Le livre où être gentil et intelligent est intolérable.

Avis sur Divergente, tome 1

Avatar RoRoletiti
Critique publiée par le

J'ai connu la série de roman grâce à l'adaptation au cinéma que je n'ai finalement jamais regardé. Bien que le concept de faction m'intéressais, j'ai changé d'avis après avoir regardé quelques critiques sur Internet.
C'est un ami qui m'a conseillé de lire les romans, qu'il a beaucoup aimé. Et voilà comment j'en suis venu à lire ce roman, bien que je lise finalement assez peu.

Résumons un peu l'histoire :

L'héroïne, Béatrice, habite une ville divisé en faction qui ont chacune une "qualité phare" : le courage pour les Audacieux, l'intelligence pour les Érudits, l'honnêteté pour les Sincères, l'abnégation pour les Altruistes et la solidarité pour les Fraternels (on ajoute à ça les Sans-factions n'étant rattaché à aucune faction et qui gagne sa vie comme ils peuvent). Elle fait parti d'une jolie petite famille Altruiste et vient d'avoir 16 ans, âge auquel les enfants décident dans quelle faction ils veulent vivre. Ne se sentant pas l'âme Altruiste, elle souhaite rejoindre les Audacieux qu'elle admire. Seulement, un élément va venir bouleverser ses pensées : durant une simulation qui a pour but de déterminer dans quel faction elle serait le mieux, on découvre que Béatrice est une Divergente soit une personne qui manifeste des dons pour rentrer dans plusieurs factions. La personne qui lui fait passer cette simulation lui explique que c'est dangereux d'être Divergent et lui conseil de cacher les résultats de cette simulation.
Par la suite, Béatrice va rentrer chez les Audacieux où on va suivre son initiation, sorte de test qu'il faut réussir pour devenir membre à part entière de la faction au risque de devenir un Sans-faction.

Pourquoi Divergente, c'est bien :

Tout d'abord, j'aime bien l'idée des factions, cette idée de caser des gens car, au final, on pourrait facilement imaginer ce système dans notre monde.
Le roman apporte plusieurs scènes où la tension monte comme le moment où un camarade de Béatrice se retrouve accrocher au dessus du vide avec une cascade dans le dos.
J'ai beaucoup aimé les personnages qui ont tous un développement agréable à suivre, que ce soit Béatrice qui cherche à se renforcer mentalement quitte à devenir une autre personne ou un de ses amis qui laisse la jalousie l'aveugler.
La remise en question sur la définition de "courage" : à de nombreux moments, les épreuves que les Audacieux ont à affronter demande plus de stupidité que de courage. J'aime le fait de critiquer le fait que la qualité demandé pour rentrer dans une faction n'est pas vraiment ce à quoi on peut s'attendre.

Mais...

Je trouve qu'on ne s'attarde pas suffisamment sur le fait que Béatrice est une Divergente car elle est avant tout une apprentie Audacieuse qui cherche à devenir un membre à part entière de sa nouvelle faction. Je n'ai pas eu l'impression que ce soit aussi dangereux que ça d'être Divergent à part dans les quelques piqûres de rappels que nous fait le roman de temps à autre.
De ce fait, j'ai eu du mal à comprendre pourquoi c'était mal d'être Divergent. Jusqu'au moment où on nous révèle pourquoi, je ne comprenais pas pourquoi être gentil, intelligent et courageux est mal vu, c'est même une bonne chose, non ?
Quel est l'intérêt de la 1er simulation ? Ce test est au mieux aussi utile qu'un rendez-vous avec un conseiller d'orientation car, au final, on peut choisir une toute autre faction que celle à laquelle la simulation nous désigne.
Le scénario est prévisible à souhait. J'ai deviné plus de la moitié des grandes lignes du scénario pendant la lecture. Du coup, quand le roman cherche à faire une révélation, bah ça prend pas vu qu'on l'a deviné 100 pages avant.
J'ai trouvé la romance de Béatrice... chiante. A part le fait qu'elle le trouve beau, il n'y a rien qui la mène à éprouver de l'amour car si on peut penser que c'est parce que ce personnage défend Béatrice qu'elle l'aime, c'est plutôt l'inverse car se faire protéger l'énerve.
La tension retombe trop facilement. Comme dit plus haut, il y a plusieurs chapitres qui font monter la tension. Mais le manque d'enjeu pour certain (la partie de paintball, notamment) et les chapitres qui séparent l'action n'arrive pas à retenir la tension, ce qui les rend beaucoup moins intéressant.

Pour conclure, je dirais que Divergente n'est pas un mauvais bouquin. Il se lit même plutôt bien. Mais le manque de rythme, la romance un peu trop mise en avant à mon goût et le dosage d'information rendent la lecture trop longue pour être réellement intéressante.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 230 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de RoRoletiti Divergente, tome 1