La "domination masculine" vue sous le prisme de l'évolution

Avis sur Ex utéro - pour en finir avec le féminisme

Avatar Ohne
Critique publiée par le

Dans Ex Utero, Peggy Sastre se concentre sur les inégalités entre hommes et femmes touchant au sexe et à la procréation. Elle rappelle et fait peut-être découvrir à certains que de nombreuses personnes pourtant estampillées féministes, appréciées des médias et du pouvoir politique, ne sont pas si progressistes que ça puisqu'elles reprennent à leur compte les notions d'honneur et de vertu, s'attaquent aux prostitués ou à la pornographie, font du viol le crime le plus horrible, pire qu'un meurtre, et continuent de pointer l'importance de la procréation pour "la" femme (qui, bien sûr, n'existe pas. Il n'y a pas un modèle universel).

Mais alors pourquoi? Pourquoi est-ce que, selon sa formule, "le sexe c'est grave"? Pourquoi est-ce qu'on attaque tant de gens (et surtout des femmes) qui ne font de mal à personne en tarifiant des relations sexuelles, ou en tarifiant leurs images, ou en couchant avec de nombreux garçons? Pourquoi les trouve-t-on bizarre si un avortement ou un viol ne les traumatisent pas plus que ça?

Peggy Sastre, spécialisée dans la théorie de l'évolution, montre qu'on peut expliquer nombre de ces comportements et attitudes à sa lumière : la femme porte en effet l'humanité dans son utérus. Puisqu'elle doit porter sa descendance pendant 9 mois, puis l'allaiter, il a été profitable pour l'humanité de contrôler sa sexualité. Il a également été profitable pour la femme de se soumettre à l'homme, puisque affaiblie par sa grossesse, elle ne pouvait pas acquérir des ressources aussi efficacement que les hommes. Et ces millions d'année d'évolution ont façonné tout ce qu'il y a d'inné dans nos comportements et nos attitudes bien plus que 100 ans de féminisme, de contrôle de naissance et quelques dizaines d'années de révolution sexuelle.

Car oui, Peggy Sastre a une vraie culture et méthode scientifique. Les explications culturelles et sociales des différences hommes-femmes sont sûrement nécessaires, mais certainement pas suffisantes. Il faut en premier lieu se référer à la biologie quand c'est possible. Encore une différence de plus avec ce féminisme "officiel" qui n'est souvent qu'un nouveau système oppresseur pour de nombreuses femmes et de nombreux hommes.

En conclusion de ce livre passionnant et rafraichissant, Peggy propose une idée assez révolutionnaire : cesser simplement de porter des enfants, grâce à des utérus artificiels. En éliminant la source du problème, on peut espérer l'enrayer.
Bien sûr, cela ne se fera pas du jour au lendemain, et je ne pense pas que ce soit nécessaire non plus. Mais c'est une bonne chose de pointer cette possibilité. Les femmes n'ont pas été gâtées par l'évolution, elles ont aujourd'hui tous les outils pour cesser de n'être que des poules pondeuses. Il ne manque plus que la volonté de la société!

Ce qui est sûr, c'est que tant qu'on persistera à nier les différences existant entre hommes et femmes, à raisonner d'abord grâce à une idéologie, donc de manière partiale, donc erronée, on ne réglera aucun problème... Ou on en créera d'autres.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 653 fois
3 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Ohne Ex utéro - pour en finir avec le féminisme