L'indicible révélation

Avis sur Du côté de chez Swann

Avatar Mansfield
Critique publiée par le

La Recherche est une œuvre composée à taton par Proust. Jean Santeuil commencé mais jamais terminé est une ébauche d'Un amour de Swann (deuxième partie du premier volet).
Enfin, il est heureux de dire que c'est un novateur ce Proust quand même. Le récit nous apparaît dès les premières lignes équivoque, on ne sait pas trop qui parle, l'incipit ne ressemble en rien à un incipit traditionnel : "Longtemps, je me suis couché de bonne heure." Qui est ce je ? En effet, tout au long de l'œuvre, peu d'indice sont donnés sur l'âge du narrateur, sur son identité (bien qu'on sache que c'est Marcel dans les grands traits) et sur l'époque où se déroule l'histoire. Cette instabilité n'est en rien dérangeante, bien au contraire, il joue à la réussite de l'œuvre d'art.
Les impressions sont jamais nommées et minutieusement décrites, ce qui nécessite une constante concentration et "immersion" dans le ruissellement de la pensée du narrateur. Car sa pensée ruisselle à un rythme assez rapide, mais toujours avec brio, peaufiné par style à l'équilibre remarquable. Les phrases de Proust sont longues, mais, si elles seraient entrecoupées par des points, elles seraient seulement des morceaux de phrases disparates ayant perdues leur sens.
Le fond du livre est intouchable, l'œuvre à déjà été reconnue par les plus grands écrivains du XXème siècle, ce n'est pas à une néophyte de s'y frotter, si ?
Entre symbolisme et surréalisme, Proust est inclassable : il est à contre courant. Des symboles se cache forcement dans l'histoire de Charles Swann, qui rencontre Odette et qui, voyant sur sa poitrine, un bouquet de cattleyas, fond. L'amour, comparé à une maladie avec son début, son prolongement, son épuisement et sa fin (la guérison) est l'intrigue principale d'Un amour de Swann.
Quel lecteur n'est pas allé sauvagement écouté cette fameuse sonate de Vinteuil et quel lecteur n'a pas été étonné ne ressentant que peu d'émotion à son écoute, si ce n'est l'émotion d'entendre ce que ce Charles Swann désignait comme "plus fort que l'amour". Ce qui est brillant, c'est la clarté, la précision, la simplicité même avec laquelle Proust raconte l'indicible, le ressenti, l'impression, le mouvement de l'esprit qui nous échappe.

J'aurais tant de choses à ajouter, mais je préfère ne pas trop en dire, pour laisser un peu la curiosité faire son chemin..

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 288 fois
1 apprécie

Autres actions de Mansfield Du côté de chez Swann