȘmement humaine, voire mĂ©lancolique. Taniguchi marche un peu sur un fil avec ce manga, mais il s'en sort parfaitement, sans jamais virer dans l'outrance fantastique comme par exemple dans le grotesque Un ciel radieux.

20th Century Boys
8.3
21.

20th Century Boys (2000)

NijĆ«seiki Shƍnen

Sortie : 28 mars 2002 (France).

BD de Naoki Urasawa

Templar a mis 8/10.

Résumé : Une bande de copains d'enfance devenus adultes sont confrontés à d'étranges événements. Quand l'un d'eux se suicide dans des conditions mystérieuses, les autres découvrent que le dessin qui leur servait de signe de reconnaissance 25 ans plus tÎt est devenu l'emblÚme d'une secte menaçante...

Annotation :

[20 + 2 tomes]

Urasawa est un des plus grands mangaka actuels et 20th Century Boys est aussi dense que palpitant. Le thĂšme de l'enfance y est traitĂ© et magnifiĂ© comme rarement. L'auteur n'hĂ©site pas au passage de parler du manga en lui-mĂȘme et de son "pouvoir," Du grand art. Si seulement il savait se restreindre et s'appliquer dans ses dĂ©nouements: quelle idĂ©e aussi d'Ă©tirer la sauce, parasitant la puissance de la premiĂšre partie. Une rĂ©ussite, et un beau gĂąchis.

Diamond is Unbreakable - JoJo's Bizarre Adventure, saga 4
8.5
22.

Diamond is Unbreakable - JoJo's Bizarre Adventure, saga 4 (1992)

JoJo no Kimyƍ na Bƍken: Daiyamondo wa Kudakenai

Sortie : 1 juillet 2015 (France).

BD de Hirohiko Araki

Templar a mis 8/10.

RĂ©sumĂ© : Fin des annĂ©es 1990, dix ans aprĂšs la saison 3. Jotaro Kujo se rend dans la ville de Morioh Ă  la recherche de son oncle, fils illĂ©gitime d'un prĂ©cĂ©dent Jojo. Au cours de son pĂ©riple il se lie d'amitiĂ© avec un lycĂ©en du nom de Josuke Higashikata qui s'avĂšre ĂȘtre celui qu'il recherche. Jotaro va pouvoir le mettre en garde contre un manieur de Stand qui se cache dans sa ville.

Annotation :

[18 tomes]

Dorohedoro
8.3
23.

Dorohedoro (2000)

Sortie : 15 mars 2003 (France).

BD de Kyu Hayashida (Q Hayashida)

Templar a mis 8/10.

RĂ©sumĂ© : Caiman est un jeune homme dont le visage a Ă©tĂ© transformĂ© en lĂ©zard suite Ă  un sortilĂšge. En compagnie de Nikaido sa jeune amie, il se lance Ă  la poursuite du mage venu "de l’autre cotĂ©" qui lui a lancĂ© ce sort afin de se venger. Mais les choses ne sont pas aussi simples car En, le chef des mages est bien dĂ©cidĂ© Ă  en finir avec ce lĂ©zard qui massacre ses mages et qui n’est pas sensible Ă  leur magie. Aussi il lance Ă  ses trousses, des tueurs : Shin, Noi, Ebisu et Fujita...

Annotation :

[21 tomes - en cours]

Bijou prĂ©publiĂ© dans le mensuel Ikki. Autant le manga culte auquel on le compare ne m'avait pas conquis (Gunnm), autant je suis par terre devant cette histoire de sorciers pleine de violence, et jamais dĂ©nuĂ©e d'humour au graphisme unique entre rĂ©tro et modernisme, et donc particuliĂšrement moderne, voire parfois Ă©trangement comicbookesque. Tous les personnages sont travaillĂ©s et nous fascinent, la narration est rafraĂźchissante: pas de ligne directrice d'un point A Ă  un point B, ici, les personnages vivent leurs trucs, presque slice of life, ce qui fait respirer le rĂ©cit. Dommage que la narration s'essouffle dans les derniers tomes, peinant Ă  maintenir l'intĂ©rĂȘt du lecteur que je suis.

RĂȘve Ă©carlate
7.6
24.

RĂȘve Ă©carlate (2016)

Sortie : 11 février 2016.

BD de Toshio Saeki

Templar a mis 8/10.

RĂ©sumĂ© : Le monde moderne, sa violence et ses tares s’immiscent dans des scènes intemporelles, produisant des monstres inédits et des fantasmes qu’on n’était parvenu à imaginer auparavant. Stimulé par la censure qui sévit au Japon — il est prohibé de montrer les sexes — Saeki fait de l’interdit une contrainte artistique et déporte vers l’absurde et l’onirisme le plus vieux sujet du monde.

