Homère m'a sauver

Avis sur Iliade

Avatar L'âne fourbu
Critique publiée par le

Strasbourg Saint-Denis : « Pour ne pas tenter les pickpockets,
fermez-bien votre sac et surveillez vos objets personnels ».
TUUUUUUUUT!!

Entrez-donc dans la rame, amis voyageurs, n’ayez pas peur.
Laissez-moi vous conter comment j’ai déjoué les pièges funestes d’Hadès pour revenir des enfers.

Le pauvre vieillard que je suis aujourd’hui ne paie pas de mine, mais jadis, j’étais un fier guerrier qui traversait chaque jour la lande maudite que vous connaissez bien. Cette terre immense peuplée d’accordéonistes roumains et de lapins roses masochistes n’avait aucun secret pour moi.
Je vois bien vos sourires narquois, vous pensez vous être adaptés à cet univers infernal ? Ne croyez pas ça, pauvres fous.

Pour survivre à cette annexe francilienne du royaume d’Hadès, il vous faudra sacrifier votre humanité, car, dans ce tartare-là, on ne trouve ni pain, ni vin, ni Boursin.

Pour rester en vie dans le métro parisien, vous ne devrez pas avoir peur de pousser les vieilles dames ou de violenter les mères qui osent se présenter avec une poussette. Tel est le comportement à adopter si l’on veut trouver une place assise.

Vous devrez également mettre la main sur le casque audio fermé, forgé par Héphaïstos lui-même (ou par Dr. Dre, les sources divergent sur ce point), et capable d’englober l’oreille entière. Cet artefact divin est idéal pour s’isoler des sirènes quémandeuses, dont le chant peut apitoyer les usagers les moins aguerris.

Oui mes amis, dans ce bas monde, il vous faudra lutter pour préserver votre menue monnaie des mendiants.

Mais la meilleure solution pour ne pas sombrer dans la folie, c’est encore de trouver de la distraction. Quitte à être trimballé deux heures par jour dans un wagon à bétail, autant les rentabiliser. Ainsi, me suis-je procuré les œuvres d’Homère et divers recueils mythologiques afin d'accompagner mes trajets et d'oublier la grisaille de mon quotidien.

Pourquoi donc un être humain normalement constitué irait-il se faire voir chez les grecs pour se divertir ? La question est légitime, la situation de la république hellénique n’étant aujourd’hui guère enviable. Car, même après s’être approché si près de Tsipras, le pays a toujours une crise de la dette à gérer. Ce conflit de connards qui voudraient récupérer ce que la Grèce doit a fait largement empirer la situation, au port d’Athènes comme dans le reste du pays.

Mais c’est oublier que la Grèce est le berceau de nombreuses légendes, et qu’il fut un temps où des créatures mythiques y faisaient face à des héros prodigieux, bien incapables de se défaire du destin que leur avaient choisi des dieux mesquins.
Et voyez-vous, rien de ce qu’il reste de la Grèce antique n’est en toc. C’est donc un choix tout à fait judicieux pour s’évader de son train-train.

Ainsi, chaque jour, c’est une nouvelle contrée magnifique que je découvrais, un héros rutilant, une déesse somptueuse, le temps d’aller au bout de cette satanée ligne 4 et de m’enfermer dans une tour de béton et de verre.

Etienne Marcel: "Messieurs dames, j'vais vous chanter Brassens"

Ami voyageur, la première histoire que j’ai découverte, est celle d’une cité aujourd’hui détruite. Comme dans toute bonne histoire, il y a une femme magnifique. Une princesse pour qui, à Sparte comme à Troie, monseigneur en pince. Et cette beauté divine fait prendre à un jeune prince, un chemin, qui mène, hélas, à une guerre terrible.

Ainsi les achéens veulent-ils venger l’affront fait à leur souverain et détruire le royaume de Troie, avec l’aide de l’invincible Péléide. Mais le roi des grecs a des relations tendues avec son champion, au point qu’Ajax, personnage récurrent qui était pourtant une vraie crème, promettait d’enchaîner cet étalon d’Achille. Mais il n’a pas l’occasion de le faire, puisque le colosse aux pieds agiles est vaincu par le prince de Troie. Et même si, celui-ci, bonne poire, s’est laissé séduire par la belle Hélène, il n’en est pas moins un redoutable tireur à l’arc. Quoi qu’on en dise, Pâris sera toujours Pâris.

