👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Simon Leys, éminent sinologue belge, est surtout connu pour avoir été l'un des premiers intellectuels occidentaux à dénoncer les excès du maoïsme au début des années 70. En 1986, il publie son unique roman : "La mort de Napoléon". Aujourd'hui quelque peu oubliée, cette courte œuvre d'une petite centaine de pages est rééditée dans une collection vouée à mettre en valeur le patrimoine littéraire belge francophone.

Le Napoléon que nous propose Simon Leys est assez éloigné de l'image glorieuse du vainqueur d'Austerlitz, c'est le moins que l'on puisse dire. Évadé de Sainte-Hélène après avoir laissé sa place à un sosie, l'Empereur déchu est un personnage falot, vieillissant, au physique ingrat. Devenu anti-héros après avoir été héros, c'est un homme écrasé par l'ombre envahissante de celui qu'il fut, alors que sa légende ne cesse de prendre de l'ampleur depuis sa défaite finale... En témoigne par exemple le savoureux épisode de sa visite, à la suite de quelques péripéties, du champ de bataille de Waterloo : six ans après le carnage, le voilà déjà transformé en parc d'attraction pour Anglais fortunés, chaque hôtel prétendant abriter la véritable chambre à coucher de l'Empereur. Et si quelques rares fidèles parviennent encore à reconnaître Napoléon Bonaparte dans celui qui se fait désormais appeler Eugène Lenormand, on ne retrouve les accents de l'épopée que lorsqu'il s'agit de conquérir de haute lutte... le marché parisien du melon et de la pastèque !

J'ai apprécié ce roman qui m'aura permis de souffler un peu, l'espace de deux petites heures, entre d'autres lectures napoléoniennes plus "dures" sur les massacres des campagnes de Russie ou d'Espagne. En réalité "La mort de Napoléon" s'apparente moins à un roman en bonne et due forme qu'à un conte, car sous la légèreté apparente on devine un propos sérieux, notamment sur la politique et l'exercice du pouvoir. À noter que la postface, une fois n'est pas coutume, remplit parfaitement son rôle, offrant des pistes de réflexion intéressantes sans prétendre tout expliquer au lecteur.

Oliboile
6
Écrit par

il y a 2 ans

La Mort de Napoléon
David_L_Epée
8

« Ces vieux enfants, soudain orphelins du même songe... »

Si tout le monde connaît Simon Leys comme sinologue et comme critique de la Révolution culturelle, il est par contre beaucoup moins connu comme romancier. Il n’a en effet écrit qu’un seul roman,...

Lire la critique

il y a 6 ans

La Mort de Napoléon
Stracci
10

un bijou

L'histoire ne m'intéressait pas particulièrement : je ne suis pas adepte de politique fiction. Mais le style, le ton, captivent dès la première page. Et quelle finesse ! Cette histoire tient en...

Lire la critique

il y a 6 ans

La Mort de Napoléon
Oliboile
6

Moins un roman qu'un conte

Simon Leys, éminent sinologue belge, est surtout connu pour avoir été l'un des premiers intellectuels occidentaux à dénoncer les excès du maoïsme au début des années 70. En 1986, il publie son unique...

Lire la critique

il y a 2 ans

Xerxès
Oliboile
6
Xerxès

Qu'a voulu nous raconter Frank Miller ?

Après ma récente déconvenue sur "The Dark Knight Returns" pourtant unanimement encensé par les lecteurs, je suis allé vers cette dernière parution de Frank Miller avec une certaine circonspection. De...

Lire la critique

il y a 3 ans

5 j'aime

L'Ours et le Rossignol
Oliboile
7

Contes et folklore russes, version fantasy

Avant de lire "L'Ours et le Rossignol", j'étais partagé entre des sentiments contradictoires. D'une part, une certaine impatience à l'idée de découvrir un roman se déroulant dans un contexte russe...

Lire la critique

il y a 3 ans

5 j'aime

2

Batman : White Knight
Oliboile
7

De l'esthétisme et des idées enthousiasmantes

Je me demande si le Joker n'est pas mon personnage de BD préféré, tous genres confondus. "White Knight" signé Sean Murphy, qui officie à la fois en tant que scénariste et dessinateur, part d'une idée...

Lire la critique

il y a 3 ans

5 j'aime

1