Accourez à la chasse !

Avis sur Chasse royale I (Rois du monde, 2)

Avatar Ertemel
Critique publiée par le

On retrouve dans « Chasse royale » toutes les qualités de « Même pas mort » : une plongée aux forts accents réalistes dans la culture antique celte, une structure narrative complexe « en rinceaux » (le motif ornemental préféré des Celtes), des touches fantastiques légères qui approfondissent le réalisme du roman en le chargeant d’ambigüité, et surtout le style de Jaworski. La langue de cette saga est moins travaillée que dans « Gagner la guerre » (Jaworski ne pousse plus jusqu’à la préciosité chacune de ces phrases), mais c’est pour fluidifier la lecture et créer ainsi un souffle, qui emportait le lecteur de page en page jusqu’à la conclusion du premier tome, où l’on ne souhaitait plus qu’une chose : lire la suite.
Lire la suite, c’est presque ce que propose ce nouveau tome intitulé « Chasse royale ». Presque, car la parution du tome a été divisée en deux volumes, ou deux « branches » pour garder les motifs celtes. N’est donc paru en 2015 que la première, mais qui constitue à elle seule un roman. On devine qu’une nouvelle structure en rinceau a été préparée par Jaworski dans ce deuxième tome, structure qu’on ne pourra apprécier qu’avec la « branche » suivante, ce volume paru ne comportant sur ces quelques 280 pages qu’un seul et unique chapitre. On voit bien que la saga prend de l’ampleur, selon une expansion que l’auteur lui-même n’avait semble-t-il pas prévu. Et c’est tant mieux… car c’est encore mieux.
Un seul chapitre, mais quel chapitre. L’aventure qui y est déployée, racontée à la première personne, tient en une unité de temps (24 heures) et de lieu. Elle s’avère dans sa deuxième moitié être une escalade quasi ininterrompue de tension, d’action, de combats, où les situations de crise ne cessent de s’enchainer et de se reconfigurer sans jamais pour autant virer à l’avalanche. Malgré l’étirement incroyable des combats, courses, fuites, l’ensemble reste extraordinairement réaliste. Il n’y a nulle artificialité ici, on ne ressent pas de rebondissements comme dus à un seul caprice narratif de l’auteur. Preuve du talent extraordinaire de Jaworski dans la construction de ces histoires.
C’est passionnant, c’est une lecture incroyablement prenante. Un tel moment épique maintenu sur plus de la moitié du roman, c’est du jamais lu. Vive Jaworski et vivement, vivement la suite.

Critique originellement parue sur mon blog

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 401 fois
2 apprécient

Autres actions de Ertemel Chasse royale I (Rois du monde, 2)