La mort du meilleur des achéens n’empêche pas la cité d’être rasée. Ulysse, très à cheval sur ses principes, pénètre dans la ville, et, avec la bénédiction d’Hermès, la met à sac.

Être anéantie après une résistance de dix ans, telle fut la règle de Troie.

Châtelet: "Correspondance lignes 1, 7, 11 et 14"

Ulysse eût tout le temps de regretter ses actes. Car, sur le chemin du retour, après avoir vaincu Polyphème, il est condamné par Poséidon à parcourir les mers avant de retrouver son foyer. Durant son voyage, il débarque sur une île inconnue où la magicienne Circé, un sacré colis, effraie deux porcs, ou plutôt deux des compagnons d’Ulysse qu'elle change en gorets.
Ainsi homme et cochons ont-ils le sang lié.

Mais le seigneur d’Ithaque ne s’en laisse pas conter et inocule à "la reine des pourceaux" des piqûres de rappel : « On ne traite pas ainsi les compagnons d’Ulysse».

Après avoir sauvé ses camarades, le héros prend tout de même du bon temps avec son hôtesse, non sans méfiance, pour ne pas devenir le prochain marin qui vivra verrat.

Plus tard, Ulysse, sur son 31, rencontre une nymphe qui lui propose l’immortalité à condition qu’il se précipite dans son lit. Mais pour le vainqueur de Troie, pas question de devenir le commandant couche-tôt de Calypso.

Pendant ce temps là, à Ithaque, le chien Argos balise à l’idée de ne jamais plus revoir son maître. Mais qu’il se rassure, après avoir affronté maints dangers et erré quelques dix ans sur les sept mers, notre héros peut enfin rentrer chez lui.

Saint-Michel : « Attention à la marche en descendant du train.
Please mind the gap between the train and the platform.
Cuidado con el espacio entre el vagón y el andén.»

Ami francilien, écoute maintenant l’histoire d’Héraclès. De tous les héros que j’ai rencontrés pendant mes voyages, il n’en est pas un qui soit plus étonnant que le fils de Zeus. Tout bébé déjà, il avait une force incroyable. C’est ainsi qu’à deux ans, le minot tord le cou à deux serpents, qui n’avaient pu le mordre qu’au bras.
Sa mère, qui devait être une sacrée Folcoche pour avoir laissé le nourrisson sans surveillance, le voit revenir vipères au poing. Ainsi démarre la légende. Parmi ses innombrables exploits, le demi-dieu fait tomber les plans du sanglier d’Erymanthe à l’eau, et sans désespérer, récolte les fruits du jardin des Hespérides.

Denfert-Rochereau : « Attentifs, ensemble. Pour la sécurité de tous, nous vous invitons à
surveiller vos bagages et à les garder près de vous.
N’hésitez pas à nous signaler tout paquet qui vous paraîtrait
abandonné ».

Nous voici bientôt au Terminus
Il me reste tant d’autres aventures à vous conter.

L’histoire de Thésée, par exemple, fis d’Egée et Monique, sa mère. Le héros qui, pour mener à bien sa quête, n’eut pas peur de se servir de cette hémophile d’Ariane avant de l’abandonner sur une île

Il y a aussi le héros aux sandales ailées et au corps bien huilé, surnommé Persée peau lisse, ou encore Jason, qui, pour faire main basse sur la toison d’or, dut aller en Colchide, dont les prés fleurissent dès la fin de l’été.

Autant de récits fabuleux que de stations sur cette ligne, amis vagabonds. Et je leur dois d’avoir survécu à cet enfer souterrain.

Mairie de Montrouge, terminus.

Ah, nous voici arrivés. Avez-vous le temps pour une dernière histoire ? Laissez-moi donc vous raconter comment j’ai triomphé du vendeur de maïs de la porte d’Orléans.

Eh oh ! Vous barrez pas. Allez, quoi ! Z’auriez pas un euro au moins? Un ticket restau ?

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 712 fois
20 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de L'âne fourbu Iliade