Annotation :

[One-shot]

BLAME!
7.8
25.

BLAME! (1996)

BURAMU!

Sortie : 22 mars 2000 (France).

BD de Tsutomu Nihei

Templar a mis 8/10.

RĂ©sumĂ© : Peut-ĂȘtre sur Terre... Peut-ĂȘtre dans le futur... Killy est un cyborg taciturne qui erre dans une gigantesque citĂ© labyrinthique, s'Ă©tendant sur des milliers de niveaux. ArmĂ© d'un revolver amplificateur de radiations et accompagnĂ© de Shibo, un scientifique, il part en quĂȘte du "net-gene", un programme qui aurait Ă©chappĂ© Ă  la contamination globale d'un virus informatique, et qui serait capable de gĂ©rer le monde. Blame se dĂ©roule dans un univers high-tech et organique, oĂč la chair fusionne avec le mĂ©tal, Ă  la croisĂ©e de Gunnm et d'Akira. La narration, trĂšs visuelle, mise essentiellement sur l'action et la crĂ©ation d'une ambiance moite et crĂ©pusculaire. Le contraste entre le dĂ©cor minutieux et soignĂ© et le cĂŽtĂ©"Ă©bauche " des personnages, renforce l'atmosphĂšre Ă©trange et particuliĂšre qui Ă©mane de cette oeuvre. Un "donjons et dragons " moderne en plein univers cyber.

Annotation :

[10 tomes]

Un univers magnifiquement oppressant oĂč on est complĂštement larguĂ©, du coup, on est loin des sentiers habituels alors forcĂ©ment, c'est kiffant. D'ailleurs, Blame! qui s'apparente davantage Ă  une l'expĂ©rience qu'Ă  une simple lecture conventionnelle.

Hunter X Hunter
7.6
26.

Hunter X Hunter (1998)

Hantā Hantā

Sortie : 15 février 2000 (France).

BD de Yoshihiro Togashi

Résumé : Dans les pas de son pÚre, Gon quitte son village pour se présenter au difficile examen des hunters. En chemin, Gon se fera des amis. Mais survivront-ils à la premiÚre épreuve face à des participants particuliÚrement dangereux... ? Si quelques adversaires se montrent impitoyables dÚs le début, d'autres comme Hisoka le magicien font preuve d'un cruauté pour le moins inquiétante...

Annotation :

[36 tomes - en cours]

Un des rares cas oĂč l'anime est mieux. À la fois brillant et formellement inĂ©gal, et un peu lourd niveau texte.

Le Chant d'Apollon
7.8
27.

Le Chant d'Apollon (1970)

Apollo no Uta

Sortie : 20 janvier 2012 (France).

BD de Osamu Tezuka

Templar a mis 8/10.

RĂ©sumĂ© : Shogo Chikaishi est amenĂ© devant un psychiatre pour avoir commis des actes cruels envers les animaux. Le mĂ©decin lui inflige un traitement de choc pour essayer de « redresser son caractĂšre ». On dĂ©couvre alors que le garçon porte une haine intense, non envers les animaux, mais envers l'Amour. Sous l'effet du traitement, Shogo se retrouve devant la dĂ©esse de l'amour, qui lui impose un destin tragique : de vie en vie, ShĂŽgo tombera Ă  chaque fois amoureux d'une mĂȘme femme, mais avant que leur amour ne soit exhaussĂ©, l'un ou l'autre devra mourir.

Annotation :

[One-shot]

Tezuka au sommet dans un récit astucieux, véritable terrain de jeu dans la forme et dans le fond pour son auteur et quand c'est édité chez Kana, c'est encore plus beau!

Zero
7.8
28.

Zero (1991)

Sortie : 13 juin 2018 (France).

BD de Taiyƍ Matsumoto

Templar a mis 8/10 et a Ă©crit une critique.

Résumé : Goshima est un boxeur qui a détenu le titre de champion du monde pendant plusieurs années sans perdre un seul combat ce qui lui a valu le surnom de "Zero". Son coach, Araki, le décrit comme une fleur qui éclot seulement sur le ring. Mais à l'approche de son 30Úme anniversaire, tout le monde commence à questionner la valeur de Goshima. Il décide alors de se mettre à la recherche de son adversaire ultime.

