👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Débuté au milieu des années 70 puis abandonné dans un recoin de sa mémoire par un Stephen King peu confiant envers sa capacité à rendre crédible un tel point de départ, "Dôme" renait de ses cendres à partir de 2007 pour ensuite cartonner dans les librairies, signant le retour triomphant d'un King en perte de vitesse si l'on en juge les retours mitigés de ses derniers ouvrages.

Près de 1500 pages qu'il me tardait de lire mais qui, au final, m'auront profondément déçus. Que les choses soient claires, "Dôme" est un best-seller efficace et addictif, qui vous laisse dans un état de manque intense dès que vous refermez le bouquin. C'est indéniable, Stephen King n'a pas son pareil pour poser une ambiance et demeure un sacré bon écrivain.

Le problème, c'est que j'ai eu constamment l'impression de lire une version tous publics d'un grand roman de Stephen King, une version édulcorée (si l'on excepte de rares instants éprouvants), une version expurgée de toute folie, de la crasse, de l'horreur suintante qui émanait d'oeuvres monumentales telles que "Le fléau" ou encore "Bazaar", auquel ce "Dôme" fait forcément penser.

Si l'auteur plonge le lecteur directement dans le vif du sujet, faisant apparaitre son élément perturbateur dès les premières pages, il traîne sérieusement la patte par la suite, mettant un temps fou à creuser des personnages peu originaux, les choses sérieuses ne débutant réellement qu'à partir du second tome. Si l'on tourne frénétiquement les pages, avides de sensations fortes et de réponses éventuelles, il faut reconnaître que rien ne marque réellement, que tout sent le déjà vu.

Dommage, la réflexion de Stephen King sur notre cruauté naturelle était intéressante, tout comme sa façon d'observer une bourgade un peu paumée sombrer doucement mais sûrement vers le totalitarisme le plus effrayant. On retiendra également un assaut apocalyptique et quelques protagonistes attachants mais cela reste pour moi bien peu face à ce qu'est capable d'engendrer un maître de l'horreur tel que King.
Gand-Alf
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Readin' is sexy., King of the hill., 2013: année littéraire. et Les meilleurs livres de Stephen King

il y a 9 ans

5 j'aime

Dôme, tome 1
Fredo
9

Critique de Dôme, tome 1 par Fredo

Clac. Ça aurait pu être le bruit qu'aurait fait ma tête en rentrant en contact avec ce mystérieux Dôme invisible. Claque. C'est ce que je viens de me prendre en plein poire en lisant les premières...

Lire la critique

il y a 11 ans

26 j'aime

2

Dôme, tome 1
FullMetalJackass
9

Rage

Sortant du cadre de l'horreur pure, King accouche d'un gros bébé désespéré, un pavé nihiliste d'une noirceur déprimante. Structurellement, on sent l'intérêt de l'auteur pour les séries télé...

Lire la critique

il y a 11 ans

25 j'aime

5

Dôme, tome 1
chtimixeur
9

Dictature, mode d'emploi

Depuis une vingtaine d'années, Stephen King enchaîne les livres, mais bien qu'ils soient pour la plupart agréables à lire, je vous mentirais si je disais qu'ils m'ont autant fait vibrer que ses...

Lire la critique

il y a 10 ans

22 j'aime

3

Gravity
Gand-Alf
9
Gravity

Enter the void.

On ne va pas se mentir, "Gravity" n'est en aucun cas la petite révolution vendue par des pseudo-journalistes en quête désespérée de succès populaire et ne cherche de toute façon à aucun moment à...

Lire la critique

il y a 8 ans

264 j'aime

36

Interstellar
Gand-Alf
9
Interstellar

Demande à la poussière.

Les comparaisons systématiques avec "2001" dès qu'un film se déroule dans l'espace ayant tendance à me pomper l'ozone, je ne citerais à aucun moment l'oeuvre intouchable de Stanley Kubrick, la...

Lire la critique

il y a 7 ans

246 j'aime

13

Mad Max - Fury Road
Gand-Alf
10

De bruit et de fureur.

Il y a maintenant trente six ans, George Miller apportait un sacré vent de fraîcheur au sein de la série B avec une production aussi modeste que fracassante. Peu après, adoubé par Hollywood, le...

Lire la critique

il y a 7 ans

206 j'aime

25