Les dessous des jupes - Le Playboy en Champagne, Tome 1

Avis sur L'Ombre du pouvoir

Avatar Dreawren
Critique publiée par le

"Chef, chef ! On a r'trouvé un vieux bouquin dans les archives !
- De quoi s'agit-il, Qu'un-Oeil ?
- On dirait qu'un type s'est cru assez important pour écrire ses mémoires. Sauf que c'est pas qu'ça. Il semblerait qu'ce livre vienne pas d'chez nous.
- Comment ça ?
- Ben, j'crois pas avoir déjà entendu parler du Royaume de France ou d'Angleterre, et vous chef ?
- Hum, intrigant, fais-moi voir ça. Et retourne fouiller les lieux. Nous ne sommes pas venus pour trouver des vieux ouvrages.
- Bien chef !"

Plus habitué à tenir une épée qu'un bouquin, je le prends sans précaution et commence ma lecture. Au moins, le p'tit gars sait raconter une histoire, faut lui reconnaître ça. Il sait nous tenir en haleine et faut dire que c'est pas facile avec un récit écrit à la première personne. L'idée de mêler des créatures à une histoire médiévale qui semble réelle est excellente. On aurait même envie de croire que tout ceci est possible... Au début, j'aimais bien les petites coupes épistolaires mais plus l'intrigue avance et moins on n'y accorde de l'importance. J'espère que le bâtard m'en voudra pas de n'en avoir rien à foutre de son lointain descendant.

Parlons-en du bâtard, son personnage est intrigant, intéressant. Le genre de type que mes hommes respecteraient. Il se débrouille avec une arme et il plus intelligent et prévoyant que la moyenne. Le hic, à mes yeux, c'est que justement, il me paraît antipathique à cause de ça. Dans ma vie, j'ai croisé des tas de gars comme lui. Parmi la haute noblesse et parmi les plus infâmes des brigands de basse extraction et tous ont récolté la monnaie de leur pièce. Parce qu'on trouvera toujours quelqu'un de plus intelligent que nous pour nous rabattre notre caquais. C'est comme ça. Alors j'peux pas croire que ce héros soit celui qui gagne sur tous les plans.
Sauf peut-être, en admettant qu'on soit dans son histoire, écrite de ses mains, qu'il enjolive la réalité. Comme tout le monde le sait, ce sont les gagnants qui écrivent l'histoire.

Manque de chance, c'est pas son seul défaut au p'tit gars. Parce qu'en plus d'être le plus malin (le veinard), c'est aussi le plus séduisant. Et ça, pour chopper il choppe le coquin ! Toutes les filles tombent sous son charme ! À croire que pas une seule donzelle dans son entourage n'a plus de jugeote qu'une gamine de quinze ans qui n'a jamais connu l'amour !
Pourtant, j'peux vous dire que y'en a qui sont pernicieuses dans la vie réelle. De vraies sangsues, qui aspirent votre sang sans regret jusqu'à la dernière goutte. En tant que vétéran qui a repoussé la gent féminine, je ne peux que vous conseiller de vous méfier des femmes. Mais mon bâtard, il a de la chance, il tombe que sur des damoiselles naïves et gentilles (d'accord, il y a la lesbienne qui lui tend un piège mais étrangement, c'est celle qui est grosse et laide).
Croyez-moi sur parole, séduire une Comtesse elfe, sage et magnifique, qui pleure encore la mort de son mari et qui connait la petite réputation sulfureuse du bâtard, comme il l'a fait, c'est impossible. J'ai essayé. Dans mes jeunes années, je possédais moi aussi un charme indéniable et jamais une femme d'une telle importance ne m'a accepté dans sa couche sans avoir une idée derrière la tête.
Faut que je remette un peu les choses à leur place : Les femmes ne sont pas que des jolies gueules et des coups d'un soir. Elles ont également souvent un cerveau et elles sont bien plus douées que les hommes pour manipuler leur monde, surtout lorsqu'elles sont belles. Toutes les roses cachent des épines. J'peux pas croire que le bâtard soit un quetard jamais remis à sa place par l'une d'entre elle.
Que dire de la seule qui ne le regarde pas, la Dame chevalier qui tombe sous les coups des hommes dès les premiers tours lors des joutes ? J'suis le premier à penser qu'un tournois n'est pas la place d'une femme mais force est de constater que certaines peuvent se montrer résistantes. Dommage que ce ne soit pas le cas de celle-ci et que l'auteur prenne plaisir à nous dire qu'elle perd parmi les premiers. J'ai du mal à voir l'influence qu'a pu avoir Game of Thrones sur lui, tant la place des femmes est ridicule.

