Une encyclopédie des sentiments

Avis sur Anna Karénine

Avatar Jean Guillaume
Critique publiée par le

Anna Karénine fait partie des livres poussant l'exploration des sentiments humains, notamment amoureux, au plus loin. À travers la vie de l'aristocratie russe de la fin du 19ème siècle, Toilstoï narre sans filtre, qu'il puisse être moraliste ou iconoclaste, les existences des personnages qu'agitent sans cesse les tumultes des passions. "Les familles heureuses se ressemblent toutes ; les familles malheureuses sont malheureuses chacune à leur façon". Son génie réside dans sa compréhension fine des ressorts amoureux. Il serait bien trop long d'énumérer les passages dans lesquels les pensées et comportements qu'il décrit sont exactement ceux qui furent les miens et probablement les vôtres. La richesse dont nous fait don l'auteur, qu'est celle d'avoir des mots posés sur des sentiments et actions, permet de mieux nous comprendre et donc d'être plus serein quant à notre passé, de mieux vivre le présent, de se savoir armé pour le futur.

Si l'amour, le désir, la fidélité sont les thèmes prépondérants de cet ouvrage, l'auteur n'explore pas moins d'autres sujets. Ses fulgurances sur le doute, le sens de la vie et l'accomplissement de soi enrichissent le roman et lui donnent une épaisseur intellectuelle rare. Les hésitations de ses personnages sont autant de façons de confirmer et d'appuyer sa morale. Cependant, celui qui se comporte bien ne finit pas toujours le plus heureux, mais par ce comportement, il ne s'interdit pas le bonheur. On devine que pour Tolstoï le refus d'une vie dissolue est une condition nécessaire, mais non suffisante à l'épanouissement personnel.

Enfin en supposant que lire un roman, c'est partager la vie des personnes, c'est donc emmagasiner de l'expérience, c'est vieillir, alors personne ne devrait passer à côté de ce livre. Lire Anna Karénine, c'est en effet vivre des romances éthérées, subir et commettre des adultères, connaître l'issue de plusieurs chemins que chacun d'entre nous aurait pu ou pourra prendre dans sa vie. Dans la droite ligne de Madame Bovary, Toilstoï nous rappelle, et ce rappel est plus que jamais d'actualité aujourd'hui, que l'amour se construit, se choisit et non se subit. La personne qui n'a pour maître que ses sentiments se condamne à suivre une voie qui la mènera au mieux à des regrets, au pire au malheur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 230 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Jean Guillaume Anna Karénine