La tyrannie du solitaire

Avis sur Caligula

Avatar Esor
Critique publiée par le

S'il y a bien un être qu'on exclu de notre pardon il s'agit bien du tyran. Rencontrer Caligula se fut rencontrer mon opposé pour me compléter. Camus a réussit à nous faire excuser les faits et gestes d'un mégalomane frustré de n'être que le seul à détenir la Vérité. S'il se pense au-delà de tout le monde il veut aussi montrer le chemin de la liberté au peuple aliéné. Au grands mots les grandes résolutions, le voilà partit dans ces réformes qui lui donnent tout pouvoir et tout droit. Bien vite on se rend compte que le désir de Caligula ne peut finir que par sa propre mort. Il veut que le peuple se rebelle et pour ça il s'acharne à leur montrer à quel point leurs vies ne sont ni utiles ni irremplaçables et qu'elles ne valent rien. La seule solution c'est la révolte mais cette révolte ne mènera qu'à votre propre mort si vous échouer.
On assiste aussi à de fabuleux monologue, notamment un sur la solitude. Un passage qui trouble et fait vibrer vos tripes. De plus, on peut se voir sourire ou pleurer face à son désir de plus en plus grandissant de détenir la lune. Quête qu'entreprend un de ses fidèle serviteur sans succès. Quant à ses autres relations, toutes se termineront de manière dramatique ou tragique.

Nous sommes tous essoufflé et désarmé devant l'absurdité de nos conditions d'être humain. Si nous avons l'impression que nos hurlements n'ont pour réponse que leurs propres échos ou encore le silence assourdissant du monde, il nous est alors facile de comprendre le sentiment de Caligula. Bien que nous serons tous d'accord pour affirmer que jamais nous n'acterons de la sorte. Il est amoureux de la vie, un grand passionné et romantique. Ce livre est une démarche. La démarche d'un homme qui tente de se frayer un chemin dans l'existence et de trouver du sens. Si certains s'accorderont sur le fait que le monde est tout noir, Caligula lui croit en la beauté et c'est probablement ce qui le ronge de l'intérieur.

S'il faut lire Caligula c'est pour se résoudre à accepter sa propre condition, accepter que la quête de l'impossible ou l'absolu est une quête personnelle qui ne doit jamais réellement cesser. Notre monde a tendance à cesser de chercher par fatigue ou manque d'envie. Caligula est fou et vit dans la douleur d'être si seul et de n'avoir personne à qui montrer la beauté qu'il voit. C'est pour cela que j'ai tant aimer cette pièce. Peut-être est-ce parce que je l'ai lu à 18 ans avec les rêves et les fantasmes plein la tête et au début de ma réelle confrontation avec le reste du monde. Pour moi, cette pièce fait partie des oeuvres incontournables qu'on l'aime ou pas elle aura au moins le mérite de faire réagir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 700 fois
10 apprécient

Autres actions de Esor Caligula