Moins bien, mais quand même bien !

Avis sur Fondation foudroyée - Le Cycle de Fondation,...

Avatar M_le_maudit
Critique publiée par le

Bon, j'ai laissé passer un certain temps (quatre ans) entre ma lecture de la première trilogie du cycle de Fondation, et la lecture de sa suite. C'était à la fois une bonne et une mauvaise idée.

Une mauvaise idée parce que du coup, il m'a fallu un peu de temps pour remettre mes souvenirs en ordre de bataille et reconstituer le fil des événements précédemment relatés. Heureusement, Asimov m'y a un peu aidé, vu qu'il se permet quelques rappels bienvenus (ce quatrième tome étant sorti est sorti quasiment 30 ans après les trois premiers, c'était pas du luxe).

Mais c'était également une bonne idée, car ce tome étant tout de même moins efficace que ces trois prédécesseurs, j'ai ainsi évité de déprécier la lecture de la première trilogie de Fondation. Après, entendons-nous bien : quand je dis que c'est moins bien, il faut bien voir que les trois premiers tomes de Fondation, je les classe dans le top niveau de la SF. Même moins bien, ce quatrième tome reste de haut niveau.

La qualité d'écriture est toujours là, et la facilité avec laquelle on assimile les différentes notions abordées est entièrement à porter à son crédit. Comme pour les tomes précédents, on retrouve la Fondation lors de l'un de ces moments de crise.

Rappelons que, d'après le plan Seldon, mille ans vont être nécessaire au rétablissement d'un empire galactique stable qui apportera la paix et la prospérité à l'Humanité, et que ces mille ans vont être émaillés par des crises que la psychohistoire, discipline mêlant Mathématiques, psychologie et Histoire, est sensée permettre anticiper.

Lorsque le récit débute, nous nous trouvons pile à la moitié de cette période de mille ans, et la Fondation est devenue toute puissante, au point qu'elle pourrait presque finir l'unification de la galaxie par la force.

Comme pour les tomes précédents, de nombreuses questions vont se poser aux Hommes de la Fondation. La question de la seconde Fondation (une rivale dont la puissance repose sur les pouvoirs mentaux plutôt que sur la technologie et qui est sensée avoir été défaite dans le troisième tome) agite encore les débats au sein des conseillers de la première Fondation car d'aucuns pensent que la Seconde Fondation s'est juste cachée, mais œuvre toujours dans l'ombre.

Sans entrer plus que ça dans les détails, l'intrigue se focalise sur les origines de la colonisation spatiale, chacune des deux Fondations s'apercevant qu'il se trame quelque chose autour de cette bonne vieille (et bien mystérieuse) planète Terre. Bien mystérieuse car elle est désormais rangée au rang des légendes oubliées et personne n'en connait la localisation, si tant est qu'elle ait réellement existé (car on en est là : pour beaucoup, elle n'existerait même pas).

Comme pour les trois premiers tomes, le récit brasse de nombreuses notions (ici en vrac et de manière non-exhaustive : le mythe des origines, la responsabilité du pouvoir politique, le libre-arbitre...)

J'ai trouvé l'ensemble toujours aussi prenant, quoiqu'un poil moins brillant que les trois premiers (je chipote : on passe d'excellent à très bon, en gros). Le mystère autour de la Terre, toujours non-résolu à la fin de ce volume, m'a passionné au plus haut point !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 149 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de M_le_maudit Fondation foudroyée - Le Cycle de Fondation, tome 4