Couverture Et quelquefois j'ai comme une grande idée

Et quelquefois j'ai comme une grande idée

(1964)

Sometimes a Great Notion

12345678910
Quand ?
8.6
  1. 2
  2. 0
  3. 1
  4. 6
  5. 3
  6. 13
  7. 23
  8. 71
  9. 98
  10. 93
  • 310
  • 94
  • 1.1K
  • 53

Alors que la grève installée à Wakonda étrangle cette petite ville forestière de l’Oregon, un clan de bûcherons, les Stampers, bravent l’autorité du syndicat, la vindicte populaire et la violence d’une nature à la beauté sans limite. Mené par Henry, le patriarche incontrôlable, et son fils,...

Critiques : avis d'internautes (22)
Et quelquefois j'ai comme une grande idée
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Le bois dont nos rêves sont faits

Est-ce pour prouver en bon hippie que la quantité ne surpasserait jamais la qualité que Ken Kesey aura arrêté, après avoir livré ce chef d’œuvre, d’écrire pendant 25 ans ? Trois romans étalés sur 35 ans, ce n’est plus de la flemme à ce prix là, c’est un sacerdoce à l’envers ! Inutile de chercher à comprendre pourquoi ce black out, inutile de regretter le manque à gagner, autant faire nôtre...

48 12
Avatar Senscritchaiev
10
·
C'est la vie qui simule, âcre

Regarde. Je m’enfonce doucement dans le marécage, j’arrose mes remugles, mes cachetons, de rasades de whisky écossais. Regarde ! Je le tète au goulot. Comme le sein de ma mère. Contemple le naufrage. Il me faut du lourd pour clore mes yeux fatigués. Des maux qui roulent dans ma gorge comme le feu du breuvage d’ambre frelaté qui soigne ma carence en joie de vivre.... Lire l'avis à propos de Et quelquefois j'ai comme une grande idée

50 23
Avatar DjeeVanCleef
10
DjeeVanCleef ·
Magistral

En 1962 Ken Kesey écrit « Vol au dessus d’un nid de coucou », le roman qui va le rendre célèbre, puis deux ans plus tard, le spectaculaire « Et quelquefois j’ai comme une grande idée », un roman époustouflant par son écriture et sa brutalité. Alors que la grève installée à Wakonda étrangle cette petite ville forestière de l’Oregon, un clan de bûcherons, les Stamper,... Lire l'avis à propos de Et quelquefois j'ai comme une grande idée

6 6
Avatar David Lebas
10
David Lebas ·
Découverte
Scar Wars

Stars, they come and go They come fast, they come slow... Elle a bien raison, Nina. Les étoiles, ça va et ça vient. La pluie par contre, ça reste. Des jours, des nuits, des semaines durant, c'est le déluge, l'averse infinie qui s'écoule dans les cicatrices de l'Amérique et les remplit ras-la-gueule, jusqu'à les faire déborder.... Lire l'avis à propos de Et quelquefois j'ai comme une grande idée

33 4
Avatar Black_Key
10
Black_Key ·
I'm a lumberjack and I'm not OK

Peut-être bien que l'essence d'un très grande livre -la richesse des thèmes qui y sont développés- explique que chacun d'entre nous puisse y trouver un lien direct et personnel, qui renforce encore sa capacité de fascination. Ce lien peut recouvrir plusieurs formes. En l'espèce, mon rapport avec le chef-d’œuvre de Ken Kesey remonte à l'enfance et un traumatisme de ma mère, qui nous avait... Lire l'avis à propos de Et quelquefois j'ai comme une grande idée

31 18
Avatar guyness
10
guyness ·
Toutes les critiques du livre Et quelquefois j'ai comme une grande idée (22)