Un livre à lire à plusieurs degrés.

Avis sur Fahrenheit 451

Avatar DivinecomédiedeDante
Critique publiée par le

Dans le monde imaginer par Ray Bradbury, des livres brûlent… à lire avant qu’il ne se consume…

Le contenu de ce livre m’avait interpellé, un monde sans livre ???!! impossible d’y penser pour moi !
Seulement le traitement de l’histoire ne m’a pas convaincu….
Je pensais ressentir le besoin de m’indigner avec Montag de cette société de consommation où la littérature est interdite. Un thème qui avait toutes les chances de me convaincre, mais rien dans ce roman n'a pu m'émouvoir.

J’ai lu ce livre avec un certains détachement, l’auteur pour moi ne nous invite pas assez dans son histoire.
Ce livre est basé sur le sort de Montag qui n’éprouve aucun plaisir à lire et qui n’en comprend pas le sens, il a grandi sans le goût du livre, sans le goût de la connaissance, il ne fait que s’éveiller. On sent que c’est un éveil timide… mais brûlant !

Je pensais que ce roman plaidoyerait pour ce que les livres ont à nous offrir ou la nécessité qu’ils ont à nous faire rêver… Montag n’est là que pour montrer l’enjeu qu’il représente. Sur ce point là, je m’attendais à un traitement de l’histoire différent.

Le livre offre une réflexion intéressante sur nos sociétés où les écrans sont omniprésents, c’est avant-tout une sorte de témoignage de ce que serait notre société sans culture libre.

Le style de l'auteur est résolument poétique. Il use de nombreuses métaphores qui enrichissent le texte, mais le complexifient également, rendant l'ensemble dense.

Le message de ce bouquin est surtout “alarmiste” l’auteur ne raconte pas tout et amorce juste l’espoir, un sous-entendu d’une révolte grâce à l’audace de quelques-uns.

Ce livre a une âme… il refléte les pensées de l’auteur, sans parler d’un monde sans livre ni réflexions ni remise en question (en bref, un monde de mouton…) l’écrivain c’est servi de ce livre comme support pour nous montrer ce que cela pourrait être sans pour autant entrer dans la catégorie SF car il situe son action à une durée indéterminée qui pourrait être la nôtre.

Je n’ai pas de regret, contente de l’avoir lu mais ce n’est pas à quoi je m’attendais, je n’ai pas eu de coup de coeur.

Je finis sur une petite citation : “Cette nuit, j’ai pensé à tout le pétrole que j’ai déversé depuis dix ans. Et j’ai pensé aux livres. Et pour la première fois je me suis rendu compte que derrière chacun de ces livres, il y avait un homme. Un homme qui les avait conçus. Un homme qui avait mis du temps pour les écrire. Jamais cette idée ne m’était venue ». p79.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 565 fois
2 apprécient

Autres actions de DivinecomédiedeDante Fahrenheit 451