Se rendre à la ligne du point zéro.

Avis sur Charlotte

Avatar ThomasRoussot
Critique publiée par le

Le point zéro de la littérature est atteint avec ce "Charlotte". Ce n'est pas en allant à la ligne du début à la fin que ça lui confère une quelconque valeur poétique (tout juste une épaisseur artificielle). Seul un entrisme d'un genre un peu particulier peut conduire de tels navets à obtenir une crédibilité quelconque auprès de jurys décérébrés.

« Figé sur le trottoir, j’observe le balcon.

Celui où Charlotte a posé pour une photo avec son père.

Le cliché remonte environ à 1925.

Elle a huit ou neuf ans, et son regard est vif.

Elle ressemble déjà étonnamment à une femme.

Je demeure un instant dans le passé.

Préférant observer la photo dans ma mémoire plutôt que le présent.

Puis, je me décide enfin.

Je me faufile entre les échelles et les ouvriers pour monter.

Au premier étage, je suis devant son appartement. »

Extrait de: Foenkinos,David. « Charlotte. »
Ravi de l'apprendre, mais encore ?

« Charlotte est à présent une jeune fille de seize ans.
Sérieuse, elle mène une scolarité très brillante.
On la trouve parfois mystérieuse.
Sa belle-mère la juge surtout effrontée.
Elles ne s’entendent plus si bien.
Albert est toujours obsédé par ses explorations médicales.
Elles passent ainsi de longues journées toutes les deux.
À s’agacer, se taper sur les nerfs, quoi de plus normal ?
Charlotte est de plus en plus partagée.
Elle adule Paula, et elle ne la supporte pas. »

Extrait de: Foenkinos,David. « Charlotte. »

Et sinon, elle fait caca comme tout le monde ?

« On le retrouve tout habillé sur son lit.
Il a l’allure d’un homme qui part en voyage.
C’est l’heure de ce rendez-vous qu’il semble connaître.
Cela lui donne un air sage.
Et même une forme de sérénité, ce qui est rare chez lui.
La femme qui le découvre passe une main sur son costume.
Elle sent la présence d’un document au niveau de la poche.
La poche intérieure, près du cœur.
Elle glisse doucement vers elle le papier.
Pour découvrir la brochure d’une exposition.
Celle d’une artiste nommée…
Charlotte Salomon. »

Extrait de: Foenkinos,David. « Charlotte. »
Au bout de 356 pages, le pensum niveau CM2 s'interrompt enfin.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1903 fois
16 apprécient · 12 n'apprécient pas

Autres actions de ThomasRoussot Charlotte