Avis sur

Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leurs... par L'Homme Qui Lit

Avatar L'Homme Qui Lit
Critique publiée par le

J'ai jamais lu William S. Burroughs ni Jack Kerouac, que tout le monde s'est mit à lire depuis la sortie au cinéma de l'adaptation de Sur la route. Ce bouquin est donc l'occasion de découvrir deux auteurs américains dont la littérature est désormais devenue célèbre, le tout en une seule fois.

Paradoxalement, je découvre au fur et à mesure de la lecture que c'est leur première publication, écrite en 45, et qu'aucun n'était alors connu. C'est, pourrait-on dire, le roman qui préfigure leur oeuvre littéraire. Burroughs a 30 ans et Kerouac 22, et cette fiction largement inspirée de leur histoire réele resta dans l'ombre des années durant.

L'histoire est un peu étrange, pour ne pas dire ennuyeuse, et raconte un meurtre dans un groupe d'amis, sur fond de départ à la guerre et d'homosexualité plus ou moins assumée.

Je n'ai pas particulièrement accroché avec le récit, la rédaction à quatre mains, le style. Mon plaisir a surtout été de découvrir ces deux auteurs, même si le livre n'est probablement pas emblématique de leur style d'écriture. Désormais si l'on me parle de Kerouac ou de Burroughs, je pourrai dire, de manière un peu pédante, "tu as déjà lu leur tout premier roman ? C'est quasiment pas connu...".

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 367 fois
1 apprécie

L'Homme Qui Lit a ajouté ce livre à 2 listes Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leurs piscines

  • Livres
    Illustration Ma bibliothèque

    Ma bibliothèque

    Si un jour j'arrête d'acheter des livres, je réussirai peut-être à terminer cette liste !

  • Livres
    Cover Lus en 2012

    Lus en 2012

    J'espère avoir le temps de lire une cinquantaine de bouquins !

Autres actions de L'Homme Qui Lit Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leurs piscines