Avis sur

I.G.H. par Nijo

Avatar Nijo
Critique publiée par le

1000 appartements, répartis sur 40 étages, un dixième étage consacré exclusivement à la vie sociale avec banque, école, commerces, piscine... Voilà un joli argumentaire pour cet Immeuble de Grande Hauteur peuplé de gens aisés et cadres supérieurs.
Seulement une petite panne de courant va tout faire dégénérer. Les différents accidents, les petites défaillances des systèmes de l'immeuble vont dresser les habitants les uns contre les autres. Au sommet de la tour, dans son appartement terrasse, l'architecte observe les différents clans s'affronter.

Ce qui est surprenant avec ce livre c'est la façon qu'a Ballard de reproduire à l'intérieur d'un immeuble les mécaniques de la société et de déconstruire cette société. Les personnages, rapidement caractérisés, vont constituer des clans, s'affronter pour le contrôle des étages et peu à peu sombrer dans un état primaire. Une vraie lutte des classes est mise en scène : ceux qui vivent dans les étages supérieurs méprisent ceux d'en-dessous. La guérilla va très vite régner dans l'immeuble et les habitants vont finir par oublier le monde extérieur pour ne se consacrer qu'à la conquête de territoires et la préservation des points stratégiques : ascenseurs, escaliers, locaux techniques... L'immeuble se détériore, des gens meurent mais personne n'appelle les autorités à l'aide.
Tout est réglé à l'intérieur de l'immeuble par sa hiérarchie, ses dirigeants, personnalités fortes qui ont su s'imposer. L'IGH devient un état à part entière, coupé du reste du monde, où aucune personne étrangère ne peut entrer.

Ballard livre une vision plutôt sombre des villes modernes et des citadins. Après la lecture on ne regarde plus les immeubles supérieurs à 7 étages de la même façon...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 392 fois
3 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Nijo I.G.H.