Annotation :

[2 tomes]

Zero ou l’histoire du boxeur trentenaire Goshima. C’est un Taiyƍ Matsumoto qui prend ses marques, qui dĂ©bute, un univers graphique et thĂ©matique Ă  l’état embryonnaire qui ne demande qu’à se dĂ©velopper, qu’à exploser: utilisation poĂ©tique de mĂ©taphores, la marginalitĂ© du personnage principal
 Plusieurs Ă©lĂ©ments qui feront la puissance de Ping Pong. Le dĂ©coupage du premier tome est trĂšs conventionnel, alors que le second aura tendance Ă  se libĂ©rer des contraintes Ă  mesure que la folie gagne du terrain et que le climax se rapproche. L’utilisation du noir est magnifique et le tome 2 est marquĂ© par certaines cases particuliĂšrement sublimes. D’un point de vue narratif, le contrepied est ici de prendre un personnage en fin de carriĂšre alors que les mangas de sport ont tendance Ă  s’attarder sur les jeunes en pleine ascension et de suivre cette ascension. Cela dote le manga d’une certaine mĂ©lancolie malgrĂ© la folie de Goshima, tout en se concentrant sur la fin d’une Ăšre, d’un rĂȘve. Et c’est ce qui est absolument brillant dans ce titre (aux antipodes d’un Coq de Combat): Ă  travers un match occupant tout le second volume, Matsumoto dĂ©veloppe une connexion entre deux personnages, et l’action n’est que le prĂ©texte d’une transmission tissĂ©e subtilement, puis ostensiblement au cours des chapitres. En plus d’ĂȘtre de plus en plus palpitant, Zero est extrĂȘmement touchant, malgrĂ© ses petits dĂ©fauts qui paradoxalement renforcent cet attachement. Zero est aussi le titre le plus tragique de son auteur, le plus Ă©prouvant, le plus mĂ©lancolique. Mais Zero Ă©tait surtout une promesse, celle d’une grandeur Ă  venir, et on sait depuis longtemps que cette promesse a largement Ă©tĂ© tenue.

Sunny, tome 1
7.7
29.

Sunny, tome 1 (2014)

Sanī

Sortie : 21 novembre 2014 (France).

BD de Taiyƍ Matsumoto

Templar a mis 8/10.

RĂ©sumĂ© : Un centre d'accueil pour enfants en difficultĂ© sociale abrite des personnalitĂ©s fort diffĂ©rentes, mais tous portent en eux une solitude qu'ils gardent au fond de leur cƓur. Leur lieu de prĂ©dilection : une vieille Nissan Sunny. L'endroit oĂč tout devient possible, oĂč l'imaginaire n'a plus de limites !

Annotation :

[6 tomes]

Matsumoto revient avec un manga plus personnel, Ă  tendance autobiographique, mais toujours emprunt de sa poĂ©sie si particuliĂšre et de son incroyable style graphique (plus fin, et un trait plus lĂ©ger). Sunny serait basĂ© sur des souvenirs d'enfance du mangaka, il explore surtout une nouvelle fois l'univers de l'enfance (ici des orphelins, dans une "foster home") et de leur façon de s'accorder au monde, celui des adultes comme ces parents absents, invisibles. Le seul pĂšre que l'on verra interagir avec sa progĂ©niture sera un ivrogne fini qui prĂ©fĂšre se bourrer la gueule plutĂŽt que de rĂ©parer ses dents manquantes. Alors les enfants doivent se dĂ©finir par eux-mĂȘmes, avec leur imaginaire, exacerbĂ© par cette voiture abandonnĂ©e: Sunny.

Wet Moon, tome 1
7.6
30.

Wet Moon, tome 1 (2014)

Sortie : 8 janvier 2014 (France).

BD de Atsushi Kaneko

Templar a mis 8/10.

Résumé : L'histoire se déroule dans les années 60. Un détective, Sada, poursuit une femme accusé de meurtre. Mais celle-ci arrive à lui échapper.

Annotation :

[3 tomes]

Soil nous rappelait dĂ©jĂ  Twin Peaks. Wet Moon aussi, sauf qu'ici Atsushi Kaneko abandonne tout ce qui peut prĂȘter Ă  rire ou mĂȘme Ă  sourire pour nous plonger dans un rĂ©cit Ă©touffant, jouant avec le temps et l'espace jusqu'Ă  nous perdre, nous et le personnage. Plus que Lynchien, on vire parfois chez Kafka. Wet Moon est d'une beautĂ© graphique remarquable, de celle qui fait du bien dans le monde du manga (je vais Ă©viter de me rĂ©pĂ©ter quant Ă  mon dĂ©goĂ»t des dessins stĂ©rĂ©otypĂ©s, mais pas de ça ici) s’appuyant sur un charme et un cadre rĂ©tro. AK sait utiliser les lignes, le noir et le blanc, mais il nous surprend par une utilisation intelligente et parsimonieuse de la couleur. La fin de Wet Moon invite Ă  sa relecture. Une fin qui lĂšve un voile sur l'esprit de ce qui est racontĂ© tout au long des trois tomes, oĂč comme Ă  l’instar de Twin Peaks, au-delĂ  du mystĂšre et de la folie, on nous parle d'amour.