A toute fin utile, précisons que je suis végétarien depuis 3 ans.


Bon déjà sautez le premier chapitre qui ne sert à rien, vous serez bien d'accord pour dire que les atermoiements des auteurs sont généralement insupportables (" je fais ça pour mon fils... parce que du temps de ma grand mère..." bla bla, rhoooh ta gueule), malheureusement cela continue dans une assez grande mesure dans les chapitres suivants, arrête de raconter ta vie merde, on n'en a rien à secouer.
Spoil : il nous fait la même dans le dernier qui fait office de conclusion dédié à Thanksgiving.


Outre donc des considérations superficielles, l'auteur fait preuve d'un patriotisme dont il ne se rend même pas compte...


De même les problèmes de religion n'ont rien à foutre là-dedans surtout si c'est pour ne parler que de la sienne (soit on parle de toutes, soit d'aucune).


Globalement, aborder les choses sous un angle émotionnel et sentimentaliste en attaquant avec les chiens dans le second chapitre est un procédé qui dérange mon honnêteté intellectuelle. J'attendais de cet ouvrage de sortir renforcé en chiffres et arguments sur la question, il n'en est rien.


L'ouvrage met tout de même le doigt sur un nouvel argument peu mentionné par les prédicateurs végétariens : le risque de pandémie lié au fait qu'on fasse n'importe quoi avec les animaux dans les abattoirs. Il suffit pour vous en convaincre de regarder toutes les dernières épidémies : vache folle, grippe porcine, fièvre aphteuse, H5N1... Le jour où l'une de ces maladies sera transmissible à l'homme, l'OMS pourra joyeusement rabâcher : "on vous l'avait bien dit ! ".


L'ouvrage est très absent des débats annexes au régime végétarien (c'était pourtant là que je l'attendais) : ne faut-il arrêter que la viande? Le poisson aussi? Et les produits laitiers? Les oeufs?
Pour quiconque se penche sur la question, il y a matière à débat et ce texte ne nous éclaire nullement.


J'ai reproché plus haut à l'ouvrage d'être inconsciemment patriotique, cela se ressent également à sa légèreté en matière de dénonciation des grandes boites, même si Smithfield Food en prend méchamment pour son grade (société qui possède Justin Bridou et Aoste).


Le texte est fort dans la description des conditions de vie des animaux : arrachage des dents à la naissance, élevage en batterie (moins les animaux bougent, plus ils grossissent vite), marquage à chaud, matraquage... Autant de points qui peuvent plus facilement être synthétisés par une bonne vidéo.


Comme dit précédemment, plutôt que du mauvais pathos, j'aurais préféré des faits et surtout des chiffres démontrant le danger qu'encourt l'humanité à continuer à s'empiffrer de bidoche ce qui nous amène au grand absent de cet ouvrage : l'écologie (ou plutôt à peine mentionnée).
Dire que manger de la viande est la première cause de réchauffement climatique aurait dû faire l'objet d'un chapitre entier et non être signalé au passage. Quid de la consommation d'eau pour faire un kg de barbaque? Quid de la déforestation pour planter des semences (souvent/systématiquement génétiquement modifiées) qui vont nourrir tout ce bétail qui va nous baffrer? L'océan qui absorbe l'essentiel du CO2, comment se porte-t-il?
Combien de gens commencent déjà à mourir de faim à cause de ce réchauffement et donc de notre régime carné?
Manger de la viande revient à détruire notre planète ou plutôt la planète que nous allons donner à nos enfants et par conséquent, il faut le dire : aimer ses enfants et manger de la viande n'est pas compatible.


En conclusion, cet ouvrage est superficiel, il ne m'aura pas convaincu à devenir plus ou moins végétarien, n'apportant guère de raison en faveur de ce mode d'alimentation, juste de oiseux discours sur la problématique spéciste.
Plutôt que de lire ce livre, faites plutôt vous-mêmes une recherche sur internet sur la question, quelques heures de recherches seront plus fructueuses que cette lecture.


MAJ 26/01/2018 : regardez Cowspiracy bien plus fourni en argumentation sur la question.

CorsairePR
3
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes 2016 en livre, Lecture/conseil en VO et Lectures écolos

Le 6 juillet 2016

14 j'aime

1 commentaire

Faut-il manger les animaux ?
Khyme
9

Eating animals

Je ne vais pas épiloguer sur l'aspect traitement des animaux et compagnie car Foer le fait bien mieux que moi, et que j'espère que personne n'ignore vraiment ce qui se passe entre l'étable et notre...

il y a 12 ans

22 j'aime

Faut-il manger les animaux ?
CathyB
10

Enthousiaste et perplexe

Dans ce livre à thèse, Jonathan Safran Foer nous expose les raisons qui l'ont poussé à devenir végétarien. Pour ce faire, il se livre à une réflexion protéiforme, qui mêle une enquête détaillée sur...

il y a 11 ans

15 j'aime

2

Faut-il manger les animaux ?
CorsairePR
3

Faut-il lire ce bouquin?

A toute fin utile, précisons que je suis végétarien depuis 3 ans. Bon déjà sautez le premier chapitre qui ne sert à rien, vous serez bien d'accord pour dire que les atermoiements des auteurs sont...

il y a 6 ans

14 j'aime

1

Faut-il manger les animaux ?
CorsairePR
3

Faut-il lire ce bouquin?

A toute fin utile, précisons que je suis végétarien depuis 3 ans. Bon déjà sautez le premier chapitre qui ne sert à rien, vous serez bien d'accord pour dire que les atermoiements des auteurs sont...

il y a 6 ans

14 j'aime

1

Hunter × Hunter
CorsairePR
5

De beaux personnages pour une intrigue bancale

Beaucoup de critiques s'attachent à faire une comparaison avec l'oeuvre antérieure ce qui ne sera pas le cas ici. Dans un monde qui s'avèrera finalement moderne, un campagnard un peu plouc décide...

il y a 6 ans

13 j'aime

15