Premier roman, oui et alors ?

Avis sur Blizzard

Avatar Julien Coquet
Critique publiée par le

En Alaska, alors qu’un jeune garçon disparaît, quatre personnages en pleine tempête de neige auscultent les circonstances qui les ont poussés à vivre dans une région si hostile.

Dans ce premier roman, quatre voix se succèdent. Il y a Cole, personnage trouble et vulgaire, habitant depuis de nombreuses années ces confins du monde. Freeman, nouvellement arrivé, noir, et se confrontant sans cesse à l’hostilité de la nature. Et puis Benedict, qui élève un jeune garçon avec une femme, Bess. Les relations entre ces trois personnages, étranges, laissent planer le doute : quels sont leurs rapports ? Sans raison apparente, Bess et le garçon sortent de la maison en pleine tempête. Une main lâchée et c’est le petit Thomas qui disparaît.

Dans un court roman, Marie Vingtras dresse le portrait de personnages qui ont tous eu une bonne raison de fuir et de trouver refuge loin des hommes. La première partie du roman, centrée sur la tempête de neige, laisse ensuite la place aux parcours des personnages et à leur introspection. Le problème de ce premier roman est qu'il est juste OK. Pour un premier roman, comme pour un premier film, on est en droit d'attendre une vision, une histoire, une langue. Ici, tout semble un peu téléphoné et prêt à être adapté en série...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 521 fois
4 apprécient

Autres actions de Julien Coquet Blizzard