L'art d'avoir toujours raison

Avis sur Dialogues désaccordés

Avatar Volte
Critique publiée par le

Round 1 : Le fond

Soral : « Et que tu n’y comprennes rien ne m’étonne pas car d’une façon générale j’ai pu remarquer que tu ne pensais pas. »

Concernant le fond, il est question de divers sujets d’actualités, l’occasion pour Soral de développer ses thèses et opinions (ou plutôt certitudes). Pour ceux qui connaissent un peu les idées du bonhomme, rien de bien nouveau à se mettre sous l’incisive surtout que Naulleau, en retrait, ne le pousse guère dans ses retranchements. Ce dernier se contente surtout d’orienter le débat, de définir les thèmes mais ne se mouille guère. Ainsi, on en vient à se demander si l’ancien chroniqueur de France 2 possède les armes pour faire vaciller son adversaire ou si cette posture défensive est voulue. En revanche si l’on veut réellement approfondir ce qui a été survolé, les deux hommes ne sont pas avares en références. L’occasion de se pencher (ou se repencher) sur les Marx, Clouscard, Michéa, Hegel, Arendt et j’en passe…

Round 2 : La forme

Naulleau : « On entre là dans une dimension vertigineuse, mais toi, tu préfères les certitudes aux vertiges. Je t’envie, parfois… »

Si dans le débat d’idées Soral mène trop facilement la danse et ne trouve pas un contradicteur à sa taille, le combat de coqs est beaucoup plus intéressant sur la forme. Là, on perçoit nettement la différence de style. Soral viril, bagarreur voire hargneux qui n’hésite pas à tacler (parfois férocement) un Naulleau très calme et posé. Ce dernier distille les citations et se montre beaucoup plus subtil. Dérision, ironie, sarcasmes. Cette joute verbale, presque théâtrale est finalement ce que le bouquin offre de mieux : du divertissement pas trop débile. C’est d’ailleurs l’occasion de réviser les 36 et quelques stratagèmes de Schopenhauer histoire d’avoir raison, et ce, en toutes circonstances. Voilà, en gros, à quoi vous attendre à la lecture de ce bouquin, qui est surtout, je le répète, l’occasion de passer un bon moment sans trop se prendre la tête. Si vous voulez de la philo, de la poésie ou de la littérature pure et dure, évidemment... passez votre chemin.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1223 fois
20 apprécient · 4 n'apprécient pas

Autres actions de Volte Dialogues désaccordés