Addictif et dépaysant

Avis sur La Captive de l'hiver

Avatar Northanger
Critique publiée par le

Avec une telle couverture, je ne pouvais pas résister. Il s'agit de l'un des plus célèbres tableaux de John William Waterhouse, La Dame de Shalott !

Comme tous les récits médiévaux que j'ai lus de cet auteur, l'histoire débute en Bretagne, terre de légendes et de mystères. p.10 « La lande est pleine des âmes errantes de tous ceux qu'on a massacrés sur ces rivages. Il ne faut pas s'y risquer à la nuit tombée. »

Marion, ymagière dans la mythique abbaye de Thélème, sculpte les visages des saints dans la pierre, au milieu de la défiance des moines et de la concupiscence des artisans. Mais un jour, l'abbaye est mise à sac par l'arrivée des Vikings, et Marion enlevée... Mené par Rök, il s'agit d'un clan qui vit selon des rites ancestraux alors que les autres se sont christianisés. Ils vivent dans la crainte constante d'un ennemi qui les traque sans relâche, les obligeant à vivre sur les hauteurs enneigées, dans un froid extrême. Marion comprend vite que Rök la prend pour une puissante sorcière, et se retrouve chargée de sculpter dans la glace les visages des dieux. Mais ces statues ont bien sûr un caractère sacré, et si Marion commet la moindre maladresse, elle subira le même sort. Elle est guidée dans sa tâche par Svenia, une Français enlevée comme elle mais maîtrisant la langue des Vikings, au rôle ambivalent.

Marion était déjà l'héroïne d'un premier tome, Pèlerins des ténèbres, que je n'ai pas lu (mais dont le titre est tout à fait prometteur). Je la découvre donc maintenant. C'est une jeune femme courageuse et sensée à laquelle on s'identifie facilement, pour laquelle on tremble et on s'inquiète.

Moins fascinant peut-être que Le manoir des sortilèges, La Captive de l'hiver n'en pas moins un récit addictif et original. Superstitions, sorcellerie, nécropole de glace, mœurs barbares des Vikings... Comme toujours, Serge Brussolo excelle dans l'art de mêler détails historiques et fiction et les pages se tournent toutes seules.

Seule ombre au tableau, le récit s'interrompt brutalement, laissant le lecteur en plein doute, mais apparemment il n'y a pas de suite, dommage...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 88 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Northanger La Captive de l'hiver