Avis sur

Au revoir là-haut par Zbah

Avatar Zbah
Critique publiée par le

Le calvaire et la vengeance d'Edouard et de son acolyte Albert sauvé 2 fois (par une gueule de cheval crevé et par Edouard qui y laissera sa propre gueule) forme ce roman d'aventures picaresque, et tombe à point en plein centenaire de la grande guerre, pour replonger dans la France des lendemains de 1918.

Portrait d'une France de la magouille, dépressive, droguée, défoncée avec ses poilus trainant leurs traumas physiques, et leur nevroses, psychoses et phobies. Une France qui veut panser ses plaies, se créer des Héros, et une France Bourgeoise qui veut vite profiter et faire du fric, à n'importe quel prix. Lemaitre dresse à grand traits rapides tout ce cadre, à l'excès, à la caricature. Là est le problème : la galerie de personnages, même si haute en couleur, frise la comédie, un méchant cynique à abattre (Henri), un père ogre libéral fondu de travail reniant son fils artiste efféminé, un fonctionnaire zélé, besogneux et sale, enquêteur en sépultures... C'est presque une galerie à la Eugène Sue, et surtout une limite - car si on est embarqué au début, on se lasse un peu des frasques de Lemaitre et à travers lui de ses personnages qu'il anime visuellement (avec de magnifiques fulgurances, les masques d'Edouard par exemple, la "béance" en lieu et place du visage d'Edouard(rarement ce mot n'a été ici si visuel et ressenti). Le livre se délite à sa moitié et perd son fil, psychologique, de sens, et de son aventure un peu burlesque il tombe dans un grotesque un peu gag qui sape toute espèce de compassion, d'émotion ou d'intérêt.

Les péripéties s'enchainent un peu mollement, la génèse de l'"arnaque" tombent un peu à plat, l'enchainement devient un peu capilotracté, ça ne tient pas vraiment la route, les affrontements générés par Lemaitre, les antagonismes (Albert/Henri) déboucheront bizarrement sur rien, Lemaitre esquivera d'ailleurs pas mal de rencontres que son récit imposait pourtant - et un final grand guignol viendra clore l'ouvrage sur une note bien amère. Une déception donc, de style et de forme - pour ma part. Et ce n'est pas en appelant à la rescousse tous les grands maitres littéraires dans un besogneux chapitre de remerciement style remise d'Oscar, que ce roman plutôt en mode mineur gagnera en grandeur.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 411 fois
1 apprécie

Zbah a ajouté ce livre à 1 liste Au revoir là-haut

  • Livres
    Illustration Lus en 2014

    Lus en 2014

    Avec : Drood, Silo, La Possibilité d'une île, La Guerre éternelle,

Autres actions de Zbah Au revoir là-haut