Tellement différent de ce que je lis d'habitude... Etonnant, au style époustouflant pendant le premier chapitre, puis la déception immense parce que le style m'a échappé, a cessé d'être beau.

Un livre qu'on m'a conseillé il y a déjà trois ans en me disant que je ressemblais à la narratrice, et que mon style aussi pouvait s'y rapprocher. Une Presque Morte qui rue contre cette condition, ah oui, il y a beaucoup de moi entre ces pages. L'amour pour une disparue aussi (à en retenir des larmes qui coulent, immenses, à l'intérieur, en butant sur quelques mots d'amour féminins).

Mais voilà... tellement différent, presque innotable. Si j'évalue surtout par rapport aux autres œuvres. Bien sûr, ça n'a rien à voir avec du Flaubert, ni du Hrabal... C'est sur un autre plan. Différent. Des pointes de style, puis du très bas, des rythmes et des mots que j'affectionne de tout mon cœur, puis plus rien : des platitudes ? Et le grand écart aussi avec ma littérature classique : les réalités (vulgarités) des années 2000, le monde dans lequel je vis, des préoccupations trop actuelles (à rire nerveusement des lois inofficiellement fascisantes et des violences policières, de la misère et du langage des "jeunes jeunes jeunes"). Le souffle court. Il y a de la provocation, bien sûr, à se faire happer, sorte d'examen de conscience qui fait souffler fort (puisqu'on participe à ces crimes silencieux par inaction). Peut-être.

Définitivement, je trébuche, à espérer sans trop chercher ces havres de paix loin du consumérisme et du système du travail, ces apatrides riches en âme. Je me murmure qu'ils ont raison, et puis, on ferme le livre, et on continue (sans les trouver, sans plus les chercher, ces havres de paix).

L'Histoire de la Roumanie qui ravit mes penchants pour l'Est. Et les inventions délicates (le jeu du "de ça je me console" éponyme). Léger, léger, léger... et puis je reste songeuse, un livre de chausse-trappes auquel j'en veux, d'idées et de mots charmants qui m'auront fait sourire, mais de flottement qui, in fine, n'aboutit nulle part.

FuligineuxNympheas
6

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Rives deux mille vingt-deux

Le 22 août 2022

De ça je me console
letizia
7

Critique de De ça je me console par letizia

Parce qu'il y a beaucoup de moi dans cette narratrice un peu décalée ; parce qu'elle dit bien les espoirs et les méandres de notre génération.

il y a 10 ans

2 j'aime

De ça je me console
bibliothequephemere
9

Génération « A ne pas oublier »

Des « A ne pas oublier » pour questionner le sens de notre époque. Sur le quotidien de ces « jeunes jeunes jeunes » acceptant ces « accès de mort ». Une génération presque morte décrite par cette...

il y a 5 ans

Aden Arabie
FuligineuxNympheas
8
Aden Arabie

Le désert en l'homme

Ce court récit s’est retrouvé entre mes mains par hasard : on me l’a conseillé, ses premiers mots (« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. ») faisant...

il y a 6 mois

2 j'aime

Pas dans le cul aujourd'hui
FuligineuxNympheas
10

L’amour total au temps du totalitarisme

Magnifique lettre de Černá à son amant, Egon Bondy, qui n’est pas seulement une lettre d’amour mais également une sorte de manifeste philosophico-poétique et dont l’érotisme complètement cru souligne...

il y a 11 mois

2 j'aime

Histoire d'un blanc
FuligineuxNympheas
7

Autobiographie de l’ennui et de la scène artistique

Confession sans aveu, Soupault rédige de manière précoce, à trente ans, une autobiographie tronquée, annoncée comme un examen de conscience rapidement abandonné. Plus qu’un simple exposé du passé,...

il y a plus d’un an

2 j'aime