👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

L’Education Sentimentale, c’est l’histoire d’un jeune homme, Frédéric Moreau, de 1840 à 1867.

Il est terrible d’observer la vie de Frédéric Moreau, et il est encore plus terrible de se reconnaître parfois en lui. Car il est tout ce qu’un homme peut avoir de lâche et d’indécis, quel que soit le domaine. Il incarne les virevoltements que les sentiments d’un homme peuvent connaître. En matière de politique s’il est un républicain convaincu en présence de ses amis qui prônent ce régime, il se délecte également du luxe bourgeois des dîners fastueux chez les Dambreuse. De même, il ne possède jamais de projet de carrière défini. Ses études de droit ne l’intéressent pas, son seul élan de travail sera dû à une volonté de plaire. Il se rêve pendant un moment peintre. Là, c’est l’image d’être un artiste qui l’attire et non pas l’art en lui-même. Car Frédéric est aussi atteint de ce défaut, que tant de gens aujourd’hui aiment à s’approprier, qu’est la procrastination. A plusieurs reprises, il aura des opportunités d’embrasser enfin une grande carrière, mais à chaque fois, il ne réagit pas à temps, change d’avis, se laisse aller à des futilités.

Mais le thème principal du roman reste bien sûr l’amour. Frédéric Moreau fait face à trois idéaux-types d’attirance amoureuse. L’amour absolu, qui semble éternelle, envers Mme Arnoux, l’amour facile mais rapide envers La Maréchale et l’amour par intérêt pour Mme Dambreuse. Il est aisé pour le lecteur de se reconnaître au moins dans les deux premiers. Flaubert restitue avec habilité les puissants sentiments du jeune homme pour Mme Arnoux. Citons par exemple ce passage où après une visite de Mme Arnoux chez lui, Frédéric contemple les objets de son quotidien, maintenant dotés d’une aura particulière, car ils ont été en présence de la femme. Mais même les envolées lyriques sur l’amour sont presque toujours suivies d’un mot ironique de l’auteur, montrant l’éphémérité de ces affirmations. Les occasions de dévoiler son amour sont multiples, mais souvent, Frédéric prend peur, et n’agit pas. Il n’arrive même pas à détester le mari de Mme Arnoux et en devient un ami proche. Plus tard son attirance s’adaptera, il trouvera un bonheur partagé avec d’autres femmes, mais ce dernier sera toujours de courte durée, pour finalement revenir encore à toujours, à Mme Arnoux.

Flaubert joue avec les sentiments du lecteur, car celui-ci, suivant la vie de Frédéric, souhaite le voir réussir. Souvent l’aboutissement de ses désirs semble à portée, mais toujours, un événement hasardeux ou une dernière hésitation du « héros » vient anéantir cette possibilité. L’Education Sentimentale est, de ce point de vue, un roman frustrant. Frédéric Moreau restera fidèle à lui-même jusqu’à la fin du roman. Et même lorsqu’il parvient enfin à accomplir quelque chose, l’attente a été trop longue, le désir n’est plus vraiment là, que ce soit pour le lecteur que pour Frédéric.

Frédéric Moreau est un être faible et lâche, mais il est surtout terriblement humain. Il représente, de manière exagérée, l’impossibilité de combler ses désirs, soit par notre impuissance, soit par un désintérêt final quand l’accomplissement de ce désir se trouve entre nos mains. La vie de Frédéric Moreau est désespérante car elle n’accomplit rien. Il l’aura traversé, aura éprouvé une multitude de sentiments, mais ne pourra finalement se contenter que d’une amère nostalgie. Reste à espérer, pour le lecteur, que l’éducation sentimentale qu’a reçu le héros de ce roman ne soit pas universelle.

Jean-Maxime
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Top 10 Livres

il y a 6 ans

4 j'aime

L'Éducation sentimentale
Skidda
10

Coup de coeur

L'éducation sentimentale retrace le parcours d'un romantique et la fin d'un romantisme. Frédéric Moreau est encore jeune, bercé de rêves et d'illusions tout comme ses semblables. Une vie de...

Lire la critique

il y a 11 ans

32 j'aime

2

L'Éducation sentimentale
-Valmont-
9

Décombres et piétinements

Paris violent, société indicible, révolution, crises sociales, personnages essoufflés, vies dramatiques, accidentées qui se fracassent contre la réalité, le hasard, le sort, toutes sortes de choses :...

Lire la critique

il y a 4 ans

23 j'aime

1

L'Éducation sentimentale
Kliban
9

Critique de L'Éducation sentimentale par Kliban

Le roman absolu d'un ratage. Tout s'enlise dans la poussière des siècles alors même que l'agitation révolutionnaire révèle le gout du bourgeois pour le sang, dès lors qu'on lui retire l'ordre. Les...

Lire la critique

il y a 11 ans

22 j'aime

1

L'Éducation sentimentale
Jean-Maxime
9

Chronique d'un lâche

L’Education Sentimentale, c’est l’histoire d’un jeune homme, Frédéric Moreau, de 1840 à 1867. Il est terrible d’observer la vie de Frédéric Moreau, et il est encore plus terrible de se reconnaître...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime

It Follows
Jean-Maxime
6
It Follows

Un essai pas vraiment transformé

Après avoir reçu le Grand Prix au festival Gerardmer, spécialisé dans le cinéma d’épouvante, It follows a peu à peu gagné en notoriété et était attendu comme LE film d’horreur de ce début de l’année...

Lire la critique

il y a 7 ans

4 j'aime

1

En route
Jean-Maxime
7
En route

La mystique et le novice

La voici donc la conversion de Huysmans et de son double romanesque Durtal, tant attendue par les lecteurs contemporains depuis qu’ils ont découvert l’auteur, se demandant comment celui qui se...

Lire la critique

il y a 4 ans