👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Comme la plupart de la poésie de la grande époque surréaliste, et je dirais même comme dans toute une partie de la poésie du XXè siècle qui s'est affranchie de nombreux codes, j'ai trouvé l'oeuvre de Paul Eluard difficile d'accès.
Pourtant son écriture n'est pas franchement automatique comme les Champs Magnétiques d'André Breton et Soupault, ou les poèmes de Benjamin Péret, mais ici, on a souvent l'impression de lire des vers qui ont du sens pour l'auteur mais que seul lui pourra comprendre. Des vers évoquant la souffrance de sa relation sur le déclin avec sa compagne Gala.

Je n'ai pas réussi à tout lire de manière détachée. Au fur et mesure, il m'a semblé redécouvrir toujours le même texte, réécrit perpétuellement : le ciel, les ombres, les ailes des oiseaux, voilà des termes qui reviennent sans cesse, que je découvre avec plaisir au début mais qui ont fini par me lasser sur le recueil entier.

Même s'il n'est pas nécessaire que les mots aient un sens pour les apprécier, et même si Paul Eluard n'a lui-même pas toujours cherché à leur en donner un, au bout d'une vingtaine de poèmes, ne pas tout saisir devient vite harassant mentalement.
Je me suis donc renseigné en cours de lecture, et c'est surtout après avoir analysé (et littéralement traduit) certains textes en profondeur que j'ai pu les redécouvrir et les apprécier sous un regard nouveau... Cela demande concentration et de multiples lectures.

Je ne veux pas non plus faire penser que cette poésie est indéchiffrable, et ma critique semble négative, Capitale de la douleur est heureusement et avant tout une oeuvre superbe qui recèle de nombreuses fulgurances, et d'images incroyables...
Ne serait-ce que dans ce titre fascinant qui se suffit à lui-même et attise la curiosité.

Je note d'ailleurs que paradoxalement, le poème le plus célèbre du recueil, L'Amoureuse, que je trouve magnifique, est aussi l'un des plus simples à comprendre, et des plus classiques dans sa forme.

Et c'est finalement là-dessus que je me sens un peu déçu et frustré, car les textes qui ont attirés mon attention sont souvent les plus évidents, les moins représentatifs du surréalisme pur et dur, et j'aurais voulu tout aimer.

FlorianTanguy
7
Écrit par

il y a 2 ans

2 j'aime

5 commentaires

Capitale de la douleur
fleurblanche234
9

La parole enchanteresse, le reve et la poesie - Ebauche pour une critique sur l'ecriture poetique

Ceci n'est pas une critique mais un prolongement fait apres une recherche sur Chien de printemps de Patrick Modiano (1993) qui m'a amenee a Paul Eluard parce qu' il part de certains vers de...

Lire la critique

il y a 6 ans

19 j'aime

9

Capitale de la douleur
Elodie
10

« Mourir de ne pas mourir », j'aime la musique de ses mots.

Aujourd'hui, je ne m'explique toujours pas cet amour pour Paul Eluard. Mais c'est un amour né en cours de français, Monsieur L. nous avait demandé d'étudier le recueil de poèmes de notre choix...

Lire la critique

il y a 12 ans

15 j'aime

Capitale de la douleur
TPPT
10

" Il nous faut peu de mots pour exprimer l’essentiel "

« La poésie d’Eluard est simplement merveilleuse, et si le mot n’avait quelque chose d’inconvenant à l’égard de l’homme que l’on sait, nous la dirions miraculeuse. Elle est inséparable de la...

Lire la critique

il y a 7 ans

9 j'aime

Capitale de la douleur
FlorianTanguy
7

C'est beau mais c'est loin

Comme la plupart de la poésie de la grande époque surréaliste, et je dirais même comme dans toute une partie de la poésie du XXè siècle qui s'est affranchie de nombreux codes, j'ai trouvé l'oeuvre de...

Lire la critique

il y a 2 ans

2 j'aime

5

Le Caire confidentiel
FlorianTanguy
8

Polar exotique à l'ambiance crasseuse

Un excellent polar politique où l'on retrouve des ingrédients qui ont disparu (on peut sans doute s'en réjouir) des polars classiques européens ou américains depuis un demi-siècle : ça fume, c'est...

Lire la critique

il y a 5 ans

2 j'aime

CTR: Crash Team Racing
FlorianTanguy
10

Fun + exigence technique

Crash Team Racing n'a définitivement pas à rougir d'avoir surpassé Mario Kart qui avait popularisé le genre. En plus de son humour, de la beauté et de la variété des circuits, de leurs raccourcis ou...

Lire la critique

il y a 5 ans

2 j'aime