La finalité est-elle juste ?

Avis sur Inconnu à cette adresse

Avatar Rawi
Critique publiée par le

La première fois que j'ai entendu ce texte, c'est dans un petit théâtre parisien.
Je suis loin d'avoir prévu le coup de poing dans l'estomac que je vais recevoir bientôt donné de main de maître par l'auteure Kressman Taylor.
Deux inconnus se donnent la réplique sur scène. Enfin, se donner la réplique est un bien grand mot puisqu'ils ne font que monologuer chacun leur tour.
Là, je me rends compte (eh oui, j'ai le cerveau lent) que c'est un échange épistolaire. Les deux protagonistes vivant à un océan de distance.
Je me vois happée par ce texte, ces échanges entre deux amis proches bousculés par le nouvel ordre du monde.
Nous sommes dans les années 30. Hitler installe ses doctrines nauséabondes dans une Allemagne ravagée par la crise. Entre 1932 et 1934, Martin et Max, les deux amis, un allemand et un juif s'écrivent régulièrement. Leurs affaires (une galerie d'art), la famille de l'un, les amis communs sont l'objet de leurs longs échanges. On sent qu'une grande affection unit les deux hommes. Le côté anecdotique de la situation de départ met le spectateur en confiance. Il se détend. Le retour de Martin en Allemagne, à Munich ne semble pas remettre en cause le lien profond existant entre les deux hommes.
Au lendemain de la victoire (en novembre 1932) du parti d'Hitler en Allemagne aux élections législatives, Max est inquiet.
Là la tension commence à monter.
Bientôt Adolf est nommé chancelier par Hindenburg.
Les plumes sont moins libres, les mots sont moins chaleureux. Les idées du moment font leur chemin chez l'un et tourmentent l'autre. Trop loin pour y faire face personnellement.
Le drame se noue.
Au cours des 19 lettres que nous avons à lire/entendre, le malheur s'insinue progressivement, tisse son nid au fil des mots. Nous, spectateurs, sentons poindre la conclusion sans la soupçonner vraiment. Et la PAN dans l'estomac, le coup de poing auquel je faisais allusion au départ.

Depuis deux ans, se succèdent de grands noms du théâtre et du cinéma (Darroussin, Lhermitte, Elmosnino, Pinon, Darmon, Timsit, Berling...) ce qui a apporté une extrême popularité à ce texte écrit en 1938.

A lire, à voir, à vivre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1375 fois
29 apprécient

Rawi a ajouté ce livre à 1 liste Inconnu à cette adresse

  • Livres
    Illustration Mes livres

    Mes livres

    Les quelques livres que j'ai critiqués ici

Autres actions de Rawi Inconnu à cette adresse