Avis sur

La Chaleur par ophélie a.

Avatar ophélie a.
Critique publiée par le

Oscar est mort parce que je l’ai regardé mourir, sans bouger. Il est
mort étranglé par les cordes d’une balançoire, comme les enfants dans
les faits divers. Oscar n’était pas un enfant. On ne meurt pas comme
cela sans le faire exprès, à dix-sept ans. On se serre le cou pour
éprouver quelque chose. Peut-être cherchait-il une nouvelle façon de
jouir. Après tout nous étions tous ici pour jouir. Quoi qu’il en soit,
je n’ai pas bougé. Tout en a découlé.

Ce sont sur ces mots que s’ouvre La Chaleur, le premier roman de Victor Jestin, tout jeune auteur de 25 ans.

Nous allons donc suivre Léonard, un jeune de 17 ans en vacances avec sa famille dans un camping des Landes.

Cette nuit-là, Oscar, un autre jeune du camping, est mort étranglé sous ses yeux et face à cette situation, Léonard a pris la décision d’enterrer son corps sans vie sur la plage. La journée qu’il s’apprête à vivre sera sa dernière journée de vacances ici.

Sous la chaleur écrasante des Landes, on partage avec Léonard un certain sentiment de malaise, un sentiment d’être différent des autres, soutenu par une ambiance oppressante et anxiogène.

Avec ce fabuleux roman dans la veine de L’Etranger de Camus, Victor Jestin s’impose en tant que jeune talent à suivre impérativement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 189 fois
1 apprécie

ophélie a. a ajouté ce livre à 15 listes La Chaleur

Autres actions de ophélie a. La Chaleur