Bel-Ami, un ami qui ne vous veut pas vraiment du bien. Du tout!

Avis sur Bel-Ami

Avatar Chat-alors
Critique publiée par le

Derrière Bel-Ami se cache en fait Georges Duroy, jeune homme séduisant, ancien militaire en Algérie revenu à Paris pour faire fortune. Mais celle-ci le fuit et il n’a guère de quoi vivre et manger décemment. C’est dans ce contexte de vaches maigres qu’il rencontre, au hasard des rues, un ancien camarade de régiment, Forestier qui, le prenant en pitié, l’aide à entrer au journal La Vie Française. Rapidement, Bel-Ami entrevoit les possibilités d’évolutions qui s’offrent à lui, entre jeux de séduction, affairisme et coups bas.

Bel-Ami n’est pas vraiment ce qu’on pourra appeler un roman moral. Maupassant nous décrit en effet une société où chacun trompe allègrement son conjoint, où la séduction intéressée est monnaie courante et où les manœuvres politiques les plus obscures sont souvent celles qui rapportent le plus. Ainsi, au grès de son ascension, le héros va séduire une jeune femme mariée, Mme de Marelle (la seule qu’il semble réellement aimer) ; Mme Forestier, la veuve de son ami ; Mme Walter, la femme de son patron ; et Suzanne Walter, la fille de son patron. Lesquelles il délaissera tour à tour pour des partis plus intéressants. On notera d’ailleurs que l’appétit de pouvoir de Duroy ne connait pas de limite : il vise toujours plus d’argent, de relations, de pouvoirs et la richesse dont la chance le dote pâlit invariablement devant la richesse des autres. Maupassant, d’ailleurs, n’est pas tendre avec son héros, dont il se moque, qu’il malmène et rend globalement peu sympathique. Bel-Ami est opportuniste et sait saisir sa chance d’accroitre sa position, mais il est souvent peu enclin à comprendre les sentiments des autres, il se montre parfois vil, ombrageux et méprisable. Qu’il s’agisse de ses tentatives d’extorquer une part de l’héritage revenant de plein droit à son épouse Mme Forestier, de se montrer méprisant envers son ancien ami qu’il qualifie invariablement de « cocu » ou dans sa manière de se jouer de l’amour que Mme Walter lui voue, Duroy est rarement à son avantage. Cela étant, bien peu des protagonistes du roman le sont, Maupassant s’amusant à décrire une société qu’il réprouve.

Le roman est assez plaisant car dynamique. Les intrigues se succèdent, les coups-bas et les manœuvres des uns et des autres s’enchainent, ce qui donne envie de se plonger plus avant dans les aventures de Bel-Ami dans sa conquête du pouvoir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 808 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Chat-alors Bel-Ami