👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Tolstoï mélange le roman et l'essai historique pour constituer une œuvre à l'ampleur démesurée où les histoires de personnages fictifs et réels s'entrecroisent, celle des Napoléon, des, Koutouzov mais aussi des Bolkonsky, des Bezoukov et autres Rostov.
Parler de l'Histoire avec un grand H par le biais des histoires réelles ou inventées, c'est un moyen que l'on retrouve dans le genre du roman historique où l'Histoire sert de cadre à une ou des histoires constituant la narration du roman. Mais ici l'auteur russe, s'il écrit un roman historique, a aussi la volonté d'y adjoindre (et non pas d'y mélanger, tant la distinction est bien présente par le chapitrage et par la forme) des réflexions personnelles sur l'Histoire, les historiens, la guerre et autres thématiques susceptibles d'analyse.

Tolstoï remet en cause la vision héroïque de la guerre mais aussi le fait que les choix, les causes et les conséquences ne découleraient que de la volonté des "grands hommes" (comme Napoléon ou l'empereur Alexandre). Pour lui les causes sont plus nombreuses, plus implicites aussi, plus tributaires d'un état d'esprit de masse que de choix conscients d'individus au pouvoir. Bien sûr l'homme de pouvoir dirige, mais cette possibilité d'influence s'estompe à mesure que le conflit prend de l'ampleur sur le terrain. Pus on est éloigné du champ de bataille plus notre champ d'action se restreint.
On peut-être d'accord avec l'auteur ou non mais il a le mérite d'étayer et de justifier toutes ses théories, que j'ai ici grossièrement synthétisé, sur la guerre et l'Histoire, même si je trouve qu'il y a un peu trop de répétitions et que certains chapitres auraient pu être de fait plus concis.

Quant au roman on y trouve bien sûr toute la force de TolstoÏ à peindre des personnages intéressants et qui évoluent continuellement tout au long de l’œuvre, qui il est vrai se déroule sur un grand nombre d'années. Le cheminement de Pierre en est l'exemple le plus frappant.
Les atermoiements amoureux de Natacha constituent aussi un bon exemple, démontrant par ailleurs que les personnages secondaires (et féminins par la même occasion) n'en sont pas réellement, ou ne sont en tout cas pas laissés de côté.
Et ce même si je trouve que Anna Karénine constitue l'aboutissement du talent de Tolstoï à faire vivre ses personnages au fil du récit, Lévine étant le personnage ultime de l’écrivain russe.

Au delà des ces minuscules reproches sur la longueur et la comparaison désavantageuse avec Anna Karénine, il n'en demeure pas moins que La Guerre et la Paix est un chef d’œuvre de la littérature russe (encore un !), une fresque colossale où le talent de romancier et les réflexions personnelles de l’écrivain de génie, qui se fait essayiste pour l'occasion, s'entremêlent avec brio.
Le travail a du être titanesque, la qualité est là, et le plaisir de lire un bon roman et de réfléchir en compagnie d'un homme intelligent aussi !

ngc111
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Top littérature russe, Les meilleurs livres russes et Les meilleurs romans historiques

il y a 4 mois

2 j'aime

Guerre et Paix
-Alive-
10

Tolstoï : historien

Quand on lit la version complète, non tronquée de Guerre et Paix, c'est-à-dire la version recommandée, on met du temps. Oui lire la version d’un seul ouvrage d’environ 1000 page revient à ne pas lire...

Lire la critique

il y a 8 ans

46 j'aime

Guerre et Paix
SanFelice
10

"Comment donc peuvent-il penser à autre chose qu'à la mort ?"

Bien souvent, accepter une œuvre parmi les « classiques » revient à faire oublier comment cette œuvre, justement, n’était absolument pas classique, mais que bien au contraire elle ne correspondait à...

Lire la critique

il y a 2 ans

30 j'aime

8

Guerre et Paix
MonsieurBain
9

Le monument de Pierre

J’ai récemment eu l’occasion de survoler un article quant à la mélancolie (si ce n’est même la tristesse) qu’éprouvent certaines personnes en terminant un livre. D’après mes souvenirs, ce ne fut qu’à...

Lire la critique

il y a 4 ans

18 j'aime

28

La Pierre et le Sabre
ngc111
10

Critique de La Pierre et le Sabre par ngc111

Musashi, du nom d'un célèbre samouraï, est bien plus qu'un roman ; c'est un récit initiatique, un parcours auquel on assiste, et dans lequel chacun pourra puiser inspiration, force, et même, si cela...

Lire la critique

il y a 11 ans

39 j'aime

6

District 9
ngc111
4
District 9

Critique de District 9 par ngc111

Toute la partie en forme de parabole sur la ségrégation raciale et communautaire est intéressante, on assiste presque mal à l'aise à l'étalage de la barbarie humaine avec une variété d'attaques qui...

Lire la critique

il y a 9 ans

29 j'aime

2

Mémoires d'outre-tombe
ngc111
10

Critique de Mémoires d'outre-tombe par ngc111

Je suis finalement arrivé au bout des Mémoires d'outre-tombe. Cela aura été un plaisir quasi-permanent malgré l'importance de l'œuvre et sa densité. Des milliers de pages réparties en 42 livres,...

Lire la critique

il y a 11 ans

29 j'aime

9