« Et je lui porte enfin mon cœur à dévorer »

Avis sur Andromaque

Avatar San  Bardamu
Critique publiée par le

Bonjour à tous,

« Andromaque » est écrite en 1667 par un auteur qui n’a pas encore trente ans. Chef d' oeuvre ? Assurément ! Mais pourquoi donc ? Laissez moi vous conter l' histoire de maître Racine.

Cette troisième pièce de Racine est le véritable point de départ de sa carrière.
Cette tragédie en vers de cinq actes crée au Théâtre de Bourgogne en 1667 introduit dans le drame une violence alors inconnue dans un Théâtre mené auparavant surtout par Corneille.
Oreste, envoyé des grecs à Buthrote, réclame à Pyrrhus, roi d' Épire, que lui soit livré Astyanax, le fils de la troyenne Andromaque.
Pyrrhus, délaissant Hermione sa fiancée, aime passionnément Andromaque.
Il impose à celle-ci le mariage comme prix de sa liberté.
Oreste déclare alors sa flamme à Hermione qui le repousse, avant de se raviser car Pyrrhus vient, une nouvelle fois, de l'humilier.
Oreste pense à enlever Hermione, avec la complicité de son ami Pylade.
Andromaque, pour sauver son fils, accepte d'épouser Pyrrhus mais se suicide après la cérémonie. Hermione demande à Oreste comme preuve de son amour qu'il tue Pyrrhus et se donne la mort.
Oreste, perdant la raison laisse la conduite du royaume à Andromaque, sa nouvelle reine.
C'est un drame violent et sombre de la passion et de la folie qui se joue sur le tombeau d'Hector. le style de Jean Racine, toujours flamboyant et élégant, fait de cette pièce un morceau classique éternel.

Mais plus encore ? Certes. J' y viens.

Après Phèdre, je me suis attaqué à Andromaque !
Je m'épargne de raconter le noeud de l'intrigue, vous trouverez sans mal des résumés si cela vous intéresse, d'autant que j'aurais bien du mal à être concis. Et en plus bande de voyous ! Ne l' ai-je pas déjà fait au dessus ?

Je vais donc me contenter de donner mon avis. N'y allons pas par quatre chemins : j'ai beaucoup aimé. Ai-je besoin de rappeler la perfection du vers racinien ? Les passions s'entrecroisent, sont contrariées et jamais réciproques. Les amours se lient sur fond de guerre de Troie et d'intérêts politiques. Les choix sont cornéliens : Andromaque acceptera t-elle le mariage avec Pyrrhus pour sauver son fils ?
Ce que j'apprécie particulièrement, c'est la subtilité du texte : on devine la folie, la détresse, la passion. Les personnages sont désespérés, prêts à tout par amour alors que les enjeux politiques sont énormes... J'ai adoré l'intensité dramatique entre ces quatre personnages : Oreste qui aime Hermione, fiancée à Pyrrhus, Pyrrhus qui aime Andromaque... Un noeud apparemment inextricable de sentiments contrariés, de jalousie, de désespoir. Hermione est un personnage assez fascinant de folie, femme blessée qui n'hésite pas à demander à Oreste de tuer son ancien amant. Et que dire d'Andromaque, qui paraît étrangère à tout, hantée seulement par le visage de son défunt époux Hector, habitée par son amour de mère... Ce sont assurément deux grandes héroïnes, chacune à leur manière, éclipsant les deux hommes qui les entourent.

Réellement, les tragédies raciniennes sont exceptionnelles, rien que pour le sublime de la langue française. La passion et la noirceur qu'elle engendre sont une nouvelle fois portées à leur paroxysme, au coeur de la pièce, servies par un style époustouflant.

Je me répète, mais je m'ennuie vite en lisant du théâtre et Racine réussit une nouvelle fois à me captiver. C'est sans nul doute l'un des monuments du théâtre français.

Sur ce, porter vous bien. Lisez ce fou de Racine ! Tcho. @+.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 4435 fois
5 apprécient

Autres actions de San Bardamu Andromaque