Être clodo les années 20

Avis sur Dans la dèche à Paris et à Londres

Avatar Thomas_Babord
Critique publiée par le

"Dans la dèche à Paris et à Londres" raconte la vie simple et cruelle des clochards des années 20.
Sous forme de récit de voyage qui s'approcherait d'un sur la route de Kerouac, Orwell
peint simplement les pauvres et la pauvreté. Avec simplicité et minutie Orwell, nous faire ressentir le froid des des sous-hotêls miteux de Londres, il nous donne le goût de la saleté des cuisines dégueulasses de Paris et nous parfume jusqu’à l'odeur des mégots que ces copains clochards lui offrent.
Tout y passe : la faim, la honte, la bêtise, la folie, les marches, l'argot des clodos, l’alcool et les clopes : Tout y passe, tout est fort, tout est vrais.
Extraits :
Orwell se rend compte qu'il doit dormir dans un dortoir à même le sole
Nous étions allongés à une trentaines de centimètres de distance, nous soufflant mutuellement notre haleine aux visages, nos jambes nue s'entrechoquant à tout moment, et roulant inexorablement l’un sur l’autre à chaque fois que nous étions près de trouver le sommeil. On avait beau se tourner et se retourner c’était peine perdue. Quelque position qu’on adoptât, cela aboutissait à une sensation diffuse d’engourdissement, à laquelle succédait une douleur aiguë dès qu’on ressentait la dureté du sol à travers la mince couverture. On arrivait à s’assoupir, mais jamais pour plus de dix minutes d’affilée.Vers minuit, mon compagnon de cellule se mit à me faire des avances de nature homosexuelle [...]*

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 569 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Thomas_Babord Dans la dèche à Paris et à Londres