Avis sur

Anamnèse de Lady Star par rmd

Avatar rmd
Critique publiée par le

Trois ans après Cleer, voici le deuxième ouvrage de l'entité bicéphale L.L. Kloetzer, toujours dans la collection Lunes d'Encre de Denoël. A l'origine de ce récit, la nouvelle trois singes, parue dans l'anthologie Retour sur l'horizon et que l'on retrouve ici intégralement dans le deuxième chapitre.

Une équipe scientifique française met au point une arme ultime capable d'éliminer rapidement, avec l'aspect d'une maladie, une partie de la population selon des critères génétiques. Après un premier test concluant par des militaires dans une vallée asiatique perdue, une utilisation à grande échelle tourne mal : la sélection des victimes n'est pas efficace et la majeure partie de l'humanité y passe. Cet événement tragique est assez ironiquement baptisé le Satori : un terme bouddhiste synonyme de l'épiphanie, le passage à une nouvelle étape de la compréhension, un éveil. Les témoignages des militaires, les informations glanées par une commission d'enquête officielle, le reportage d'une journaliste et d'autres récits indiquent la présence d'une femme évanescente, une Elohim, liée à l'équipe scientifique créatrice de l'arme.

On le voit au travers de ce bref résumé, ainsi qu'avec le titre ou la (superbe) couverture : Anamnèse de Lady Star est un livre mystérieux. A l'opposé de Cleer, dont les personnages, si fiers de travailler pour une multinationale rêvée, étaient portés par les certitudes et par leur supériorité, tout dans ce roman est trouble, sujet à caution. Ce n'est pas pour rien que l'on peut trouver, au fil de la lecture, des références à Christopher Priest ou à Philip Dick : le doute, le questionnement de la réalité sont omniprésents dans le récit. Le duo Kloetzer ne facilite pas le travail : beaucoup d'informations sont distillées sans être expliquées. La nature même du personnage central, si elle est qualifiée d'Elohim, n'est pas plus détaillée, et c'est au lecteur de faire la part des choses, de s'interroger sur son existence. Les témoignages sont avant tout des narrations subjectives, parfois des dizaines d'années après les événements, et ceci ajoute à leur faible fiabilité.

Sur la forme, si Anamnèse... se présente comme une succession de récits, ce n'est pas un recueil de nouvelles : ses différents chapitres forment bien un roman cohérent. D'un texte à l'autre, le narrateur, et donc le style, change. Si on est par moment dans le factuel rythmé par des dialogues, ou dans le récit à la première personne, on peut passer, dans le chapitre Giessbach, à un tunnel de quarante pages, quasiment sans interruption, sans respiration, une extraction brute de mémoires, peut-être le plus beau passage du roman, difficile à lâcher malgré son aridité. Car ce livre n'est certainement pas un page-turner : il demande des efforts au lecteur, sa compréhension se mérite et le lire trop vite serait gâcher la richesse de son contenu. Là ou Cleer était trop bref, ne montait pas assez en puissance et m'avait déçu par la sous-exploitation de son sujet, Anamnèse de Lady Star prend toute son ampleur, déploie son récit sur la bonne longueur et va au bout de ses ambitions. Et si l'influence de Christopher Priest est évidente (l'écrivain ne s'en cache pas), c'est plutôt à côté des grands romans de John Brunner que je classe ce livre : les thèmes abordés et la qualité du la narration n'ont pas grand-chose à envier à l'auteur de Tous à Zanzibar, et on obtient le meilleur roman de science-fiction de ces dernières années.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1056 fois
14 apprécient

rmd a ajouté ce livre à 6 listes Anamnèse de Lady Star

Autres actions de rmd Anamnèse de Lady Star