Voyage au pays de la lenteur

Avis sur Ainsi résonne l’écho infini des montagnes

Avatar Bernardo Mariame
Critique publiée par le

Dans le village de Shadbagh, Abdullah, dix ans, veille sur sa petite sœur Pari, trois ans. Entre les deux enfants, le lien est indéfectible, un amour si fort qu'il leur permet de supporter la disparition de leur mère, les absences de leur père en quête désespérée d'un travail et ces jours où la faim les tenaille.
Mais un événement va venir distendre ce lien, un choix terrible qui modifiera à jamais le destin des deux jeunes vies, et de bien d'autres encore ...

J'avais adoré les deux premiers livres de cet auteur: Les cerfs-volants de Kaboul et Mille soleils splendides, c'est la raison qui m'a poussé à acheter cet ouvrage…
Bon, les décors sont sympas, les mots sont très bien choisis et….voila..je n'ai pas du tout accroché, je me suis ennuyée comme rarement, les nombreux personnages, les retours en arrières qui sont lents, on ne sait pas pourquoi on se retrouve là, on le comprend trois lignes avant la fin du chapitre, c'est long et ça tout...le...temps!
Beaucoup de passages sans réel intérêt et ça me chiffonne car j'aime beaucoup cet auteur, Khaled, tu m'as déçue!
L'événement en question est à peine abordé, en gros il arrive quelque chose à deux gamins et après paf on vous raconte leurs vies, celle de leurs enfants, de leurs petits enfants, du chien de la grand mère de la tante au troisième degré….
J'aurai aimé l'aimer.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 204 fois
1 apprécie

Autres actions de Bernardo Mariame Ainsi résonne l’écho infini des montagnes