Gloup Gloup mania !

Avis sur Entartons, entartons les pompeux cornichons !

Avatar Bonnot_de_Molenbeek
Critique publiée par le

Paru en 2005, Entartons, entartons les pompeux cornichons ! est un livre pour le moins revigorant. Son auteur, Noël Godin alias L’Entarteur, y raconte l’histoire du « mouvement anarcho-boulanger »(*) s’étalant sur une trentaine d’années.

Dès le prélude, « Le dessous des tartes », il revient brièvement sur ces trois décennies de guérilla pâtissière et donne de bonnes raisons d’entarter les « pompeux cornichons », ainsi qu’une poilante recette contre « les propriétaires de la planète et les pères de la trique de tout acabit ».

Vient ensuite le premier acte, la « Genèse du terrorisme gloupinesque » où l’auteur salue alcooliquement Abbie Hoffman et les Yippies, entre autres « pionniers de l’attentat chantilly ». Cet acte s’achève par un texte de Jean-Pierre Bouxyou sur la légende de Georges Le Gloupier et par deux canulars publiés dans un « magazine bondieusard qui vont donner naissance à toute la vraie saga gloup-gloup ».

Dans le deuxième acte, « Historique de la croisade pâtissière », Noël Godin narre avec une bonne dose de sarcasmes les entartages des plus « pisse-froid et pète-sec ». En d’autres termes c’est une sorte d’anthologie de la subversion chantillysée parsemée de détails croustillants qu’il nous livre ici.

Il nous apprend ainsi comment les Margueritte Duras, Marco Ferreri, Jean-Luc Godard, Henri Guillemin, Daniel Toscan du Plantier, Jean-Pierre Chevènement, Patrick Bruel, Bill Gates, Jean-Edern Hallier, Daniel Cohn-Bendit, Nicolas Sarkozy, Marie-Georges Buffet, François Bayrou et tant d’autres personnalités goûteront aux joies du châtiment anarcho-crémier.

Sans oublier Bernard-Henri Lévy dit « la tête à tartes par excellence » auquel est consacré une quarantaine de pages assez piquantes et faisant un bref retour sur les campagnes de calomnies lancées contre Noël Godin.

On l’aura compris : la prose de l’Entarteur est d’un lyrisme burlesque et d’un sadisme joyeux qui n’épuisent jamais la lecture. Au contraire, son ouvrage incluant quelques dessins satyriques d’époque fait souvent vibrer nos zygomatiques !

Se terminant par un troisième acte qui dresse un panorama de « l’Internationale pâtissière » et par un postlude mentionnant pourquoi les entartistes ne seront jamais foutus, Entartons, entartons les pompeux cornichons ! inspire donc a minima la franche rigolade ! À mettre dans toutes les mains de ceux qui refusent « d’être sinistre[s] comme les militants d’Attac et du NPS n’ayant pas mieux compris que l’ascète Pierre Bourdieu que c’est dans le rire et le foutre qu’on peut le mieux remodeler le monde » !

(*) Les termes entre guillemets sont de Noël Godin.

P.-S. : Une annexe reproduit divers tracts et chansons signés par des polissons ayant participé ou non à l’« offensive gloupinesque définitivement antipolitique ».

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 130 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Bonnot_de_Molenbeek Entartons, entartons les pompeux cornichons !