👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Il m'est loisible de vous narrer
L'entreprise d'une lecture prévue
Du grand moscovite exilé,
Dans une forme qui nous a paru
D’inspiration légitime.
Sorte de mise en abyme
Des tétramètres iambiques,
Qu’une traduction alambique,
Désespère Vogüé et compères.
À l’oreille, Markowicz pourtant
Risque un écho russe charmant.
À ces vers, lecteur persévère
Et navigue sur ce curieux ton,
Qui retiendra votre attention.

Mais traduire l’intraduisible,
Voilà bien tout et son contraire.
Dans l’esprit du roman libre,
Ce ne serait pas pour déplaire
À l’Auteur qui se joue de nous.
Quand aux héros passion se noue,
Ne le voilà presque indécent,
Mandant santé de nos parents ?
De Tatiana et sa missive,
Cœur lyrique au si bel émoi,
En laissant le lecteur pantois
Pouchkine de nouveau récidive.
Sa tendresse pour ses créations
Cependant offre rédemption

Liberté, amie de la forme,
Ironie planent dans ces pages
Vivantes au style aériforme.
Cadeau volage d’une rime en ‘age’
Un excès de bonté, vraiment !
À l’instar des noms abondants,
Annoncez-vous, les Fonvizine,
Potocki, Byron et Kniajnine
Chichkov reçut de sa gageure
L’épigramme : nul joug sur la langue !
Bien pendante d’ailleurs, il harangue
Contemporains, prédécesseurs.
Érudit, aussi les encense
Et nous fait pâlir d’ignorance.

Si simple et légère soit l’histoire,
Le fumet d’une taïga ne farde
L’odeur de l’isba du terroir.
La mémoire de la Russie garde
Nos héros qui ne se méprennent,
Sous l’égide de Melpomène.
Vil désarroi, Lenski tomba.
Où est l’honneur face au trépas?
Décalage d’un amour revêche,
Des lettres s’échangent mais le temps,
Point favorable reste indigent.
La fin d’un récit qui n’empêche
De lorgner moult danses encore,
Pour voir les pieds de Terpischore.

Aldaron
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste L'azur bleu dérisoire

il y a plus d’un an

Eugène Onéguine
Al_
10

"Et le bonheur était si proche, si possible..."

Pouchkine à mis près de 8 ans pour écrire ce roman en vers qu'il est difficile de réduire à son histoire. Cette histoire en l'occurrence est celle d'un drame sentimental, le récit de rendez-vous...

Lire la critique

il y a 10 ans

23 j'aime

1

Eugène Onéguine
Carnecruse
9

Eugène me fait de la peine.

Eugène, dandy russe, citadin désabusé, jeune homme oisif, erre comme une âme en peine. Ne pouvant entendre que certains éprouvent des sentiments qu'il se trouve bien en peine de connaître, il...

Lire la critique

il y a 7 ans

14 j'aime

3

Eugène Onéguine
MC_Sauteuse
10

Critique de Eugène Onéguine par MC_Sauteuse

d'aucuns s'accordent à dire que Pouchkine est l'âme de la Russie. mélancolie, fatalisme, absence d'une vanité matérialiste propre aux Occidentaux, les Russes et Pouchkine en particulier sont...

Lire la critique

il y a 7 ans

5 j'aime

La Reine morte
Aldaron
8

Trancher le noeud épouvantable de contradictions

Bien que la pièce soit écrite en 1942, s'il faut prendre en compte le contexte historique dans son écriture, il ne faut toutefois le surestimer. Même si une création est grouillement, éclosions...

Lire la critique

il y a plus d’un an

1 j'aime

Une soif d'amour
Aldaron
6

Soif non étanchée

Après avoir visionné le film Mishima : a life in four chapters dont le rapport à l'esthétique et l'engagement politique entre autres m'avait saisi, c'est par ce livre que je commence son œuvre. Le...

Lire la critique

il y a plus d’un an

1 j'aime

The Messenger
Aldaron
8

L'unique Metroid Gaiden humoristique

Dans la veine d'un Ninja Gaiden avec des tableaux linéaires dans un premier temps avant de s'orienter vers un monde ouvert à la Métroid. Ce jeu saura vous charmer j'en suis convaincu. Les + : La...

Lire la critique

il y a plus d’un an

1 j'aime