Couverture Jayne Mansfield 1967

Jayne Mansfield 1967

(2011)
12345678910
Quand ?
5.6
  1. 2
  2. 5
  3. 7
  4. 8
  5. 13
  6. 30
  7. 16
  8. 10
  9. 3
  10. 1
  • 95
  • 5
  • 38
  • 2

« Aux basses heures de la nuit, le 29 juin 1967 sur un tronçon de la route US 90 qui relie la ville de Biloxi à la Nouvelle Orléans, une Buick Electra 225 bleu métallisé, modèle 66, se trouva engagée dans une collision mortelle. » Dans cette Buick broyée se trouvait une femme, une "Hollywood...

Match des critiques
les meilleurs avis
Jayne Mansfield 1967
VS
Avatar Xavier Watremez
8
"juste bonne pour des nudies..."

Excellent livre qui nous fait comprendre quel bouc-émissaire a été ce sex-symbole pour l'establishment (et aussi dans le monde du cinéma, c'est un peu la même chose) simplement parcequ'elle était une cible facile ET pour les pseudos-intellos ET pour ces censeurs de l'époque ! Jayne Mansfield, qui était aussi une actrice de grand talent, fût évincé par tous ces bons bourgeois surtout parcequ'elle était trop scandaleuse à la fin de sa vie; mais essentiellement parcequ'elle dérangeait. Le fait...

La Marilyn du pauvre

115-45-95, 163. Les trois premiers chiffres correspondent aux mensurations de Jayne Mansfield, le dernier à son QI. A celle que "les hommes avaient du mal à regarder dans les yeux' (sic), Simon Liberati consacre un court récit qui, comme son titre l'indique, évoque principalement les derniers mois de sa vie et, avec une minutie maniaque, les circonstances de son fatal accident, cervelle éparpillée et chihahuas miraculés, compris. Vomie par Hollywood après avoir été portée aux nues (dans... Lire l'avis à propos de Jayne Mansfield 1967

PostsJayne Mansfield 1967

Vous avez une anecdote, une vidéo/photo ou une simple question sur ce livre ?

Critiques : avis d'internautes (11)

Jayne Mansfield 1967
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
L'artiste qui se fait appeler Jayne Mansfield.

Quand on a un sujet aussi rêvé que la déchéance et la mort brutale d'une des plus sulfureuses figures hollywoodiennes, et qu'on de quoi décliner l'affaire selon des angles aussi porteurs (sa dévotion à un culte satanique, sa passion malsaine pour les coupures de journaux la concernant, etc.), il est quasi-criminel de l'écrire si mal et de livrer un ensemble au rendu si amateur (et là, je ne fais... Lire l'avis à propos de Jayne Mansfield 1967

1
Avatar VirginiA
5
VirginiA ·
Découverte
La blonde et moi

C’est d’un livre dont il s’agit aujourd’hui, qui m’a fait de l’œil dans ma librairie favorite, et que j’ai dévoré : Jayne Mansfield 1967, de Simon Liberati. Sarcastiquement sous titré Roman, il s’inscrit dans la lignée des François Bon (Rolling Stones, une biographie, Dylan, une biographie et Rock’n roll, un portrait de Led Zeppelin), c’est-à-dire une biographie de fan, ultra-documentée, mais... Lire la critique de Jayne Mansfield 1967

Avatar ludovico
8
ludovico ·
Jayne Mansfield tu connais? Non. Normal.

J'ai lu ce livre uniquement parce que le nom de Marylin apparaissait dans le résumé, j'ai un peu regretté. En toute honnêteté je ne l'ai pas trouvé fabuleusement intéressant. Si tu sais qui est Anna Nicole Smith alors tu comprendras peut être qui était Jayne Mansfield. Elles sont toutes deux les exemples typiques de bimbo blondes incendiaires véritables figures de culte aux USA et charmantes... Lire l'avis à propos de Jayne Mansfield 1967

Avatar qwemos
4
qwemos ·
Critique de Jayne Mansfield 1967 par indraens

Simon Liberati a du talent (écriture acérée, épluchage et déconstruction méticuleux des récits qui ont fabriqué l'icône, portrait au vitriol du Tout Los Angeles des années 60) mais on ne partagera pas forcément sa fascination amoureuse pour les photographies de la dépouille "sans perruque" de Jane Mansfield après l'accident. Lire l'avis à propos de Jayne Mansfield 1967

Avatar indraens
6
indraens ·
Critique de Jayne Mansfield 1967 par HenriMesquidaJr

un texte « froid », « clinique », « morbide » - peut-être, Du faux people journalistique (avec un style en fait très travaillé) qui rappelle le meilleur de Truman Capote (prix fémina). J'aime. Lire l'avis à propos de Jayne Mansfield 1967

Avatar HenriMesquidaJr
7
HenriMesquidaJr ·
Toutes les critiques du livre Jayne Mansfield 1967 (11)
Vous pourriez également aimer...