Couverture Journal d'un oiseau de nuit

Journal d'un oiseau de nuit

(1984)

Bright Lights, Big City

12345678910
Quand ?
7.4
  1. 1
  2. 0
  3. 2
  4. 3
  5. 5
  6. 21
  7. 64
  8. 71
  9. 27
  10. 11
  • 205
  • 21
  • 157
  • 3

Le jour, il travaille dans un grand magazine new-yorkais, où il s'ennuie à mourir. La nuit, il court de boîte en boîte, de fille en fille, flanqué de son double infernal, l'irrésistible Tad Allagash. Hélas ! sur trois filles, l'une est lesbienne et l'autre un travesti, la cocaïne est de mauvaise...

Critiques : avis d'internautes (5)
Journal d'un oiseau de nuit
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Bright Light, Big City

Tu n'es pas le genre de type à trainer dans un endroit pareil à une heure aussi tardive. Et pourtant tu es là, sans pouvoir prétendre que le lieu te soit etranger, même si les détails manquent de neteté. Te voila même en grande conversation avec une fille au crâne rasé. Ainsi commence ce premier roman qui a rendu Jay McInerney célèbre en 1984. La dernière fois que j'ai lu un livre écrit à la...

Avatar rivax
8
·
Critique de Journal d'un oiseau de nuit par Vadim

Comme si Bret Easton Ellis peignait des personnages plongés dans la vraie vie. Cette narration à la seconde personne du singulier rend le roman assez intéressant pour qu'on lui pardonne quelques erreurs de jeunesse. Un beau portrait du New York vain des années 80. Lire l'avis à propos de Journal d'un oiseau de nuit

1
Avatar Vadim
8
Vadim ·
Un début prometteur !

Quelle claque ! Après avoir dévoré tout B.E.E., voilà que je démarre la bibliographie de Jay McInerney... Ce roman est incroyable. Déjà dans sa narration, puisqu'il est écrit à la deuxième personne du singulier (comme la Modification de Butor), ce qui fait de nous une sorte de héros d'histoire. Et le procédé fonctionne puisque très vite un attachement se crée vis-à-vis du personnage... Lire l'avis à propos de Journal d'un oiseau de nuit

Avatar Diego Cuesta
9
Diego Cuesta ·
A la recherche de l'oubli de soi-même.

Si Bret Easton Ellis se caractérise par une vacuité sur le fond comme sur la forme assez formidablement désagréable, son alter ego écrivain Jay McInerney réussit en revanche à accomplir une véritable prouesse littéraire en introduisant un peu de profondeur dans ce qui peut sembler être une auto-fiction superficielle. Non seulement il faut admettre que Bright Lights, Big City est... Lire l'avis à propos de Journal d'un oiseau de nuit

2
Avatar Paul Staes
8
Paul Staes ·
Découverte
Critique de Journal d'un oiseau de nuit par penseur-punk

" Tu n'es pas le genre de type à traîner dans un endroit pareil à une heure aussi tardive. Et pourtant tu es là, sans pouvoir prétendre que ce lieu te soit étranger, même si les détails manquent de netteté. " New York flamboyant et décadent des Eighties. La nuit, un jeune trentenaire plutôt bien foutu/paumé de sa petite personne, profil un peu yuppie, tout juste largué par l'amour(?) de sa... Lire la critique de Journal d'un oiseau de nuit

Avatar penseur-punk
7
penseur-punk ·
Toutes les critiques du livre Journal d'un oiseau de nuit (5)