Avis sur

Là par MarianneL

Avatar MarianneL
Critique publiée par le

Imaginez un poète oulipien, un auteur anglais qui écrit en français, et pour qui la langue est un instrument avec lequel il fait des gammes virtuoses, comme si les contraintes qu'il se donne étaient une fenêtre vers la liberté.

Imaginez que cet homme nous parle de la sous-France et de l’autre France, celle qui la regarde de haut. Imaginez encore que dans son récit se télescopent, le sport à la télé et les «Feux de l’Amour», les têtes vidées par le petit écran, les désirs insatiables de consommation et de sexe, la collision entre tous ses fantasmes et une vie glauque, les adultes qui boivent, les enfants qui trinquent, le manque de sens et le manque d’argent, les pauvres valeurs qui ne veulent plus rien dire, et des vies vidées devenues tromperies. Imaginez que quand il évoque une vieille femme en maison de retraite, ça soit aussi fort que B.S. Johnson et son inoubliable R.A.S. Infirmière-chef.

Imaginez que ce soit de la poésie jubilatoire, que ca se lise d’une traite, et surtout à voix haute.

C’est inimaginable, donc il faut le lire.

« je veux des étreintes à la prison des femmes je
veux un dos de saumon au beurre rhum-coco je
veux les références musicales de la publicité de Nescafé Nespresso
dans un monde de tasses à café vivantes je veux
de la justice à Monaco à tolérance zéro je veux
en finir avec la terrible monotonie des mercredis je veux
dévaler la moindre surface capable de faire glisser mes roues
dans un terrain de jeu immense je veux qu’on
range la vaisselle putain je veux du boulot je veux
une blague comme dans une imprimerie un ouvrier a les
dix doigts sectionnés par un massicot à l’hôpital le
chirurgien lui dit on va pouvoir recoudre donnez moi vos
doigts mais ils sont restés par terre dans l’imprimerie
ah là vous auriez du les ramasser immédiatement oui mais
avec quoi je veux que les tricolores triomphent du pays
de Galles 21 à 16 mais alors pendant
ce temps-là Victoria accuse Diego de monter Sharon contre
Nick et Phyllis met tout en œuvre pour que Diane
obtienne la garde de Kyle je veux enchaîner les sauts
et les figures les plus improbables pour remporter des défis
contre des adversaires coriaces je veux des minettes vicieuses
je veux aller à la médiathèque je m’emmerde je…»

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 211 fois
3 apprécient

Autres actions de MarianneL