"Aujourd'hui maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas."

Avis sur L'Étranger

Avatar Nazr0om
Critique publiée par le

Lorsque les éditions Gallimard publient “L’étranger” en 1942, Albert Camus n’a pas encore trente ans. La critique de l’époque accueille ce court roman, le premier de la tétralogie “Le cycle de l’absurde”, sans enthousiasme et pourtant soixante-dix ans plus tard cette œuvre de jeunesse est de loin la plus connue et la plus fameuse du Nobel de littérature.

Le roman est scindé en deux parties, la première nous présente Meursault, narrateur et personnage principal de ce roman. Celui-ci est étranger à ce qui l'entoure, à lui-même, à la mort de sa mère. Il vit dans l'indifférence la plus totale.
Est-il pour autant détestable ? Non loin de là. Son seul problème, le seul qui lui sera préjudiciable jusqu'à la fin, c'est son indifférence et sa franchise. Jamais il ne ment. Il reste toujours intègre envers lui-même. Pas question de faire semblant. Il est nu, jamais la morale n'aura d'emprise sur lui. Des phrases sèches, courtes et directes. Un style impeccable et simplement beau, sans artifice, sans ambages, ni fioriture viennent accompagner cette première partie qui illustre à merveille les idées de son auteur sur la forme et le rôle que l'absurde doit avoir.

La seconde partie provoquée par un évènement bouleversant au milieu du récit agit quand à elle comme une critique virulente de la justice vénal et malhonnête. Le style s'enrichit, les phrases descriptives apparaissent enfin comme pour scinder en deux cette œuvre si particulière. Ainsi au procès de Meursault, tous conviendront d'une chose : c'est un handicapé social, un sociopathe sans émotions, que la société doit éliminer, parce qu'il n'a pas réussi à s'y insérer. Et au fond, il n'est pas condamné pour le meurtre qu'il a commis, mais pour n'avoir pas pleuré lors de la mort de sa mère, pour être resté en dehors des normes sociales. Lui de son côté restera intègre et sincère jusqu'au bout.

L'étranger est un livre aux interprétations multiples, qui n'en finit pas d'être décortiqué dans tous les sens. Roman absurde et autobiographique simple en apparence mais à la fois complexe et ambiguë.
Camus signe ici une œuvre impérissable. Un chef d’œuvre dans les règles de l'art !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 646 fois
Aucun vote pour le moment

Nazr0om a ajouté ce livre à 1 liste L'Étranger

  • Livres
    Cover Top 10 Livres

    Top 10 Livres

    "L'enfer c'est les autres" Liste des livres excellent, bouleversant voir fascinant qui m'ont forgé intérieurement provenant pour...

Autres actions de Nazr0om L'Étranger