👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Lamentation, marxisme, lutte des classes, servitude

5 ans après avoir lu l’Assommoir que j’avais beaucoup aimé mais que j’avais peiné à finir, voir l’adaptation de Germinal de Claude Berri avec Renaud dans le rôle principal m’a motivé à me replonger de nouveau dans les classiques que je ne lisais naguère si peu depuis que j’avais quitté le lycée. Le film m’avait tout d’abord ému par ses images de révolte, d’injonction au capital, d’amour impossible qui se traduisaient par une grande violence le plus souvent, mais aussi d’un sentiment de pitié. Un sentiment de pitié oui pour ces petites gens qui depuis 3 générations descendaient à la mine malgré les dégâts que celle-ci provoquait dans leur chair qui devenait de plus en plus brune, ou encore dans leurs poumons à l’image du père Bonnemort qui crachait incessamment du charbon.

Las de cette servitude face au capital, las de se donner autant de peine face au Voreux si ce n’est pour manquer de pain tout le long du mois… Un vent de révolte gronde dans le coron des Deux-Cent-Quarante, cette révolte est initiée et motivée par le jeune Etienne Lantier, fils de Gervaise (l’Assommoir), arrivé à Montsou il y a quelques mois après s’être fait congédié des chemins de fers pour avoir giflé son patron, il se mue alors en révolutionnaire suite à une nouvelle tarification du boisage décidée par la Compagnie qui est tout bonnement une réduction de salaire déguisée.
Cette révolte se traduit alors par une grève qui est marquée par le manque de nourriture constant, le sang, la surpuissance de la Compagnie malgré ses millions de francs perdus…
Car à la fin se sont toujours les mêmes qui gagnent oui, les bourgeois, les capitalistes, les rentiers, les biens-nés, les héritiers qui ne peuvent alors pas comprendre cette révolte du petit peuple, oui trop habitués eux à nourrir et voir grandir grassement leurs enfants, s’occuper de leurs affaires, se pavaner, s’enfouir dans l’oisiveté et parfois faire de la charité pour se donner bonne conscience…

Ce roman, si je n’ose dire ce grand roman, cette œuvre majeure qui illustre le récit d’une époque, d’une région, d’une profession, des prolétaires, des « sans dents », des « incultes » est un magnifique réquisitoire, un formidable « J’accuse » qui clame haut et fort le besoin imminent de justice face aux inégalités, face à la division du monde en deux classes aux caractéristiques bien différentes : les bourgeois et les prolétaires. Les premiers sont les exploitants, les dominants, les seconds les exploités, les dominés, les premiers asservissent les seconds, tandis que les seconds servent les premiers, les prolétaires sont exploités par les bourgeois dans un tourbillon continu pour assurer leur surpuissance, leur suprématie infinie, leur règne incessant face aux prolétaires eux-mêmes qui seront toujours à leur botte.

Un grand roman qui n’a pas à rougir face à tous les ouvrages théoriques qui tentent d’expliquer la division de notre monde en ces deux classes, les inégalités quotidiennes entre salariés et patrons, la répartition des richesses. Ici au-delà de la théorie et des chiffres Zola tente avec brio de nous glisser dans le coron des Deux-Cent-Quarante, dans la vie de ces familles qui s’épuisent, qui se lèvent aux aurores pour travailler sous terre afin de ramener 30 sous par tête pour essayer vainement de nourrir sa fratrie. Au-delà de la théorie et des chiffres donc c’est l’humain qui souffre que tente de nous décrire Zola, l’humain qui est comme cadenassé par sa lignée familiale, par son hérédité qui ici même à Montsou se traduit par une descente à la mine de génération en génération.

Passionnés de sciences sociales, d’histoire dévorez ce livre, vous allez l’adorer, le chérir, il est si percutant.

BastienDerrien
10
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste livres lus (et relus) en 2020

il y a plus d’un an

4 j'aime

3 commentaires

Germinal
Nectanobé
8
Germinal

"Votre haine des bourgeois vient de votre besoin enragé d’être des bourgeois à leur place"

Dans ce treizième tome de la série Rougon-Macquart, Zola s'emploie à dépeindre la condition des mineurs dans cette seconde moitié de siècle. Que dire si ce n'est que la misère, l'indigence, la...

Lire la critique

il y a 6 ans

15 j'aime

4

Germinal
Gwen21
10
Germinal

Critique de Germinal par Gwen21

Ce qu'Elizabeth Gaskell a cherché à dénoncer dans "Nord et Sud", ce que Victor Hugo a supérieurement développé dans un contexte politique et historique dans "Les misérables", cette condition humaine...

Lire la critique

il y a 5 ans

14 j'aime

5

Germinal
Shaman
2
Germinal

Critique de Germinal par Shaman

Tout est petit chez Zola. J'ai beau parcourir ces lignes, aucune trace de grandeur ne vient perturber cette diarrhée prosaïque. Diarrhée, le mot est juste, Zola n'écrit que sur la merde, c'est là son...

Lire la critique

il y a 9 ans

13 j'aime

12

Germinal
BastienDerrien
10
Germinal

Lamentation, marxisme, lutte des classes, servitude

5 ans après avoir lu l’Assommoir que j’avais beaucoup aimé mais que j’avais peiné à finir, voir l’adaptation de Germinal de Claude Berri avec Renaud dans le rôle principal m’a motivé à me replonger...

Lire la critique

il y a plus d’un an

4 j'aime

3

Dix pour cent
BastienDerrien
9

Le monde du showbiz en coulisse

Parisianisme, bobo, anti-provincial, en dehors de la réalité, autocentré, ce sont des mots, de nombreux adjectifs péjoratifs qui ont déferlé la chronique saison après saison sur la série 10 pour cent...

Lire la critique

il y a 1 an

3 j'aime

Thérèse Raquin
BastienDerrien
8

« Il l’avait jeté à l’eau, et voilà qu’il n’était pas assez mort »

Thérèse Raquin est un thriller obscur, court, ayant pour décor un sombre passage parisien qui met en scène une femme veuve tout juste remariée Thérèse, son ancien amant et désormais mari Laurent,...

Lire la critique

il y a plus d’un an

3 j'aime

3