En marche vers la servitude sponsorisée

Avis sur Discours de la servitude volontaire

Avatar Volte
Critique publiée par le

07 mai 2017.

Je me faufile à l’intérieur de la foule. Cette dernière m’absorbe, me digère. Nous voilà devenus une masse humaine compacte, un conglomérat d’anonymes d’où s’extirpe une nuée de drapeaux tricolores. L’émotion est à son comble. En attendant l’arrivée de notre champion, nous chantons, nous dansons, nous agitons nos petits drapeaux. Soudain, l’un des nôtres s’écrie : “le voilà, regardez, j’entrevois la manche de son costume !” Une clameur folle s’élève. Les larmes ruissellent sur les joues. Les premiers malaises surviennent. Tandis que les secours s’activent pour évacuer les plus émotifs, notre vainqueur débarque triomphant sur la scène. Il s’approche du pupitre. Je n’y tiens plus. Je suffoque. Il prend la parole.

Mes chers compatriotes, pauvres gens misérables, peuples insensés, nations opiniâtres à votre mal et aveugles à votre bien ! Vous vous laissez enlever sous vos yeux le plus beau et le plus clair de votre revenu, vous laissez piller vos champs, voler et dépouiller vos maisons des vieux meubles de vos ancêtres ! Vous vivez de telle sorte que rien n’est plus à vous. Il semble que vous regarderiez désormais comme un grand bonheur qu’on vous laissât seulement la moitié de vos biens, de vos familles, de vos vies. Et tous ces dégâts, ces malheurs, cette ruine, ne vous viennent pas des ennemis, mais certes bien de l’ennemi, de celui-là même que vous avez fait ce qu’il est, de celui pour qui vous allez si courageusement à la guerre, et pour la grandeur duquel vous ne refusez pas de vous offrir vous-mêmes à la mort.

Un tonnerre d'applaudissements vient ponctuer la saillie. “Quel orateur !” s’exclame une dame. “Quelle éloquence !” s’écrie un monsieur. L’excitation est à son paroxysme quand un individu se décide à gâcher la liesse populaire : “Monsieur le Président ! Quelles mesures comptez-vous prendre pour lutter contre les critiques sponsorisées sur SensCritique ?” Le président, visiblement mal à l’aise, encaisse le coup et fait mine de ne pas avoir entendu. Un mouvement citoyen se met en branle. Les braves gens encerclent le malotru vêtu d’un malheureux t-shirt et l’évacuent manu militari. Au loin, on l’entend encore s’époumoner : “rendez-nous nos fils d’actualité !” mais tous les regards se détournent puisque la femme du président vient d’entrer en scène. “La voilà, regardez, elle nous fait coucou ! Hourra ! Hourra !”

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 764 fois
26 apprécient

Volte a ajouté ce livre à 2 listes Discours de la servitude volontaire

  • Livres
    Illustration Top 10 Livres

    Top 10 Livres

    Avec : Les Chants de Maldoror, Voyage au bout de la nuit, Crime et Châtiment, 1984,

  • Livres
    Cover Parcours Littéraire 2016

    Parcours Littéraire 2016

    Avec : Le Mariage du Ciel et de l'Enfer, Les jours de noces, Jack l'éventreur, Alcools,

Autres actions de Volte Discours de la servitude volontaire