👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

La Chose, pour les anglicans, c’est l’Église catholique, « poursuivie d’époque en époque, par une haine déraisonnable qui change perpétuellement de raison. » Chesterton exprime sa joie d’être catholique et les raisons qui l’amenèrent à adhérer aux mystères de cette foi. Pour lui, l'alternative n'est plus entre la foi catholique et un protestantisme moribond, mais désormais entre le catholicisme et le pessimisme absolu des religions orientales. Sa démonstration est d’une logique imparable. Pour vous qui craignez une rigueur trop académique, sachez qu’elle est atténuée par un sens de la dérision typiquement britannique et une maîtrise absolue du paradoxe. Ce livre est très riche, je ne développerai, à titre d’exemple, qu’une seule de ses affirmations : sa stupéfaction face à la souplesse dogmatique des anglicans.

Chesterton s’étonne, non sans malice, que ses compatriotes tiennent des positions diamétralement opposées à celle qui avaient conduit leurs aînés à la rupture avec Rome, sans pour autant avoir changé d’attitude avec cette dernière, toujours vouée aux gémonies.

1 – « Tout homme moderne ou presque, si on lui posait la question de savoir si nous sauvons nos âmes grâce à la théologie ou bien si nos bonnes actions nous mettent sur la voix de Dieu, répondra sans hésitation que les bonnes actions sont probablement plus agréables à dieu que la théologie. Il serait probablement, cet homme, fort surpris d’apprendre que, pendant trois cents ans, la foi dans la foi seule était l’insigne du protestant et la foi dans les bonnes œuvres, l’insigne assez déshonorant, d’un papiste peu recommandable ». Le sola fide des premiers protestants est clairement désavoué.

2 – Dieu a-t-il créé tous les hommes pour la joie et désire les sauver tous ? Oui, proclameront nos libéraux. Non, pensaient les premiers luthériens : sola gratia, seule la grâce de Dieu sauve, le Seigneur préserve qui il veut, une thèse qui débouchait sur la prédestination.

3 – La génération originelle de protestants reprochait aux théologiens catholiques leur souplesse intellectuelle et prônait une lecture littérale de l’écriture : sola scriptura. Que ne penserait-elle pas des contorsions de ses successeurs parvenant, notamment, à justifier l’ordination de femmes ?

4 – Les protestants antiques dénonçaient le lien douteux de Rome avec l’argent, dénonçant les trafics d’indulgence et autres compromissions avec les puissants, ce qui permit aux princes réformés de privatiser à leur seul profit les biens du clergé. Quel serait le jugement des anciens face au formes modernes de théologie (dites) de la prospérité ?

5 – L’homme moderne ne comprend pas plus l’aversion des anciens puritains pour toute beauté ou tout art.

Chesterton élargit, ensuite, sa réflexion au monde contemporain qui recycle nombre de principes catholiques, mais sous des formes caricaturales. « La psychanalyse, c'est le confessionnal sans les protections du confessionnal, le communisme, c'est le mouvement franciscain sans l'influence modératrice de l'Église ; et les sectes américaines qui ont hurlé pendant trois siècles contre la théâtralité pontificale et l'appel au sens, « égaient » désormais leurs messes grâce à des films d'une théâtralité extravagante et à des projecteurs de lumière rose braqués sur la tête de leur ministre du culte. Si nous avions un rayon de lumière à braquer quelque part, nous ne devrions pas le braquer sur le ministre. »

PS1 Les Réformateurs ont résumé leurs convictions en cinq formules, qui soulignaient leurs différences avec le catholicisme. Trois d’entre elles semblent obsolètes.
Soli Deo gloria : Dieu est le seul qu'il faut adorer et prier.
Sola gracia : Le salut n'est pas le résultat de nos efforts ou de nos mérites mais s'obtient par la grâce seule.
Solus Christus : Jésus-Christ est le seul médiateur entre Dieu et nous.
Sola fide : Le salut n'est pas donné par les sacrements ou la religion mais par la foi seule.
Sola scriptura : La Bible est l'autorité suprême en matière de doctrine. Les autres Solas découlent de celui-ci.

PS2 Merci Piero.

SBoisse
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Mes "essais" marquants, Dieu au fil de mes lectures, 104 critiques de livres et Chrétiens non conformistes

il y a 4 ans

17 j'aime

7 commentaires

Aucun résultat

Gran Torino
SBoisse
10
Gran Torino

Ma vie avec Clint

Clint est octogénaire. Je suis Clint depuis 1976. Ne souriez pas, notre langue, dont les puristes vantent l’inestimable précision, peut prêter à confusion. Je ne prétends pas être Clint, mais...

Lire la critique

il y a 5 ans

120 j'aime

27

Mon voisin Totoro
SBoisse
10

Ame d’enfant et gros câlins

Je dois à Hayao Miyazaki mon passage à l’âge adulte. Il était temps, j’avais 35 ans. Ne vous méprenez pas, j’étais marié, père de famille et autonome financièrement. Seulement, ma vision du monde...

Lire la critique

il y a 4 ans

118 j'aime

11

Astérix en Corse - Astérix, tome 20
SBoisse
10

Papa, Astérix et moi

J’avais sept ans. Mon père, ce géant au regard si doux, déposait une bande dessinée sur la table basse du salon. Il souriait. Papa parlait peu et riait moins encore. Or, dans la semaine qui suivit, à...

Lire la critique

il y a 6 ans

117 j'aime

30