Avis sur

L'Embrasement - Hunger Games, tome 2 par Julie_D

Avatar Julie_D
Critique publiée par le (modifiée le )

Si l'on pouvait penser que The Hunger Games se suffisait à lui-même, nul doute pour ma part que Suzanne Collins avait pensé son histoire au format trilogie, tant Catching Fire est une suite d'une implacable logique aux événements du premier tome.
Loin de se poser en copie, elle met en place des enjeux beaucoup plus larges que la seule survie de ses protagonistes, ouvre le champ des possibles et montre à quel point le happy end du précédent ouvrage était illusoire, si ce n'est empoisonné.

Mais paradoxalement, Catching Fire souffre parfois un peu de son statut de suite : sa structure maitrisée est sans doute trop semblable à celle du premier tome alors qu'elle ne se justifie pas tout autant.... Pourtant malgré une mise en place d'une lenteur assumée, son contenu m'est resté assez fascinant de bout en bout, l'après-victoire de Katniss très bien dépeint, que ce soit dans ce qu'elle vit de façon personnelle (le traumatisme, le changement de statut...) que dans l'effet domino qui se joue pour l'ensemble des Districts.

Stylistiquement peu à en dire : dans l'absolu c'est un peu pauvre en description et en audace, mais reste que le roman, écrit à la 1ère personne du point de vue de Katniss, retranscrit assez justement ses états d'âme. Si on peut lui reprocher ça et là de manquer un peu de vivacité d'esprit, l'état moral dans lequel l'a laissée le premier tome justifie les errements du personnage. Un personnage d'ailleurs toujours intéressant, qui ne cherche pas forcément à être attachant, et pas dénué de faiblesses morales, de vrais défauts.

Dommage que tous ne bénéficient pas d'une si bonne exposition. Si ce tome 2 aura scellé mon attachement à Peeta, il m'a laissée toute aussi indifférente que le premier au sort de Gale, un peu trop victimisé, et à nouveaux les participants des Hunger Games sont présentés de façon trop déséquilibrée pour qu'on ne devine pas vite les rôles de chacun.

Le dernier tiers dans l'arène laisse d'ailleurs un peu (avec mauvais jeu de mots) sur sa faim : si l'environnement imaginé pour les 75ème Hunger Games est particulièrement inventif, astucieux et fascinant, c'est surtout de lui que nait le danger et l'interaction entre les factions ennemies est finalement assez pauvre. Le déroulement reste très prenant, peu de choses étant épargnées aux protagonistes... et une certaine ambiguité morale parvient à naitre, plus que dans le premier tome où Katniss était plus réactive que pro-active. On se doute que le Jeu ne peut finir de la même façon que la fois dernière, ce qui permet une tension dramatique plus réelle. En revanche le coup de théâtre final est un peu trop apparent. Très logiquement préparé tout au long du livre, il n'y a rien à redire quant à sa cohérence, mais parce que le roman suit uniquement le point de vue interne de Katniss, on peine à comprendre qu'elle n'assemble pas plus tôt les pièces du puzzle...

Au final Catching Fire apparait presque comme un tome de transition, entre l'acte de rebellion initial du premier tome et les événements tragiques sur lesquels s'ouvriront le troisième. Ce qui ne lui retire pas de substance : la montée en puissance graduelle était nécessaire, et prouve l'intelligence d'une Suzanne Collins qui préfère prendre son temps pour construire une histoire solide. Les Hunger Games ne sont pas exempts de défauts, de faiblesses scénaristiques ou formelles, mais tout en ayant conscience de s'adresser à un jeune public, Collins ne les prend jamais pour des idiots, et on ne peut pas en dire autant de toute la production YA de nos jours (ça va Mme Meyer ?)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 509 fois
7 apprécient

Autres actions de Julie_D L'Embrasement - Hunger Games, tome 2