Avis sur

Amusing Ourselves to Death: Public Discourse in... par kwyxz

Avatar kwyxz
Critique publiée par le

Où Neil Postman explique que l'avenir Orwellien à la Big Brother n'existera pas dans nos sociétés occidentales. Que nul pouvoir ne cherchera à avilir le peuple, le censurer et le priver d'informations. Car nul pouvoir n'aura à le faire: le peuple ne cherche plus à connaître la vérité, le peuple ne cherche plus à s'informer, le peuple ne cherche plus à être éduqué. Le peuple veut s'amuser. Et c'est Aldous Huxley dans le Meilleur des Mondes qui décroche la timbale de la vision prophétique la plus réaliste.

Postman démontre que dans chaque société c'est le moyen de communication qui façonne les interactions politiques et sociales. D'une tradition orale à une tradition écrite, d'une information permanente puisque figée dans le marbre ou sur le papier à une information volatile puisque prononcée en direct sur une chaîne de télévision quelconque, intercalée entre deux messages publicitaires, et dont le but premier n'est plus d'informer mais de divertir. Divertir parce que tout ce qui est seulement informel est rébarbatif. Et tout ce qui est rébarbatif n'est plus la norme: la norme est au plaisir, à l'amusement.

Comment l'information est transformée en torrent de faits divers. Comment la télévision fait la politique d'aujourd'hui et défait celle d'hier. Comment l'éducation est pervertie par des émissions éducatives qui apprennent non pas à aimer apprendre, mais à aimer la télévision.

Un tableau effrayant parce que plus que jamais d'actualité plus de 20 ans plus tard.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1765 fois
6 apprécient

Autres actions de kwyxz Amusing Ourselves to Death: Public Discourse in the Age of Show Business