Avis sur

Au revoir là-haut par Bouquinovore

Avatar Bouquinovore
Critique publiée par le

Si vous suivez un peu mon blog, vous vous êtes rendu compte, que j’ai un faible pour les romans qui parle de la première ou bien encore de la Seconde Guerre mondiale, non pas pour le morbide de la situation, mais pour essayer de comprendre, ce que je ne comprends pas… Le Pourquoi ? Pourquoi en être arrivé là. Cependant en 2013, je n’ai pas lu « Au revoir là-haut », d’ailleurs, car un peu peur en général des romans estampillés Prix Goncourt et si mon épouse ne m’avait pas offert ce livre, je ne sais pas si je l’aurai lu. Ce qui aurait été une erreur énorme de ma part, car j’aurai perdu la chance de lire une petite merveille.

Je dois également reconnaitre que je n’avais jamais lus de romans de Pierre Lemaitre, cependant, je savais que son registre de prédilection est le polar, avec « Au revoir là-haut » l’auteur s’essaie avec brio à une littérature beaucoup plus classique, plus picaresque.

De page en page, nous suivons la vie de trois poilus, une gueule cassée, Eduard Péricourt venant d’une famille bourgeoise, rejeté par son père pour sa vie d’artiste et son homosexualité. Un traumatisé, Albert Maillard et un lieutenant sans vergogne, Henri d’Aulnay-Pradelle, aristocrate sans le sous qui veut par tous les moyens redorés le blason familial.

Le long de ces 649 pages, nous allons découvrir comment s’entremêlent la vie de ces trois personnages, comment Albert et Eduard vont monter une arnaque aux monuments aux morts, comment Henri profitera du marché public pour l’inhumation des poilus tombés au champ d’honneur pour s’enrichir et ne voyant ici que gain et profits.

Bien que ce roman fasse 649 pages, il m’aura fallu que quelques jours pour le lire. J’avais comme marque-page, la carte de visite de mon blog. Comme je l’ai expliqué plusieurs fois, ce Monsieur, qui est aujourd’hui l’image du Bouquinovore, est aussi mon arrière-grand-père. Mort en août 1914 en défendant un pont. Chaque fois que je refermé le livre en glissant le marque-page où j’avais laissé ma lecture, j’imaginais mon arrière-grand-père dans cette époque que Pierre Lemaitre décrit si bien.

Comme vous pouvez le comprendre, Au revoir là-haut, est pour moi en véritable coup de cœur, car coup de maître de l’année 2015.

sur le Blog

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 215 fois
1 apprécie

Autres actions de Bouquinovore Au revoir là-haut