Passons, j'suis le genre de gars pointilleux mais j'sais aussi faire la part des choses et continuer ma lecture en toute objectivité.
Me reste plus que le dénouement, le retournement de situation qui me permettra de comprendre où le héros voulait en venir avec toutes ces magouilles.

La désillusion. Si je m'attendais à quelque chose d'épatant, puisque le bâtard me montre depuis le début qu'il est le plus incroyablement intelligent et que, je dois le reconnaître, toutes ses manoeuvres étaient habiles et intéressantes, eh bien l'explication finale n'est pas à la hauteur.
Finalement, la jolie Comtesse ne cachait rien, j'aurais dû m'en douter puisqu'elle a des réactions d'adolescente face au séduisant bâtard mais j'espérais tout de même qu'elle prépare quelque chose de plus profond. Non, le dénouement nous montre qu'elle est généreuse et naïve, puisqu'elle-même n'a rien compris et menace le héros sans conviction, la faute à l'amour fou qu'elle éprouve pour lui.

Deuxième désillusion : Le véritable contrat derrière tout ce petit jeu. Je pense être passé à côté de quelque chose dans ma lecture. Je ne peux pas croire que cette oeuvre, encensée par des critiques unanimes, se termine de cette manière. C'est trop pauvre, trop décevant. Je ne parviens pas à comprendre en quoi il serait grave que la Comtesse apprenne pour son véritable contrat puisqu'il semblerait que tout le monde ait eu le même but ?
Voire même, remettons les choses en perspective : Si le bâtard n'avait pas été là, l'histoire aurait-elle été différente ? Je sais à quoi vous pensez lecteurs enthousiastes, mais imaginons que la Comtesse, à ce moment-là, ait engagé quelqu'un d'autre pour faire sa besogne. Le résultat aurait été le même. Sauf que les commanditaires du véritable contrat auraient économisé dix milles livres. Bien sûr, comme je l'ai dit plus haut, il se pourrait que la fin m'ait échappé. J'ai bien compris qu'il y avait une histoire de fausses accusations mais tout ceci m'a paru très léger par rapport aux moyens extraordinaires que le bâtard utilise pour parvenir à ses fins.

Vous savez, la lecture, c'est mon p'tit plaisir secret. J'ai du mal à comprendre que cet ouvrage puisse être comparé aux grands, tels Jaworski ou Peru. Rien qu'au niveau du style, c'est agréable à lire mais jamais aucun auteur ne pourrait prétendre rattraper Gagner la Guerre sur ce point. Ou bien le personnage du bâtard sans cesse présenté comme un nouveau Benvenuto. Dois-je rappeler aux lecteurs que Benvenuto n'est pas invincible ? Qu'il ne prétend pas être le plus malin ? Qu'il viole une femme ? Certes, ils sont tous les deux froids et retords et, plus criminels que véritables héros, mais le bâtard a tout de même une sorte d'honneur insupportale, couplée à sa faculté de toujours tout réussir mieux que les autres parce qu'il n'a pas croisé plus intelligent que lui. Il est plus antipathique que ne l'est Benvenuto, qui est pourtant le plus salopard des deux.

Je pose le livre sur la table, un peu déçu. Je m'étire. Une seule chose est sûre : je meurs de faim. Et je commence à devenir claustrophobe dans cette putain de cave. Vivement que mes hommes trouvent ce qu'on est venu chercher. J'ai pas envie de croupir ici plus longtemps.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 467 fois
5 apprécient · 2 n'apprécient pas

Dreawren a ajouté ce livre à 1 liste L'Ombre du pouvoir

  • Livres
    Couverture Miss Peregrine et les Enfants particuliers, tome 1

    Les bouquins lus en 2017 !

    Avec : Miss Peregrine et les Enfants particuliers, tome 1, La Pierre d'Isis, Pays Rouge, Le Baptême du feu,

Autres actions de Dreawren L'Ombre du pouvoir